postheadericon La vengeance de Nicolas Fouquet.

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L’affaire Clearstream m’est complètement incompréhensible et je ne vois dans le procès qui se déroule depuis quelques jours que de tristes règlements de compte et la vengeance d’un homme qui n’a ni le sens de l’Etat ni celui de l’honneur, et cela malgré le poste qu’il occupe et qui devrait l’obliger. Mais, après tout, et comme le disait Maurras avec une pointe d’amertume : « tant vaut l’Etat, tant vaut sa raison ». On devrait parler ici de déraison, d’ailleurs, tant l’acharnement de M. Sarkozy sur celui qui fut son Premier ministre de tutelle et son rival véritable ressemble plus à une psychose qu’à la recherche d’une hypothétique vérité…

 

Triste spectacle que nous donne la République, et qui a, une fois de plus, le prétoire comme théâtre : la pièce est-elle complètement écrite ? Là encore, je n’en sais rien, et j’ai le souvenir de procès qui n’ont pas tourné, au regard de l’Histoire, à l’avantage de ceux qui les avaient initiés… Mais il est vrai que l’appareil politique et judiciaire de la Monocratie sarkozienne est tout entier mobilisé dans la vendetta contre celui qui, pourtant, fut, un jour de l’hiver 2003, la voix et l’honneur de la France, celui qui reprit les accents gaulliens pour marquer la liberté et la fierté de la France, envers et contre l’Empire étoilé, et pour rappeler au monde que la Force brute et déraisonnable ne pouvait être le remède véritable à une tyrannie orientale qui, au moins, parvenait à contenir des forces bien pires encore que celles incarnées par Saddam Hussein…

 

Il est vrai qu’à l’époque M. Bernard Kouchner, actuel ministre des Affaires étrangères, était favorable à la guerre de M. Bush, et que M. Sarkozy, s’il n’a pas contredit alors la politique chiraco-villepiniste, rongeait son frein en attendant de pouvoir défaire ce que ses prédécesseurs avaient engagé.

 

Ce procès n’est pas le procès de quelques fausses listes et de leur utilisation abusive, dans la plus pure tradition barbouzarde chère à notre République, de Robespierre à nos jours : il est juste l’élimination d’un clan par un autre, ou du moins sa tentative !

 

Comment pourrait-il en être autrement dans une République qui est en « présidentielle permanente » et qui ne vit que de la victoire d’un parti sur un autre, d’une faction sur une autre, d’un intrigant sur un autre ? Ce que le septennat avait limité, le quinquennat l’a libéré, et cela n’a fait qu’amplifier un mal qui est consubstantiel à la République, la lutte des Féodaux pour la première place, au risque de dévaloriser l’Etat et sa magistrature suprême et de diminuer le crédit de la France à l’étranger.

 

Oui, décidément, la France mérite mieux que cette République des clans et de leur lutte pour le Pouvoir ! Il serait temps de penser à libérer l’Etat de ces Nicolas « Fouquet’s » comme le roi Louis XIV l’a libéré de l’avide Nicolas Fouquet en 1661. Rendre à la magistrature suprême de l’Etat sa dignité et son rang au-dessus des querelles de factions passe par un mode de désignation et de transmission qui ne doive rien à l’élection et à ses calculs, voire à ses fraudes… N’est-ce pas l’un des grands avantages et mérites de la Monarchie successorale ?