Nous avons 164 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2015

postheadericon L'écologie nécessaire.

 

Le pape François va publier dans deux semaines une encyclique sur l’écologie, six mois avant la conférence de Paris sur le climat, qui sera intitulé « Laudato si »  (« Loué sois-tu »). C’est l’occasion pour le quotidien La Croix de consacrer quelques dossiers à l’épineuse question de l’environnement dans un monde qui s’en nourrit souvent sans apprécier vraiment les problèmes qui se posent quant à sa sauvegarde et sa pérennité. Cette initiative du journal catholique est bienvenue, mais elle intervient dans un contexte moins favorable à l’écologie qu’il y a quelques années : un quart des Français interrogés ces jours-ci avouent ne s’intéresser guère aux atteintes à l’environnement, et il est bien des pays, en particulier ceux dits « émergents » ou « en développement », où le désintérêt environnemental est encore plus grand, et plus inquiétant.



C’est aussi vrai pour les chrétiens comme le souligne l’éditorialiste Dominique Greiner quand il souligne « le scepticisme de certains fidèles pas tout à fait convaincus de l’urgence de la situation, méfiants à l’égard d’une cause écologique qu’ils jugent trop marquée politiquement, ou confiants dans le génie humain pour inventer des solutions techniques qui ne nous obligeront pas à remettre en cause nos modes de vie ». Justement, il me semble important de répondre à ces trois objections à la cause écologique, que je ne confonds pas avec ceux qui s’en revendiquent plus qu’ils ne s’y impliquent…


Premier point, l’urgence écologique : au regard des diverses pollutions que nous connaissons aujourd’hui (atmosphérique, fluviale, marine, terrestre, visuelle…) ; d’un réchauffement climatique qui n’est pas le seul effet des caprices du soleil et qui s’accélère sans que l’on en connaisse forcément bien tous les risques et toutes les conséquences ; d’une destruction des paysages et de leur artificialisation qui atteignent aussi les équilibres naturels ; de l’affaiblissement dramatique de la biodiversité (papillons, batraciens, poissons, etc.) ; oui, il y a urgence ! D’autre part, c’est maintenant qu’il est encore possible de préserver des espaces et des espèces aujourd’hui menacés, et non dans des décennies : car, que ferons-nous lorsque la forêt amazonienne sera si dévastée que la sécheresse progressera dans toute la région ou que les terres seront devenues, après quelques années de surexploitation agro-industrielle, infertiles ? Que ferons-nous quand, près de chez nous, il faudra aux exploitants agricoles employer des drones pollinisateurs pour remplacer les abeilles manquantes, tuées par les pesticides, et que notre consommation de miel devra tout aux Chinois ? Que ferons-nous, et que dirons-nous, quand les dernières zones humides de notre pays auront été sacrifiées pour permettre la construction d’un aéroport bientôt racheté par quelque pays asiatique ou de cités pavillonnaires sans âme destinées à des consommateurs déracinés ?


Le baiji, dauphin d'eau douce de Chine, éteint depuis 2007... Qui sera le prochain ?


Deuxième point, la mauvaise image donnée à l’écologie par les « écologistes » ou prétendus tels : certes, le parti écologiste des Verts, par ses prises de position sociétales extrémistes et son intolérance conjuguées à un fonctionnement encore plus politicien que les vieux partis traditionnels, est plus répulsif qu’autre chose, et a détourné de nombreux citoyens de l’écologie véritable, surtout depuis la candidature d’Eva Joly en 2012. Mais il y a bien d’autres représentants et d’autres mouvements de l’écologie en France (et certains fort intéressants, même s’ils ne sont pas les plus connus ou médiatiques), et l’écologie ne peut se limiter à un parti, par principe même ! De plus, elle n’est pas, fondamentalement, « de gauche » et elle serait même plutôt née « à droite », et cela dès le XIXe siècle : qu’une certaine gauche s’en soit revendiquée après Mai 68, comme un moyen de contestation du Pouvoir en place et, parfois, comme « auxiliaire » du socialisme politicien, n’enlève rien à la nécessité de répondre, politiquement, à la question environnementale et de vouloir, non seulement une politique écologiste, mais, plus important encore, un Etat écologique.


Troisième point, la question de la Technique susceptible de surmonter les dégâts environnementaux : bien sûr, certains progrès techniques pourraient permettre de diminuer l’impact de la société de consommation (par exemple, des voitures moins polluantes, des machines moins énergivores, etc.) sur notre planète, mais il n’est pas certain que cela suffise et accorder trop de foi à la science serait faire preuve de peu de mémoire ! Car, depuis que l’industrialisation a surgi et que la société de consommation est son débouché « naturel », au moins logique, que constate-t-on ? Que l’état de la planète ne cesse d’empirer, au nom même du « développement » des pays « retardataires » (sic), et de ce « consommatorisme » qui tient lieu de gouvernail aux économistes et aux multinationales : la vieille formule « Science sans conscience est ruine de l’âme » se vérifie tous les jours, et peut être utilement complétée par « ruine de la Terre » ! Est-ce une fatalité ? Si l’on poursuit sur la ligne d’une société de consommation qui prône l’individualisme et favorise le matérialisme, oui ! Si l’on pense que la Terre est, par la simple force des choses, limitée et fragile, et qu’il s’agit de prendre soin de cette richesse naturelle dont nous héritons pour la remettre plus tard en bon état à nos successeurs, non, mille fois non !


N’est-ce pas, en fait, le message que délivrera le pape dans quelques jours, rejoignant en cela la conception traditionniste d’une écologie qui se doit d’être enracinée et, en France, incarnée par un Etat « durable » qui vit au rythme des générations qui se succèdent et sans en oublier aucune ?

 


 

postheadericon La Résistance n'est pas au Parti.

Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

La Résistance n’a jamais été la propriété d’un parti ou d’un courant politique, ce qui n’a pas empêché les uns ou les autres, une fois la Libération passée et le danger écarté, de vouloir la récupérer au profit de telle ou telle cause, comme un facteur légitimant et fortifiant : à ce petit jeu, le Parti communiste fut le plus acharné, et sa réaction à la panthéonisation de quatre noms symboliques de la Résistance et de sa diversité résumée plutôt qu’exhaustive, est très révélatrice à cet égard… Accuser le président Hollande de vouloir effacer la résistance communiste est, en fait, faire preuve d’un culot certain, et en appeler à l’unité de la Résistance, quand le Parti communiste n’a cessé en d’autres temps (pas si lointains, à bien y regarder) de vouloir la monopoliser, au nom de ses « 75.000 fusillés » (1), est une intention louable mais peu suivie d’effets dans le quotidien L’Humanité de ce mercredi 27 mai 2015.


Ce qui m’a particulièrement agacé dans l’édition du jour du quotidien communiste, c’est la tentative d’effacer, pour le coup, toute trace des résistances « non-républicaines », que cela soit pour les « premiers résistants » ou pour les étudiants du 11 novembre 1940 : or, les nationalistes maurrassiens, souvent malgré Maurras lui-même, et les monarchistes (parfois les mêmes, d’ailleurs) partisans du comte de Paris, furent nombreux parmi la petite cohorte des « résistants de 1940 ».


Quelques uns de ces résistants royalistes...


Cela ne veut pas dire que la Résistance fut royaliste et aucun de ces combattants de la première heure n’a cherché à imposer la fleur de lys sur les drapeaux de la France libre. Si certains arborèrent le sacré-cœur chouan sur leur chemise (peut-être ceux de la petite revue clandestine L’Ageasse, en Vendée, ou ceux du Camp Saint-Louis, non loin de Paris ?), comme l’évoque l’écrivain Jacques Perret, la « France d’abord » était leur combat et participer à sa libération était l’objectif qu’ils partageaient avec des socialistes, des républicains, des gaullistes (dont certains de ces royalistes étaient), et, même si cela peut paraître surprenant au regard des affrontements passés et de ceux à venir, des communistes ! Il n’est pas certain que ces derniers, surtout les plus liés à Moscou, aient eu, à l’époque, le même désintéressement politique…


Une fois la France libérée, les jeux politiciens, malheureusement, reprirent : était-ce illogique alors que la Résistance n’avait, formellement et fondamentalement, qu’un seul but commun à tous ceux qui en firent partie, la Libération, comprise d’abord et avant tout par le retour de la liberté de la France, de celle sans laquelle il n’y a pas de libertés publiques ni privées pour les Français quels qu’ils soient ?


Que, de temps en temps, et comme ce mercredi au Panthéon, l’on se rappelle de cette unité éphémère mais éminemment française, me réjouit, même si cette joie se teinte parfois d’une certaine amertume au regard de la situation actuelle de notre « cher et vieux pays »…



Pour en savoir plus sur ces résistants qui, peut-être, rentreront un jour au Panthéon...


(1)        On sait désormais que le nombre total des fusillés français durant l’Occupation n’a pas atteint les 5.000, si l’on en croit le récent dictionnaire qui leur est consacré, et qui en recense 4.500, ce qui est déjà beaucoup trop !

 


 

postheadericon Jours fériés : une tradition française à préserver.

 

La question du temps de travail est régulièrement relancée depuis quelques années, en particulier au mois de mai, lorsque se succèdent les jours de congé, de la fête du travail au lundi de Pentecôte : ainsi, les libéraux dénoncent-ils leur nombre, trop élevé à leur goût, tout comme ils prônent une plus large banalisation du dimanche, avec des arguments répétés mille fois, même lorsqu'ils sont contredits par la réalité visible dans d'autres pays ou par de simples réflexions de bon sens.


Sur cette question comme sur d'autres, il faut éviter quelques pièges, du conformisme étroit à l'économisme réducteur, de la facilité (voire de la paresse...) intellectuelle au carcan dogmatique. Comme en d'autres domaines, il faut faire preuve d'une certaine souplesse, ce qui n'interdit pas la rigueur de la réflexion.



Alors, doit-on réduire le nombre de jours de congé actuels en considérant, comme les calculateurs patronaux du Medef, que « 2 jours de congé en moins, c'est 100.000 emplois en plus » ? Ma réponse est non, mais cette opposition n'empêche pas des aménagements, bien sûr, qui tiennent compte des conditions particulières de chaque profession et secteur d'activités, voire lieux de celles-ci : le tourisme n'a pas forcément le même calendrier que l'enseignement ou que l'industrie.


L'argument du Medef ne tient pas, ne fait, et cela pour quelques raisons simples : tout d'abord, le nombre des jours véritablement fériés varie, en fait, d'une année sur l'autre, et l'an prochain, par exemple, deux d'entre eux tomberont un dimanche en mai (la fête du travail et la fête de la victoire de 1945), ce qui en limite forcément l'impact et, par ricochet, les retombées économiques pour les régions ou secteurs touristiques, en particulier littoraux : pas certain que cela soit forcément une bonne nouvelle pour l'emploi et les revenus de la côte normande qui profitent largement de la clientèle francilienne en cette saison... D'autre part, dans le passé, il n'a pas été constaté qu'une année avec moins de jours fériés et avec plus de dimanches travaillés dans le commerce et la grande distribution, était plus fructueuse et que le chômage baissait de façon déterminante : les chiffres sont cruels pour le Medef et ses revendications quand on les regarde attentivement.


De plus, le Medef semble oublier que, depuis une dizaine d'années au moins, les grands centres commerciaux ne respectent plus les jours fériés, à part Noël, le Jour de l'an et, souvent, le 1er Mai : cela a-t-il empêché la forte hausse du chômage dans le même temps ? Là encore, les chiffres parlent d'eux-mêmes... Sans oublier que, les classes moyennes s'appauvrissant dans notre pays, leurs capacités de consommation se réduisent d'année en année, et ce ne sont pas les clients étrangers qui suffiront pour inverser la tendance.


Eh, M. Gattaz, faut pas pousser, chat suffit comme chat !


Une dernière remarque : la robolution, qui nous est annoncée pour la prochaine décennie mais qui a déjà commencé, a tendance à remplacer un certain nombre d'emplois de service par des machines qui, elles, détruisent encore plus d'emplois qu'elles n'en créent et n'en maintiennent. En fait, la proposition du Medef m'apparaît comme une régression sociale et une méconnaissance des nécessaires équilibres humains, mais aussi une volonté d'en finir avec une tradition française qui privilégie le temps libre à l'argent gagné : contrairement à la tradition franklinienne du « Time is money », les Français ont tendance à préférer « prendre leur temps », et ce n'est pas un hasard si nos concitoyens sont ceux qui, en Europe, passent le plus de temps à table... Méconnaître cette particularité française, c'est nier une part de cette « unité d'être et de vivre » qui constitue ce que certains, à l'instar de Fernand Braudel, nomment identité de la France.


Cette tradition française d'un temps qui n'est pas seulement consacré à gagner de l'argent mérite d'être cultivée : c'est aussi une bonne réponse à l'utilitarisme contemporain, trop souvent oublieux des êtres et des vies...

 


 

postheadericon L'expérience avortée de la monarchie constitutionnelle de Louis XVI.

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

Dans la récente édition de l'émission de « secrets d'histoire » consacrée au roi Louis XVI, j'ai été un peu surpris de constater que la fête de la Fédération n'était pas évoquée alors qu'elle est, sans doute, l'un des moments de la plus grande popularité du roi et qu'elle est devenue, dans le calendrier, jour de fête nationale (même si nombre de nos concitoyens y voient d'abord la prise de la Bastille). Marc Bloch lui-même, ce républicain exigeant, la plaçait très haut dans son Panthéon personnel. Bien sûr, c'était une sorte de « grande illusion », et le roi Louis XVI en sera la victime tout autant que La Fayette, ce libéral gonflé de lui-même mais sincère : malgré la bonne volonté de l'un et de l'autre, la monarchie constitutionnelle ne résistera pas aux tourmentes soulevées par la Révolution qui, fidèle à son principe historique, mangera ses enfants et un peu plus encore, pour le plus grand malheur de la France...



Etait-ce écrit en ce 14 juillet 1790 ? Je n'en suis pas certain : au-delà de l'indécision tragique du roi, c'est bien plutôt la disparition précoce de Mirabeau qui désorientera le souverain et lui fera commettre l'erreur d'un départ précipité vers l'est du pays, qui s'achèvera dans la confusion à Varennes. A ce moment-là, la monarchie semble se disjoindre d'une « souveraineté nationale » qui, en l'année 1791, ne lui est pas encore hostile sans, pour autant, lui être complètement favorable : ce sera l'occasion pour les plus ardents révolutionnaires de basculer dans un républicanisme politique qui incarne, mieux que la monarchie, leur idéologie jacobine.


La monarchie constitutionnelle façon 1791 n'est pas mon idéal monarchique : je suis plutôt partisan d'une monarchie active, fédérative et fédérale, éminemment politique sans être bureaucratique ou omniprésente, véritablement sociale sans être étatiste, d'abord arbitrale plutôt qu'arbitraire... Mais l'expérience (malheureuse en fin de compte) de la monarchie de 1791 n'était pas inutile et a, au moins, posé les bases d'une démocratie parlementaire qui, si elle me semble parfois fort périlleuse (et l'histoire de la IIIe République l'a tristement prouvé à l'envi et pour la plus grande honte de la France...), permet l'expression (plus ou moins...) apaisée des opinions et des grandes tendances intellectuelles et politiques  de notre pays.



En fait, la démocratie représentative ne me semble pas aller assez loin dans cette expression politique des peuples et de leurs cadres sociaux, de la famille à la nation, voire à l'Union européenne : sans tomber dans une démagogie « démophilique » qui ne serait que la caricature de la véritable démophilie, éminemment nécessaire à mes yeux, il ne me paraîtrait pas choquant de donner de véritables pouvoirs aux communes et aux provinces, aux professions et aux établissements scolaires (par exemple), pouvoirs qui seraient confirmés ou légitimés par les électeurs locaux ou les travailleurs concernés. Dans les années soixante-dix, la Nouvelle Action Française prônait la « sociogestion » et une « nouvelle citoyenneté » active : ce sont des pistes intéressantes que les royalistes se doivent de préciser encore, pour concilier « les libertés à la base » et « l'autorité au sommet »... N'était-ce pas, d'une certaine manière, la problématique de Louis XVI, malgré les pressions d'une Assemblée qui ne jurait que par une « démocratie représentative », en définitive si mal adaptée à notre histoire et à nos « passions populaires » ?

 


 

postheadericon Le Groupe d'Action Royaliste, en quelques mots...

 

Avant le colloque « Dessine-moi un roi » organisé par l’Action Française le 9 mai dernier, j’ai répondu à quelques questions : la dernière d’entre elles s’adressait au vice-président du Groupe d’Action Royaliste que je suis depuis sa fondation, et portait sur sa nature et ses activités. Ce ne sont que quelques lignes, et elles ne sont en rien exhaustives, évidemment, des actions et des moyens mis par le GAR à la disposition des royalistes, de tous les royalistes… D’ailleurs, en se promenant sur les sites du GAR, en regardant les vidéos du SACR (la branche audiovisuelle du GAR animée par l’ami Kdou), ou en lisant les publications écrites aussi disponibles sur la toile, chacun pourra constater que, depuis quelques années qu’existe notre Groupe, celui-ci n’a pas chômé et continue, contre vents et marées, de diffuser idées et propositions royalistes… Je dois avouer que je suis très fier d’en faire partie !



3. Comment le Groupe d’Action Royaliste conçoit-il son rôle et de quelle manière participe-t-il à l’entretien et à l’essor de l’espérance royale ?


Le Groupe d’Action Royaliste, qui n’est ni un  mouvement ni un parti, est une structure qui a pour vocation de diffuser les idées royalistes dans le pays, mais aussi de réfléchir à des propositions dans le domaine social, économique, environnemental, institutionnel, et de transmettre le patrimoine royaliste des générations passées, « dans la tradition et l’esprit des Camelots du Roi ». Il intervient aussi et de manière circonstanciée dans certains débats politiques et dans des luttes sociales, régionalistes ou environnementales (Notre-Dame-des-Landes ; PSA-La Janais, à Rennes ; lutte contre la retraite à 67 ans ; etc.).



Pour cela, le GAR édite affiches, autocollants, brochures et livres, ainsi qu’une revue, « Libertés », qui prend la suite de « Action Sociale Corporative » (ou « ASC »). Mais il diffuse également de nombreuses vidéos sur la toile, vidéos qui abordent autant les sujets historiques que les questions sociales ou politiques.


De plus, le GAR soutient toutes les initiatives royalistes, d’où qu’elles viennent, qui peuvent aider au développement crédible du royalisme en France, à Paris comme dans les provinces.


Dans le même temps, chaque année, le GAR organise l’hommage des royalistes au roi Henri IV, et des banquets monarchistes bimestriels.

 

 


 
Plus d'articles...