Nous avons 119 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2015

postheadericon L'absurdité sociale de la retraite à 67 ans.

Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

La Grèce, prisonnière de son endettement et des institutions européennes qui ne lui font (et feront...) aucun cadeau, est redevenue le laboratoire d'un libéralisme de plus en plus violent, encore plus arrogant depuis la « victoire de l'Europe » (sur la Grèce...) vantée par M. Hollande dans un exercice d'autosatisfaction qui promet bien des désillusions. Ainsi, l'âge du départ à la retraite des Grecs sera désormais de 67 ans... Pour ceux qui me lisent régulièrement, ils se souviendront que, depuis le début 2011, je dénonce ce projet (qui n'est pas nouveau) défendu par la classe dirigeante allemande, la Commission européenne et les divers patronats d'Europe pour qui ce n'est qu'un « début », certains prônant le passage à 69, voire 70 ans, tandis qu'il était évoqué, en France il y a quelques mois, par les services de Mme Marisol Touraine, la possibilité de retarder le départ à la retraite des chirurgiens à... 72 ans !


Bien sûr, on peut être encore en forme à 67 ans... mais pas dans tous les métiers !


Si le choix était laissé, librement, aux personnes concernées, et qu'elles l'acceptent, pourquoi pas ? Je crois me souvenir que mon grand-père n'a jamais pris sa retraite et qu'il était encore en activité quelques semaines avant d'être emporté par la maladie, à 75 ans... Mais, dans le cas grec et dans les propositions insistantes du Medef et des fonctionnaires européens (qui, eux, gardent un système de retraites très avantageux !), cet âge de départ serait inscrit dans le marbre de la loi et n'ouvrirait de droits à toucher une pension, d'ailleurs pas forcément pleine et entière, qu'à partir de celui-ci, ce qui est proprement dément quand on connaît le taux de chômage en Grèce et plus généralement en Europe, et la difficulté à retrouver du travail après 50 ans !


Ce qui est certain, c'est que « la stratégie du choc » et du chantage pratiquée par l'Union européenne sous domination allemande permet de véritables « avancées » libéralistes qui m'apparaissent comme autant de régressions sociales, et je sais trop bien que la France en sera sans doute prochainement (après l'élection présidentielle et les législatives de 2017 ?) la victime, toujours « au nom de l'euro » et de « l'application des traités ».


La retraite à 67 ans comme obligation légale est un véritable scandale, qui repose sur quelques malentendus ou (et ?) manipulations. L'argument d'un accroissement permanent de l'espérance de vie est l'un de ceux-ci, ne serait-ce que parce que, dans le même temps, l'espérance de vie en bonne santé est aujourd'hui, en France, de 62 ans et 5 mois, donc bien inférieure à 67 ans ! De plus, et je reviens sur ce fait indéniable, les personnes de plus de 50 ans, réduites au chômage, ont de moins en moins de chances et de possibilités de retrouver un emploi stable dans leur branche d'activité initiale ou dans une nouvelle fonction pour laquelle leur formation peut être plus ou moins longue, au risque d'accroître la période de non-emploi et, donc, de les pénaliser encore dans le calcul de leurs retraites...


Ce que l'on peut dire au Medef de M. Gattaz fils...


Un autre point, peu évoqué par les économistes, c'est le déséquilibre de l'espérance de vie selon le métier et la catégorie sociale : un professeur ou un cadre peut espérer vivre, en moyenne, près de sept ans de plus qu'un ouvrier... Or, ces derniers sont ceux qui, en double peine pourrait-on dire, ont le plus le malheur de connaître une période longue de chômage, en particulier en fin d'activité professionnelle, et qui risquent aussi le plus d'accidents du travail, parfois lourdement handicapants : cela explique en partie la différence d'espérance de vie avec d'autres salariés, même si c'est souvent la dureté des conditions de travail (sur les chantiers par tous les temps, y compris en période de canicule ; dans les usines avec des gestes répétitifs qui peuvent entraîner de lourds problèmes squeletto-musculaires ; etc.) et la difficulté à pouvoir se nourrir de façon équilibrée qui l'expliquent encore plus sûrement...


Faut-il adapter l'âge légal de départ à la retraite à la profession exercée ? Cela peut être une réponse intelligente, même si elle ne peut avoir son plein effet positif que si elle s'inscrit dans une stratégie économique et sociale (l'un ne devant pas être complètement disjoint de l'autre) plus générale et dans une logique qui n'oublie pas les personnes, les familles et, tout simplement, la vie...

 

 


(à suivre : quelques arguments supplémentaires contre la retraite légale à 67 ans.)

 


 

postheadericon Un article contre-révolutionnaire, en 1989.

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

Au printemps 1989, j'étais en maîtrise d'histoire à l'université Rennes2, plus communément appelée Villejean, et je hantais quotidiennement ses couloirs, passant d'un amphi à l'autre, de la cafétéria du grand hall à la bibliothèque universitaire, mais aussi les cafés du centre-ville, particulièrement La Paix que je fréquente toujours, y compris pour rédiger les articles de ce site... Militant royaliste d'Action Française, j'avais fort à faire en cette année du bicentenaire de 1789, et les affichages précédaient les réunions, tandis que, dans le même temps, je travaillais sur mon mémoire de maîtrise d'histoire contemporaine portant sur les royalistes d'AF de Mai 68 au printemps 1971. Pourtant, l'heure était surtout aux cours, colloques, débats et commémorations autour de la Révolution française, et je dévorais tout, ou presque, de ce qui sortait sur ce thème, avec un farouche appétit et une envie non moins grande d'en découdre avec les conformismes du moment...


Rennes2 abritait quelques spécialistes de la période commémorée et discutée (voire disputée...), comme François Lebrun et Roger Dupuy, et l'UFR d'histoire, dont le couloir servait de panneau d'affichage aux tracts du Cercle Jacques Bainville (nom de la section royaliste locale), disposait d'un petit bulletin de liaison rédigé par quelques amis et intitulé Ulysse... En rangeant quelques papiers, j'ai retrouvé le numéro consacré à la Révolution française, dans lequel j'avais eu droit à une tribune d'une demi-page sur ce thème. En voici ci-dessous le texte original, qui mériterait d'être complété, mais que je ne renie évidemment pas, même s'il me semble, avec le recul, incomplet et un peu maladroit dans son expression :

 


« Commémorer ne veut pas dire louer, mais réfléchir, retrouver la mémoire ». Cette phrase du philosophe Pierre Boutang prend tout son sens en cette année de bicentenaire d'une Révolution avec laquelle nous n'en avons pas entièrement fini.


« Retrouver la mémoire » : ne pas oublier ni les grands élans des premiers révolutionnaires pleins d'une sincérité devenue certitude, ni les horreurs sacrificielles d'une Révolution devenue folle d'avoir trop voulu avoir raison. Cette mémoire nous fait mal, comme un déchirement, celui du manteau fleur-de-lysé de l'unité sans l'uniformité. La mémoire est cruelle pour les mythes fondateurs de notre démocratie, et nous savons, comme Charles Maurras l'a si justement énoncé, que « l'expérience de l'histoire est pleine des charniers de la liberté et des cimetières de l'égalité ».



Dans notre Bretagne, il est des traces de la tourmente : combien d'églises violées, au mobilier et à la statuaire brûlés en un autodafé qu'on voulait « purificateur » ? Combien de noms rayés du champ de vie sous le « sabre de la Liberté » ? Tout cela pour parvenir à quoi ? A une cicatrice toujours ouverte. A une province peu à peu vidée de son âme après avoir été privée de sa langue. A un règne despotique de l'Argent-Dieu. A cette soumission de l'intelligence au pouvoir des « bien-pensants », au nom des « Droits de l'Homme », légalisation de la loi de la jungle...


Réfléchir sur la mémoire de la Révolution non en termes de bilan, mais en termes d'actualité. Notre société contemporaine découle de l'application des « principes de 1789 ». Il faut en être conscient. L'Histoire n'est pas une « grande chose morte », elle est cette « tradition critique » qui ouvre la voie à toute « fidélité créatrice ».

 


Jean-Philippe Chauvin

(extrait d'Ulysse, bulletin de liaison de l'UFR d'Histoire, avril 1989, numéro 6)

 


 

postheadericon Le triste bilan d'une crise européenne.

Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

Les derniers jours ont été éprouvants pour qui considère que la vie des sociétés et des personnes ne se limite pas à un taux de croissance ou à quelques statistiques, et pour qui suit le dramatique feuilleton grec ou, plus largement et exactement, européen. La volonté de quelques États de la zone euro, dont le plus puissant est incontestablement l'Allemagne, de briser la souveraineté grecque pour se venger de celui, M. Tsipras, qui a cherché à desserrer la mâchoire de fer de l'ordo-libéralisme, a rendu plus visible que jamais le côté « tyrannique » d'une Union européenne construite « hors-peuples » et plutôt amnésique quand cela l'arrange... Le rappel de la chance donnée à l'Allemagne en 1953 par la remise d'une grande partie de sa dette publique n'a guère ébranlé les gouvernements européens, et, même, les a agacés : pour beaucoup d'européistes, se souvenir de cette histoire-là et prôner une même solution pour l’État hellène, adaptée aux temps actuels et à ce pays précis, apparaît presque comme une sorte de revanchisme belligène ! Ce blocage mental de la part de l'Union qui se prétend européenne n'est guère rassurant, et ferait frémir un Bainville qui avait cette longue mémoire et cette compréhension intime d'une histoire qui ne doit pas se contenter d'être le récit des temps anciens.



Néanmoins, l'histoire est cruelle et elle a tendance à se venger de qui la néglige : la France pourrait bien en faire les frais d'ici peu de temps, si elle n'y prend garde !


Pour l'heure, c'est la Grèce qui souffrira un peu plus encore, et si la politique allemande semble triompher, c'est plus largement le libéralisme et l'économique qui motivent les eurocrates de Bruxelles, aux dépens des États et des peuples, selon la logique dont on me sait l'ennemi acharné, ce franklinisme qui énonce gravement, cléricalement même, « Time is money » : mais quand l'Argent devient la seule valeur dominante en économie, que le travail en devient l'esclave et que les personnes en sont « les variables d'ajustement », c'est trop souvent l'injustice sociale qui s'invite au bal ! Trop souvent, mais pas forcément automatiquement : si les États restent forts, sûrs d'eux-mêmes, volontaires mais aussi soucieux de leurs devoirs sociaux, ils peuvent encore agir et préserver les intérêts de la nation et de leurs citoyens ; mais s'ils sont affaiblis, ou qu'ils doutent d'eux-mêmes et se contentent d'être des administrations ou de simples relais des féodalités économiques ou financières, ils deviennent détestables et aussi tatillons qu'ils sont politiquement impuissants...


L'Europe punitive...


Les événements récents m'ont renforcé dans mon royalisme, s'il en était encore possible, et ils m'incitent à souhaiter, encore plus ardemment, l'instauration, en France, d'une magistrature suprême de l’État au-delà des partis et des acteurs économiques et financiers, c'est-à-dire monarchique, héréditaire et successible. Pour ne pas laisser les Fouquet prendre le pouvoir et imposer leur règne de fer et d'acier, encore faut-il un État digne de ce nom et de sa fonction, éminemment politique et qui puisse « faire de la force », comme le demandait Maurras quand Bernanos le pensait, d'abord et tout aussi sûrement, source et garantie de justice. Pour que la France ne connaisse pas le sort tragique d'une Grèce qui s'apprête, après une résistance honorable et solitaire, à entamer un nouveau cycle d'austérité pour les prochaines années, voire décennies, dans l’indifférence malvenue d’une Europe fatiguée de sa propre histoire, encore faut-il que la volonté politique s’incarne en une dynastie enracinée et décidée à faire tenir son rang à la France, dans le monde et, parfois, face aux autres


Mais le temps presse, et il n'est pas certain que notre entrée en période électorale, en ce régime qui vit en « présidentielle permanente », soit de bon aloi pour relever les défis que la Grèce nous annonce et que la mondialisation, mais aussi l’Allemagne, nous imposent...

 


 

postheadericon La Grèce à l'épreuve de la politique européenne...

 

Au lendemain de la « capitulation » de M. Tsipras, je lis et j'entends la joie mauvaise des éditorialistes, des économistes et des politiciens pour lesquels, selon la formule célèbre et incantatoire de Mme Thatcher, « il n'y a pas d'alternative » (« There is no alternative »), pas d'alternative au libéralisme, à la loi du Marché et à sa « main invisible », et, accessoirement, à une logique austéritaire qu'il faudrait plutôt qualifier, non d'inégalitaire, mais de profondément injuste, fondée qu'elle est sur l'anarchie économique qui favorise à la fois la démesure et la violence. Bertrand Renouvin parlait avec justesse d'une « économie sauvage » et titrait sur celle-ci un des numéros des Cahiers trimestriels de Royaliste au commencement des années 1980, mais nous n'étions qu'au début de la grande vague qualifiée à tort de conservatrice quand elle était profondément destructrice des équilibres anciens et des fameux acquis sociaux qui avaient permis, en fait, la prospérité des « Trente glorieuses ».



« Il n'y a pas d'alternative » : soumettez-vous, en somme ! En dehors de la démocratie capitaliste, du libéralisme européiste et de la mondialisation sans entraves ni limites, de ce globalitarisme qui décourage toute réflexion et toute imagination hors du Système franklinien du « Time is money » (« Le temps c'est de l'argent »), point de salut ! Les derniers événements de Grèce ne donnent-ils pas raison aux prophètes de ce fatalisme économique et social ? En fait, seulement en partie, et a contrario, la tragédie grecque des derniers mois (qui font suite aux dernières années non moins tragiques...) ouvrent quelques pistes d'analyse et de réflexion, et permet de reposer la question de la stratégie politique à adopter face aux défis contemporains.


La mésaventure de M. Tsipras montre la difficulté de construire une alternative pérenne face aux oukases du libéralisme européen (qui est plus complexe qu'on le croit généralement, et qui connaît quelques variantes selon les histoires et les traditions économique locales), mais révèle aussi quelques-unes des failles et des faiblesses de ce dernier, ce qui n'est pas inintéressant.


Premier point : les difficultés de la zone euro prouvent à l'envi les fragilités d'un système de monnaie unique qui n'offre guère de souplesse aux pays qui en dépendent lorsque surviennent les turbulences financières ou économiques, et qui répond aux crises par de simples et souvent cruelles et injustes mesures austéritaires sans, pour autant, résoudre les problèmes de fond. L'erreur première de ce système est sans doute que, justement, cette monnaie est « unique » pour des pays fort différents et pas toujours adaptés à la rigueur nécessaire pour « tenir » celle-ci : mieux aurait-il valu construire une « monnaie commune » à quelques pays, monnaie qui aurait cohabité avec les monnaies nationales (voire régionales et municipales...), de la drachme au mark, avec leurs données propres et la capacité d'évoluer (annuellement ou pluri-annuellement) dans leur niveau de change par rapport à la monnaie « centrale et commune » de l’Eurozone. L'avantage de cette formule (qu'il n'est peut-être pas trop tard pour fonder) est d'amortir les chocs pour l'ensemble quand un pays se trouve confronté à des difficultés liés à un endettement trop important ou à une situation particulière (et parfois juste temporaire), et de pouvoir dévaluer sa propre monnaie au sein de l'Eurozone sans fragiliser celle-ci. L'autre avantage c'est de garantir la souveraineté de chaque État au sein d'une Union devenue, aujourd'hui, un carcan et non un outil, ce qu'elle devrait, pourtant, être si elle veut être aimée et, au moins, soutenue et efficace, ce qui n'est plus vraiment le cas...



Deuxième point : la résistance inattendue de la Grèce, pourtant exsangue, a montré que la politique économique de l'Eurozone dépend aussi de rapports de forces éminemment politiques... Cela prouve aussi que c'est par le politique que l'on peut infléchir le cours économique des choses, mais qu'il y faut la volonté à la tête de l’État et le renfort de quelques alliés, le combat solitaire étant, trop souvent, voué à l'échec, faute de moyens et de soutiens toujours utiles. De plus, la Grèce ne disposait sans doute pas d'une masse critique suffisante (sur le plan politique comme économique) au sein de l'Union, au contraire de la France qui, en 2012, n'en a pas vraiment fait usage alors qu'elle aurait pu réussir ce que la nation hellène a failli réussir par sa seule détermination... De plus, les opinions publiques européennes ont manqué à la Grèce, trop occupées à leurs propres égoïsmes « nationaux » et ne pensant (comme le veut l'Union) qu'à « la dette des autres», nouvelle paille qui évite souvent de voir la poutre que l'on a dans l’œil...


Troisième point, qui précise le deuxième : c'est bien le retour du politique et de sa principale structure pratique, l’État, qui peut changer le rapport de forces et limiter les aspects de plus en plus dévastateurs d'une mondialisation globalitaire « déracinante » qui prône un néo-nomadisme sans limites et, parfois, contraignant. D'ailleurs, M. Tsipras et Mme Merkel ont fait de la politique, dans une lutte inégale entre David et Goliath qui, là, n'a pas tourné, pour l'heure, à l'avantage du plus faible ! Et la chancelière allemande, plus intelligente que son Opinion publique, s'est comportée en fine politique, attachée à cette ligne Siegfried des traités et de la rigueur budgétaire sans, pour autant, « tuer » la Grèce mais en l'encerclant et en la coupant d'éventuels alliés (en particulier de la France, qui était la principale inquiétude de Mme Merkel dans cette affaire) : ainsi, la politique, et en l'occurrence la politique de l'Allemagne, a eu le dernier mot et Mme Merkel a, pour l'heure, renforcé sa position dominante en Europe, autant vis à vis de ses partenaires (vassaux, diraient certains, ce qui n'est pas totalement infondé pour quelques-uns des pays de la zone euro) que de l'extérieur...



Je ne dirai pas que tout est politique, mais plutôt que le « Politique d'abord », cette formule éminemment maurrassienne, a montré là, autant du côté grec que du côté allemand, sa redoutable actualité... Cela ne devra pas être oublié dans les prochains mois et aux prochaines échéances !

 

 


 

postheadericon L'interventionnisme, stade suprême de l'européisme ? Ma réponse à Jean-Marie Colombani (4).

 

Lénine, en 1916, évoquait « l'impérialisme, stade suprême du capitalisme » : d'une certaine manière, Jean-Marie Colombani lui donne raison par ses propos : « Certes, il faut protéger le peuple grec. Ce qui veut dire aujourd'hui le défendre face à un gouvernement qui l'appauvrit et le précipite, pour des raisons idéologiques, dans l'inconnu. La Grèce et les Grecs méritent mieux que le triste gouvernement de Monsieur Tsipras. » Derrière ces quelques phrases apparemment anodines et qui peuvent être librement écrites (et c'est tant mieux, d'ailleurs !) et discutées (idem !), l'on sent bien le désir fort d'un interventionnisme politique européen en Grèce, considérée comme une simple province de l'Empire (au sens romain du terme), au nom d'une Europe qui ne devrait plus être débattue mais seulement obéie, y compris dans ses conséquences économiques : capitalisme libéral et jacobinisme idéologique, d'une certaine manière !


Cet interventionnisme est la preuve d'une impuissance, celle des européistes et des institutions européennes comme internationales, des créanciers de la Grèce, à pouvoir la faire céder à « leurs » conditions : le réveil indépendantiste hellène montre aussi, a contrario, le caractère profondément intrusif de l'Union européenne dans la direction des pays qui la composent, et l'absence de souplesse et de mesure de cette Europe qui s'est construite sur des espérances, mais aussi et surtout sur une série de malentendus et de non-dits. Malheureusement, pourrait-on ajouter, car la construction d'un ensemble géopolitique européen indépendant aurait pu ouvrir d'autres perspectives que celles aujourd'hui visibles et peu satisfaisantes d'un monde européen largement manipulé ou contrôlé par une super-puissance d'Outre-Atlantique et par une « gouvernance mondiale » qui ne laisse guère de place aux gouvernements eux-mêmes.



En cela, M. Colombani est conséquent avec lui-même et cette logique de l'européisme qui cherche à « dépasser » les États et à renforcer le jacobinisme de Bruxelles, mais fait, en définitive, le jeu d'une puissance allemande qui ne veut pas s'assumer jusqu'au bout, parce qu'elle préfère, pour des raisons qui tiennent à son histoire tragique du XXe siècle, un néo-bismarckisme intra-européen à une affirmation internationale qui réveillerait des inquiétudes, en particulier des puissances anglo-saxonnes : celles-ci, et notamment les Etats-Unis, tirent donc grand profit de cette « timidité » germanique et de l'actuelle impuissance française.


Que l'on me comprenne bien : je ne dénie aucunement à M. Colombani le droit de critiquer le gouvernement grec, mais je conteste son idéologie et cet interventionnisme de nature idéologique (en temps de paix et dans un pays en paix) qui, parfois, peut prendre des aspects plus violents et a montré, y compris dans une histoire récente, ses limites et ses risques. Tout État constitué, au sein de l'Union, doit pouvoir dire son mot, avec les formes institutionnelles qui sont les siennes et, d'ailleurs, n'est-ce pas la meilleure application du fameux principe de subsidiarité inscrit dans le traité de Maëstricht de 1991, mais fort peu respecté comme l'annonçaient et le craignaient, au moment du débat référendaire de 1992, les souverainistes et de nombreux royalistes français ?


L'Union européenne ne doit pas être une fusion et une confusion, ce que voudraient M. Colombani et ses amis, mais un ensemble de libres États unis autour d'intérêts communs et susceptibles de présenter une alternative géopolitique à la logique des « empires » politiques comme économiques. Plutôt que l'interventionnisme au sein des États en difficulté, c'est la solidarité qu'il faudrait mettre en avant : non pour agir à la place des gouvernements locaux, mais pour les conseiller ou les aider sans les humilier !



Un exemple simple, dans le cas de la Grèce : l'Union aurait pu favoriser une valorisation touristique et artistique du pays pour, par de nouveaux flux de visiteurs, permettre l'entrée de nouvelles ressources financières et aider à la remise à flots financière et économique. La France, en lançant des initiatives en ce sens, par exemple par le prêt à Athènes de statues grecques antiques aujourd'hui présentées au Louvre ou des jumelages médiatisés entre villes françaises et grecques, pourrait participer à cet effort qui, d'ailleurs, profiteraient aux deux pays : il y aurait tant à faire, et ce ne sont pas les idées qui manquent ! Cela serait aussi une manière de valoriser une certaine idée culturelle de l'Europe en un temps où les peuples recherchent avidement du sens aux choses...


Plutôt que l'interventionnisme et la répression budgétaire, mieux vaudrait l'échange, le dialogue, la fondation (ou la redécouverte) d'une histoire, sinon unique, du moins commune. En somme, tendre la main aux autres, et aux plus faibles en particulier, plutôt que brandir la menace !


L'Europe mérite mieux que M. Colombani, en définitive...

 

 


 
Plus d'articles...