Nous avons 229 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Le martyre de la Grèce continue...

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La Grèce n'en finit pas de s'enfoncer dans la crise, malgré tous les efforts des dirigeants de la zone euro et les plans successifs d'austérité qui saignent littéralement la population sans guérir le malade... L'éditorial du « Figaro » de samedi matin (3 septembre 2011) n'est guère optimiste, c'est le moins que l'on puisse dire, sur l'avenir de ce pays et, plus largement et plus implicitement, sur celui-là même de la zone euro, voire de l'Union européenne : « Peut-on sauver la Grèce ? Les dernières nouvelles en provenance d'Athènes, pour le moins décourageantes, ont de quoi semer un sérieux doute dans les esprits les plus europhiles. Alors que tous les dirigeants de la zone euro s'efforcent de « vendre » à leur opinion publique et à leur représentation nationale le plan d'urgence voté dans la douleur en juillet dernier, le pays, totalement désorganisé, se délite à grande vitesse. »

 

Oui, vous avez bien lu : « totalement désorganisé »... En somme, l'Etat grec n'est plus maître de rien : les grèves des jours derniers, la contestation grandissante d'une population financièrement exsangue, la désespérance sociale des jeunes du pays et l'émigration qui en est la conséquence directe, tout cela montre l'échec des plans destinés, non à sauver les salariés grecs mais d'abord et surtout (seulement ?) la monnaie unique, construite trop rapidement et sans grande précaution, suivant l'idée que sa seule existence résoudrait bien des problèmes quand, en fait, elle en a créé d'immenses, aujourd'hui « hors de contrôle » comme l'est la situation en Grèce.

 

L'éditorialiste du jour continue son triste constat : « Non seulement le gouvernement grec est incapable de tenir les engagements pris à l'égard de ses créanciers – qu'il s'agisse de lever correctement l'impôt ou d'engager des privatisations -, mais en plus l'économie s'effondre et les déficits ne se résorbent pas. » L'austérité s'avère ainsi contreproductive, faute d'un Etat assez solide pour rassurer ses citoyens contribuables et les défendre socialement contre les effets les plus malheureux de la crise : la Grèce paye aussi là les conséquences d'un système politique plus fondé sur le clientélisme et l'oligarchie de quelques grandes familles qui se partagent le Pouvoir, au gré des alternances politiciennes et électorales, que sur le débat d'idées et le service de l'Etat. République corrompue par nature, l'Etat grec n'a pas cette légitimité qui serait bien nécessaire pour être suivie dans l'effort par ses citoyens et reconnue sérieuse et souveraine par ses partenaires européens, aujourd'hui si peu enclins à être solidaires avec ce que les Allemands nomment ironiquement, voire méchamment, « les cueilleurs d'olives »... On touche d'ailleurs là aussi à l'une des erreurs de conception de la monnaie unique et de la zone euro qui est d'avoir mêlé des économies bien différentes, voire divergentes, au risque d'accroître des déséquilibres antérieurs et de masquer, provisoirement, les dérives de certains Etats ayant pris l'habitude de vivre à crédit en pensant que la bonne gestion des autres suffirait, dans la zone monétaire de l'euro, à garantir la bonne santé de l'ensemble et de toutes les parties prenantes à la monnaie unique... Dérives que n'a pas empêché la Commission européenne pourtant prévenue dès le départ des tricheries et des faiblesses du système étatique héllène !

 

La semaine prochaine risque à nouveau d'être déterminante pour la Grèce et toute la zone euro alors même que le Sommet européen extraordinaire de la fin juillet était évoqué par les experts et journalistes comme la « fin de cette crise » : moins de six semaines et, pour la France, malgré 15 milliards d'euros promis aux Grecs, auront suffi pour ruiner les espoirs des Européens ! Voilà de quoi faire réfléchir, une fois de plus, aux errements de ceux qui ont tant cru en leur idéologie d'un « euro miracle » et qui prônent désormais une véritable fuite en avant en évoquant une « gouvernance européenne » dont on sait trop bien qu'elle serait la dépossession des Etats et des citoyens de leurs souveraineté...

 

 

 

Comme le souligne l'éditorial du « Figaro », « au train où vont les choses, tous les ingrédients sont réunis pour provoquer une nouvelle tempête sur les marchés financiers, selon un scénario désormais bien connu. Le poison de la défiance ne tardera pas à se diffuser à d'autres pays de l'euro (...) ». D'ailleurs, Chypre est aussi en difficulté, son économie étant très liée à celle de la Grèce ! Il n'est pas impossible que ce petit pays entré dans la zone euro en 2008 demande bientôt à son tour l'aide de l'Union européenne, en attendant l'extension de cette crise à l'Espagne ou à l'Italie... Scénario catastrophe qu'il ne faut évidemment pas souhaiter mais qui n'est pas totalement improbable !

 

Certains économistes prônent désormais une sortie provisoire de la zone euro de quelques pays, dont la Grèce, tandis que d'autres parlent d'en finir avec « l'euro monnaie unique » pour passer à ce que le Royaume-Uni réclame depuis les années 90, c'est-à-dire « l'euro monnaie commune », chaque pays gardant un certain contrôle sur sa politique monétaire. Quoi qu'il en soit, les Etats ne pourront faire éternellement l'économie d'un véritable débat sur l'euro et, au-delà, sur l'Union européenne : une « Europe légale » qui serait trop déconnectée de « l'Europe réelle » (et c'est déjà le cas aujourd'hui !) pourrait bien mener à des catastrophes politiques et sociales dont l'Union européenne elle-même risquerait d'être la première victime...

 

 

 
xxxhub pornhub