postheadericon Un TGV de Brest à Moscou.

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Daniel Cohn-Bendit est un eurofédéraliste convaincu, fort désolé de l'échec du référendum constitutionnel en France. Cela ne l'empêche pas de poursuivre ses rêves, certains diraient ses illusions... Dans un texte paru dans le journal "La Croix" (mardi 10 janvier 2005), il évoque ses dépits mais aussi ses espoirs et ses propositions.

 

Je ne partage pas ses idées mais j'essaye de trouver partout où cela est possible des propositions qui peuvent servir l'intérêt commun des Français et de leurs voisins. Contrairement à Cohn-Bendit, je ne crois pas à l'existence d'un "peuple européen" ni même d'une "Europe" dans laquelle les Etats disparaîtraient au profit d'une supranationalité qui serait vite étouffante...

 

Par contre, je crois aux projets communs, là où c'est possible, qui peuvent rapprocher les peuples sans les dissoudre. Aussi, quelques lignes de Cohn-Bendit me semblent intéressantes ("quelques", ai-je dit; le reste de ses propos me navrent...) et méritent d'être citées :"Construire un TGV de Brest à Moscou qui servirait au transport de passagers mais aussi de marchandises. Idem pour une ligne reliant le nord au sud de l'Europe. Les dirigeants européens doivent cesser de voir leurs réseaux ferroviaires comme un segment isolé, et prendre de la hauteur pour les appréhender comme une partie d'un ensemble". C'est le genre de projets concrets qui sont dix fois plus utiles que les constructions technocratiques qui veulent régenter la "vie des gens" ou la "protéger", verbe devenu l'alibi des politiques de surveillance à outrance...

 

D'autre part, ce projet a une portée environnementale et énergétique non négligeable, à l'heure où le train peut permettre d'offrir une alternative satisfaisante, sur le plan de la fluidité et de l'économie d'énergie, tout comme de la limitation de la pollution et de la sécurité du transport des personnes comme des biens, aux transports routiers et aéronautiques.

 

Puisque le commissaire européen aux transports est le Français Jacques Barrot, il s'honorerait, ainsi que le pays qui l'a désigné à la Commission européenne, en travaillant à lancer rapidement les consultations des Etats concernés par ces lignes de TGV et les préparatifs pour la mise en place et en action de ce projet ferroviaire.