Nous avons 143 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2014

postheadericon Un découpage républicain, à l'image de la République...

Note des utilisateurs: / 5
MauvaisTrès bien 

 

Le redécoupage régional de M. Hollande est une escroquerie à grande échelle : décidé, dans certains cas, à la dernière minute et après des tractations parfois bien peu honorables, il apparaît comme un assemblage purement technique, simple addition de régions destinée à créer des ensembles purement administratifs selon des critères vaguement économiques et selon des calculs dans lesquels les sentiments et l'histoire n'ont aucune place. En somme, voici une nouvelle manifestation de ce jacobinisme détestable qui est, depuis les origines, la marque de fabrique de la République, toujours centralisatrice dans ses profondeurs et ses pratiques institutionnelles !



Pourtant, l'occasion était belle de réparer les injustices des anciens découpages, autant ceux des départements nés de la Révolution que ceux des régions nées de la technocratie vichyste puis de la Quatrième République : occasion manquée, une fois de plus ! Ainsi, Nantes restera dans des Pays de la Loire sans réelle identité commune tandis que la Bretagne continuera à pleurer sa capitale des Ducs condamnée à rester de l'autre côté de ses frontières administratives... Et nos féodaux républicains viendront ensuite se plaindre du ressentiment des électeurs à leur égard ! En tout cas, les Bretons ont de quoi nourrir leur colère, déjà vive ces temps derniers, et les régionalistes, en particulier ceux qui se revendiquent de gauche (militants de l'Union Démocratique Bretonne, dont certains sont mes amis de longue date), peuvent méditer sur l'idéologie véritable d'un Parti Socialiste qui, loin du régionalisme discret de François Mitterrand, préfère raisonner en chiffres statistiques et « grandes eurorégions » technocratiques que penser en termes de mémoire et de destin. Le PS devrait pourtant savoir que l'on n'est pas amoureux d'un taux de croissance ou d'un cadre administratif, mais bien plutôt d'une terre, d'une histoire, parfois de mythes, qui donnent aux femmes et aux hommes d'un lieu des raisons de vivre quand l'Economique ne nous donne que des moyens d'existence qui, s'ils sont utiles pour remplir les estomacs, ne suffisent pas à faire battre le coeur des peuples !


Ainsi, ce combat ancien pour la reconnaissance de la Bretagne dans ses limites historiques va continuer : mais il me semble que le projet actuel du gouvernement, projet qui a surtout fait des mécontents dans tous les coins de France, nous rappelle que la République n'est plus qu'une structure froide et que son idéologie anhistorique est la négation des différentes formes d'enracinement qui, pourtant, permettent aux hommes et aux sociétés de ne pas devenir les esclaves de l'Economique et d'une mondialisation qui ne veut reconnaître que d'éternels nomades individualistes, simples consommateurs de temps et de matière...



Le combat royaliste pour les racines, celles qui permettent aux arbres humains et sociaux de monter au plus haut et de résister aux tempêtes de l'histoire et à celles, parfois pires, de l'amnésie, est un combat toujours plus nécessaire : en piétinant les fruits des générations passées au nom d'une froide géométrie économiciste, la République de MM. Hollande et Valls risque bien de réveiller contre elle quelques chouanneries anciennes et d'en susciter quelques nouvelles...

 


 

postheadericon Défaillance française : la grande faute de la République.

 

La déclaration de M. Hollande de lundi soir était fort étrange et n'a pas eu d'autre effet que de déconsidérer un peu plus le président et son action, en particulier à travers cette forme d'amateurisme qui semble presque revendiquée, jusqu'au lapsus présidentiel même pas corrigé alors que l'intervention était enregistrée et non retransmise en direct : lapsus révélateur, non dans ce qu'il disait mais par ce qu'il démontrait, cette sorte de dilettantisme qui affecte la tête de l'Etat, insouciance bien peu recommandable dans la période que nous traversons... En somme, dans son exercice de la plus haute magistrature de l'Etat, le président manque de cette rigueur qu'il veut imposer aux Français en économie.


Conjuguée à l'effondrement de son socle électoral et à l'implosion de la principale formation parlementaire d'opposition au lendemain d'une élection européenne qui a vu l'affirmation de la contestation par les urnes, cette attitude de renoncement politique accélère la désagréable impression d'abaissement de la France dans la hiérarchie des puissances en Europe : ainsi, la France défaillante laisse-t-elle la place à une Italie qui, à travers son président du Conseil Matteo Renzi, paraît vouloir reprendre son destin en mains et imposer son tempo à l'Europe en profitant de sa prochaine présidence du Conseil de l'Union européenne à partir de juillet, promettant de défendre alors un ambitieux et volontariste programme de relance de la croissance.


Cette défaillance de la France en Europe est « la conséquence des inconséquences » de la République hollandiste, et il n'y a pas à s'en réjouir car elle confirme que c'est bien la France et ses Français qui ont le plus à souffrir de la République, avant même une Europe qui, à défaut de pouvoir se passer de notre pays, accepte sa rétrogradation au sein de sa hiérarchie interne.


Une France dans le brouillard...


Doit-on se contenter de ce constat désastreux ? Non, bien sûr, mais il semble bien difficile, désormais, de nier la responsabilité d'un système et de sa classe dominante (et discutante, selon le mot intelligent de Max Weber) qui le sert et qui s'en sert au lieu de servir le pays réel et actif, le « pays vif » qui veut aimer et transmettre, s'aimer et durer. Le déclin n'est jamais une fatalité, il n'est que le résultat d'un découragement, d'un déni de réalité ou d'une paresse de l'esprit, d'un manque d'espérance aussi. Il manque à la République ce souffle nécessaire qui anime les êtres et les nations, et, sans doute, comme le rappelait le républicain conséquent Régis Debray il y a quelques années, il lui manque aussi et surtout « une famille royale » pour l'incarner dans les bons moments comme dans ceux de doute et d'angoisse...


Sans doute, la « famille » n'y suffira pas, au moins dans les premières années : il lui faudra une tête pour assumer la plus haute magistrature de l'Etat qui se devra d'être active et profondément, éminemment politique pour redresser la barre d'un pays qui, aujourd'hui, semble à la dérive, livré aux vents mauvais et contraires de la mondialisation incontrôlée et aux tempêtes multiformes de la colère, pas toujours bonne conseillère quand elle s'aveugle elle-même ou qu'elle oublie le sens des réalités et celui de la mesure, qualité que les rois ont toujours rappelée dans cette formule si juste : « savoir raison garder ».



En ce mardi gris aussi triste qu'une fin de règne, il faut poser les jalons d'une nouvelle espérance française, d'une nécessaire action capétienne et, en attendant le Roi, assumer une régence de la passion française que la République a aujourd'hui oubliée, fille ingrate d'une France qui, pourtant, l'a aussi aimée, jadis...

 


 

postheadericon Penser d'abord à la France pour mieux servir l'ensemble européen.

Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 


Dans le cadre de la campagne électorale européenne, le quotidien Ouest-France a publié en début de semaine une tribune que j'ai rédigée il y a deux semaines au nom de la liste « Pour une France royale au cœur de l'Europe », et que je livre telle quelle ici. Bien sûr, elle mériterait complément et explications mais il me semble que, après dimanche, le thème de la construction européenne restera un sujet de débat et de combat pour le royaliste que je suis, et qu'il sera toujours temps, dans les mois qui viennent, d'approfondir la réflexion et l'argumentation sur les raisons qui appellent une refondation de l'Europe...

 


L'Europe était une espérance et une belle idée, mais les européistes en ont fait une idéologie et un carcan. Aujourd'hui c'est un dramatique échec, économique et social, et pire encore, c'est désormais une arme contre le droit social et la souveraineté des Etats, aggravée par le futur traité transatlantique de libre-échange avec les Etats-Unis.



Dénoncer et déconstruire cette « Europe légale », économiquement trop libérale et politiquement trop jacobine, est une nécessité. : refonder l'Europe en s'appuyant sur « l'Europe réelle », celle des Etats, des nations et des traditions propres à chacun en Europe, celle des familles et des citoyens, en est une autre, constructive et positive.


De plus, penser d'abord à la France pour mieux servir l'ensemble européen : renforcer et libérer l'Etat pour promouvoir une nouvelle politique énergétique fondée, par exemple, sur les énergies marines ; pour préserver et élargir nos alliances dans le monde, par le biais de la francophonie, véritable ouverture sur tous les continents et vers tous les peuples ; pour soutenir le Travail français et mieux peser sur l'économie du continent sans oublier la nécessaire justice sociale et la lutte contre la pauvreté, grande absente des politiques européennes...



Pour cela, une Monarchie active en France, susceptible d'exploiter les qualités et les potentialités françaises et de promouvoir un autre mode de fonctionnement des institutions européennes, plus politique et plus humain, est le meilleur levier institutionnel pour rendre à l'Europe historique les forces nécessaires pour affronter et maîtriser la mondialisation.

 


Jean-Philippe Chauvin, pour la liste de l'Alliance Royale, « Pour une France royale au coeur de l'Europe ».

 


 

postheadericon Ma colère contre les européistes qui négligent les Européens.

 

Je poursuis ma campagne royaliste pour l’élection européenne du dimanche 25 mai : tractages, affichages (principalement sur les panneaux électoraux officiels), entretiens avec des radios et des télés locales, réunions de travail avec des militants royalistes, discussions avec des passants ou des personnes surtout curieuses de savoir pourquoi je suis royaliste ou soucieux de me manifester leur opinion sur la construction européenne actuelle, opinion souvent peu flatteuse à l’égard d’icelle


De nombreuses questions mais aussi de multiples objections ont été posées et opposées au royaliste que je suis, et cela me pousse à travailler encore et encore sur le thème de l’Europe qui, quoiqu’il arrive, va sans doute rester un ensemble de débats, parfois de fractures, au sein de notre société et de celle de nos voisins : les tempêtes qui s’annoncent n’épargneront pas l’Union européenne et les Etats qui la composent, au moins avant qu’elle ne se décompose, ce qui n’est pas à exclure au regard de l’histoire et des forces gigantesques que la mondialisation réveille et soulève, des forces malheureusement parfois cruelles et vengeresses, comme le rappelle régulièrement Jean-Michel Quatrepoint au fil de ses ouvrages, de ses articles et de ses conférences.



Ce qui est certain, c’est que l’idée d’Europe sort très affaiblie de cette campagne électorale et de moins en moins populaire malgré les efforts désespérés mais bien vains de la famille Hutin dans Ouest-France et de ceux des « grands croyants » de l’européisme que sont M. Lamassoure et Mme Guigou, qui apparaissent aux yeux des citoyens comme des « privilégiés de l’Europe », impression terriblement contre-productive en ces heures compliquées et difficiles pour nombre de nos concitoyens. Je me souviens d’ailleurs avoir rencontré M. Lamassoure dans l’été 1987 lors d’une université d’été des Jeunes Giscardiens à laquelle j’avais été invité (en tant que « journaliste royaliste »…) par un ami centriste, et son europtimisme exalté m’avait mis mal à l’aise : j’avais l’impression qu’il était engagé dans une sorte de combat qui visait à défaire rageusement la nation France (tout en prétendant le contraire, bien sûr) pour arriver à fonder une sorte de paradis sur terre qui se serait appelé « Europe », et il avait pris des accents lyriques pour demander aux participants de cette assemblée de jeunes libéraux de détruire les barrières des frontières de la Communauté économique européenne (qui ne s’appelait pas encore Union) au premier jour de 1992. Ce 1er janvier-là était déjà annoncé comme une date merveilleuse ouvrant une ère de prospérité, de plein emploi et de puissance tranquille puisque l’Acte Unique européen signé en 1986 et qui achevait la formation d’un Grand marché libre-échangiste, autant pour les hommes que (surtout…) pour les capitaux, achèverait alors de se déployer… Inutile de dire que réécouter son discours de l’époque serait sans doute d’une grande cruauté ! Mais il est toujours là, sans honte, à déverser les mêmes arguments et sans voir que la réalité a depuis longtemps abandonné le sillon de ses illusions


J’ai le même malaise, qui s’est depuis longtemps transformé en une sorte de colère froide permanente, à l’égard de ses diseurs de bonne aventure qui ne se remettent pas en cause et nous serinent à longueur de discours que la situation serait pire encore si l’euro n’était pas là, ou si l’Union n’existait pas, etc. Avec des « si », on peut bien mettre Paris en bouteille, cela ne change rien à l’affaire, et il suffit de traverser notre pays, pourtant moins mal en point que le Portugal ou la Grèce, pour constater que la promesse d’une Europe joyeuse n’est plus qu’un repoussoir pour toutes ces personnes qui souffrent de ne pas avoir d’emploi, de ne pas être écoutées, de ne pas être reconnues, et à qui l’on demande de voter pour élire des députés qui, une fois à Bruxelles et à Strasbourg, « font l’Europe » et oublient un peu trop facilement ceux qui les ont élus : d’ailleurs, qui connaît « ses » députés européens ?


Colère aussi devant l’hypocrisie de la classe politique qui parle de démocratie à tout bout de champ mais se refuse à engager des procédures référendaires sur les thèmes qui, pourtant, touchent la vie de nos concitoyens ; cette classe politique qui a contourné le vote français (mais aussi celui des Pays-Bas, encore plus massif dans son refus) sur la constitution européenne, pour mieux imposer cette même constitution à peine amendée par le mécanisme parlementaire d’une démocratie représentative de moins en moins populaire et de plus en plus discréditée.


La voix étouffée des citoyens européens


Soyons clair : je ne suis pas un adepte d’une démocratie totale où tout passerait par la « Vox populi », et je me méfie parfois des démagogies qui se cachent derrière les appels au peuple. Mais cette prudence ne m’empêche pas de considérer que le référendum, appliqué avec un certain discernement, peut être une excellente chose, et les Suisses, après tout, sont plus raisonnables (sans être moins libres) que nos ancêtres athéniens…


Ma colère se nourrit aussi de la méconnaissance par les élites européistes des conséquences de leurs décisions et oukases : le traitement, d’une brutalité sans égale (et sans réserve) dans un pays démocratique européen contemporain, qui a été réservé à la Grèce (avant le Portugal et l’Espagne) par la fameuse troïka FMI-Commission européenne-Banque centrale européenne n’a pas fait ciller ces mêmes européistes pour qui la ligne d’horizon reste la seule réduction des déficits et le remboursement des dettes astronomiques contractées par un pays à qui l’on a fait croire que le bonheur était dans cette Europe où l’argent semblait si facile et toujours éternel. Et pourtant ! Sans méconnaître les fautes des gouvernements successifs d’Athènes et la part de responsabilité des consommateurs et citoyens grecs eux-mêmes, un peu d’humanité n’aurait pas nui dans cette affaire plutôt que de traiter la Grèce toute entière comme une nation coupable et de lui imposer ce « talon de fer » d’une véritable dictature économique. Que les salaires aient été amoindris de 30 à 40 % pour les fonctionnaires, que les retraites aient suivi la même pente, que le chômage touche plus du quart de la population active au moment où les aides sociales sont drastiquement diminuées, cela n’est pas anodin dans une société contemporaine qui a tout « réglé » sur la seule possession de l’argent et des moyens qu’il procure dans une société de consommation. Apprendre que près d’un tiers des Grecs renonce désormais à se soigner, que le taux de suicide a explosé depuis quatre ans, que l’espérance de vie pourrait décroître fortement dans la décennie qui vient, tout cela me choque ! Et nos européistes ? Pas un mot pour les populations qui souffrent mais des incitations au gouvernement grec à continuer sur la voie de la rigueur (en fait, une politique austéritaire) et du redressement budgétaire, et le constat statistique que « cela va mieux » pour l’Etat, désormais en train de revenir sur les marchés pour financer sa dette… Quel cynisme, ou quelle inconséquence ? Sans doute les deux…


La colère grecque dans la rue, jamais complètement éteinte...


C’est cela, entre autres, qui nourrit ma colère à l’égard d’une « Europe » qui, éperdue de libéralisme économique et d’égoïsme individualiste, oublie les Européens eux-mêmes et les traditions issues d’un long passé catholique et parfois royal (pour la France, en particulier), traditions de partage et d’entraide qui, pourtant, seraient bien nécessaires aujourd’hui pour apaiser les souffrances et les inquiétudes des plus faibles socialement. Et, si je mets des guillemets à cette « Europe-là », c’est parce que je suis de plus en plus persuadé qu’elle n’est qu’un moment de l’Europe et non son essence profonde, ni sa réalité souhaitable. L’histoire nous apprend que les empires périssent de leur vanité et de leur aveuglement : l’Union européenne, en oubliant cette mise en garde simple et en se voulant un empire (commercial, surtout…) de 500 millions d’habitants alors qu’elle est d’abord constituée de peuples et de nations différentes qui ne veulent pas disparaître, même pour l’Europe et dans l’Europe, a sans doute creusé son tombeau…


C’est aussi pour cette raison qu’il importe de ne pas confondre Union européenne et Europe : si l’Union européenne peut être condamnée, il est fort probable que l’Europe, elle, lui survivra et trouvera d’autres voies pour s’exprimer et s’épanouir

 


 

postheadericon Un bref résumé des propos royalistes sur l'Europe, à l'occasion des élections européennes de ce mois de Mai...

 

La campagne pour les élections européennes que je mène est l'occasion d'envoyer quelques courriers et communiqués à la presse régionale et locale, sans grand profit pour l'instant... Il est vrai que, au regard du nombre de listes présentes (25 dans ma circonscription de l'Ouest, 31 en région Ile-de-France...), la place est fort réduite pour celles qui n'ont pas une grande surface électorale : il est possible de le regretter mais c'est un fait et cela doit plutôt nous inciter à développer nos propres moyens d'expression et canaux de diffusion, sans bouder notre plaisir, néanmoins, quand les journaux, radios ou télés locaux nous invitent pour quelques lignes ou pour quelques minutes de parole. Ainsi, je suis en train de rédiger, à leur demande, quelques tribunes, souvent courtes, pour des quotidiens bretons ou manceaux, entre autres, et j'ai déjà répondu à plusieurs questions pour une télévision rennaise dans laquelle j'ai été très bien accueilli, ce qui est fort appréciable (j'en reparlerai quand les quelques minutes « royalistes » seront diffusées sur cette chaîne, car les trois questions qui m'ont été posées étaient fort pertinentes).


Bien sûr, tout cela ne provoquera pas un raz-de-marée électoral en faveur de la liste royaliste « Pour une France royale au coeur de l'Europe » à laquelle je participe activement, mais quelques vérités seront dites et quelques idées monarchistes propagées, ce qui n'est pas si mal !



Voici ci-dessous des extraits d'un communiqué envoyé cette semaine à des rédactions locales de la presse écrite et qui évoque, en quelques mots, les positions monarchistes que je défends. Chacune des phrases ci-dessous mériterait un long développement et les lecteurs de ce site ont sans doute constaté que j'ai déjà évoqué certains éléments repris brièvement ici... Mais il me faudra évidemment remettre la main et la plume à l'ouvrage pour préciser et compléter ma pensée...



« Durant cette campagne, la liste royaliste dénoncera une construction européenne qui est devenue, malheureusement, destruction du lien social et de la protection nationale, ainsi que le libéralisme sans frein qui en est le moteur ou l'alibi.


La liste royaliste dénoncera aussi l'indifférence des institutions européennes à la question de la pauvreté : aujourd'hui, selon les chiffres d'Eurostat, 125 millions d'habitants de l'Union Européenne sont pauvres et des dizaines de millions sont en voie d'appauvrissement, alors que l'UE est la zone la plus riche du monde selon les économistes !


La pauvreté dans les rues de France et d'Europe : un scandale social oublié par les institutions européennes.


La liste royaliste proposera que l'euro devienne une « monnaie commune » plutôt que de rester « monnaie unique » des pays qui y participent.


La liste royaliste défendra l'idée d'une France forte susceptible,avec d'autres Etats de bonne volonté, de « refonder l'Europe », pour une Europe des alliances, des projets et des différences respectées.


« Pour une France royale au coeur de l'Europe » résume notre combat : une Monarchie en France aurait l'avantage de redonner à l'Etat politique du temps et de l'énergie pour penser l'avenir en termes de politique et de justice sociales, et non pas simplement en termes économiques. »

 


 
Plus d'articles...