Nous avons 137 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2014

postheadericon Richelieu : servir l'Etat.

 

En relisant quelques revues royalistes des années 2000, j'ai retrouvé un article que j'avais écrit pour Les Épées, un trimestriel monarchiste qui avait pris comme devise la phrase célèbre de Pierre Boutang, philosophe néomaurrassien (postmaurrassien ?), « Le droit du prince naît du besoin du peuple », une formule qui, d'ailleurs, me semble d'une grande actualité. L'article était, en fait, une critique sympathique du livre de François Bluche sur le cardinal de Richelieu, notre grand homme d’État dont il serait bon de relire les écrits pour mieux saisir les devoirs de ceux qui tiennent l’État et sont censés le servir...


Voici donc le texte de l'article publié dans Les Épées de février 2004, et intitulé « Servir l’État » :

 


Dans le bureau de Charles Maurras trônait un superbe buste du cardinal de Richelieu. Cette présence ne devait rien au hasard et signait l'inspiration politique profonde du théoricien de l'Action française. Aussi n'est-il pas inutile de se plonger dans l'essai de François Bluche intitulé simplement Richelieu pour découvrir (redécouvrir) ce fidèle serviteur de l’État. Cela s'avère d'autant plus nécessaire en cette heure où les notions de « service » et d’« État » sont moquées, parfois même ridiculisées par ceux-là mêmes qui devraient en être les défenseurs.



La particularité de cet ouvrage est la succession de chapitres courts, de quelques pages seulement, denses sans être lourds et qui évoquent tel aspect du cardinal ou tel événement de sa vie ou de sa pratique politique. C'est aussi ce qui renforce l'aspect pédagogique du livre, des annexes fort complètes et utiles, en particulier la chronologie et le glossaire.


Résumer ce livre n'aurait évidemment pas de sens : il n'est pas impossible néanmoins d'en retenir quelques fortes vérités qui, au-delà de l'histoire, peuvent éclairer ce que peut - et sans doute doit – être une politique de tous les temps. Ce que montre Bluche, c'est que, d'une certaine manière, il n'y a pas de Richelieu sans le roi, en l'occurrence Louis XIII. Dans cet ordre politique, comme le souligne Bluche, « C'est le plus intelligent qui conçoit, l'autre corrige. C'est le souverain qui décide, le ministre exécute. Toute la difficulté pour le concepteur consiste à persuader le décideur ». En même temps, Richelieu, fidèle au Roi donc (et parce que) fidèle à ce que le Roi représente et, ontologiquement, « est » c'est-à-dire l’État et le Royaume, est conscient, non de la faiblesse de sa position, mais de sa précarité : si Louis XIII meurt avant d'être père (ce souci disparaît en 1638 avec la naissance du futur Louis XIV), que restera-t-il du cardinal et de son œuvre ? Richelieu est détesté des « Grands », véritables oligarques (et oligarchistes) de son époque. Mais malgré les tiraillements et les querelles, le Roi est d'abord de par sa fonction (ses sentiments peuvent parfois être autres), un politique. L'essai de Bluche, sans omettre les « côtés obscurs » du cardinal et de son souverain, souligne cette forte complémentarité, à la fois institutionnelle et personnelle, entre les deux hommes, et qui, au-delà de la mort, marque le souvenir de l'histoire de notre pays.


Le tombeau du cardinal de Richelieu à la Sorbonne.


Quand, en notre République, les souverains présidentiels ne sont que des suzerains de partis, et que les politiciens confondent « servir » et « se servir », l'évocation d'un homme qui sût manœuvrer pour la gloire de l’État et de la nation, qui osa l'impopularité pour mieux accomplir son devoir d’État est source de réflexion, peut-être d'admiration. Il apparaît plus facilement compréhensible, une fois le livre lu, que cet homme-là, ce cardinal-guerrier, ce patriote « de raison, de tradition, de sentiment », ait eu autant d'ennemis parmi « les envieux et les malhonnêtes », parmi ceux qui font passer leurs intérêts ou leurs idéologies avant les nécessités publiques. « Il leur fera toujours peur »...

 


François Bluche, Richelieu, Perrin, Paris, 2003.

 


 

postheadericon Le retour de la morue.

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

Dans un cours que je faisais dernièrement sur les « Trente Glorieuses », de plus en plus souvent qualifiées de « Trente Ravageuses », j'évoquais la disparition, d'ailleurs postérieure à cette époque, de la morue au large du Canada, victime d'une pêche industrielle intensive qui cherchait à répondre aux nouveaux besoins d'une société de consommation de plus en plus gourmande et de moins en moins raisonnable. J'ajoutais que, depuis le début des années 90, ce poisson, qui avait motivé tant de sacrifices humains, encore inscrits sur les murs de certaines de nos églises bretonnes, n'avait pas réapparu de façon pérenne dans l'Atlantique Nord. Un de mes élèves, attentif aux questions scientifiques et environnementales, me démentit et m'annonça que, depuis la fin des années 2000, la morue avait repris ses aises : cela me surprit, et, en définitive, me ravit ! Enfin une bonne nouvelle sur le front de l'environnement et de la biodiversité !



Il tenait l'information de sa lecture de la revue Science et Vie du mois d'octobre 2014, consacrée à « l'incroyable force de la nature face aux agressions humaines » : ce numéro tend à montrer, à travers quelques exemples significatifs, que la nature développe de véritables stratégies pour se défendre contre les conséquences néfastes de la croissance économique souvent faite au détriment de l'environnement, des espaces aux espèces.


L'exemple de la morue, heureux pour une fois, reste néanmoins, me semble-t-il (et jusqu'à preuve du contraire), une exception qu'il serait bien hasardeux de généraliser même s'il serait souhaitable qu'elle le soit : la société de consommation actuelle n'est pas prêt de se restreindre et les appétits humains (à tous les sens du terme...) ne cessent de croître, mécaniquement par la forte progression démographique mondiale et psychologiquement par les tentations nouvelles désormais accessibles aux populations des puissances dites émergentes (mais, en fait, déjà émergées pour les deux plus grandes d'entre elles, la Chine et l'Inde).


Je veux bien néanmoins entendre que la nouvelle stratégie écologique peut s'appuyer sur ces possibilités de la nature de se renouveler ou de surmonter, par des réactions de défense originales, les agressions de la société de consommation, ou, mieux encore, de « se réinventer ». Mais je doute que cela soit suffisant pour inverser les tendances lourdes et dangereuses d'un système économique et d'un modèle de consommation qui épuisent la planète toujours plus vite que celle-ci se régénère. D'ailleurs, dans le cas de la morue, c'est la revue elle-même qui relativise son propos, en fin d'article : « Reste à savoir si cette stupéfiante réversibilité [le retour de la morue après sa quasi-disparition] s'applique à d'autres écosystèmes malmenés : en mer Noire, en mer du Japon ou au large de la Namibie, la morue se fait encore attendre. »



S'il faut garder l'espoir d'un renouveau de la biodiversité sur notre planète, il apparaît certain qu'il faudra non seulement l'accompagner, mais le soutenir, voire, dans de nombreux cas, le susciter, quitte à laisser, ensuite, la nature reprendre son cours et poursuivre sa « réinvention » : cela pourrait être une mission utile et bénéfique de l’État français. Encore faudrait-il que ce dernier dispose du temps nécessaire pour mettre en place et mener à bien les politiques environnementales sur le long terme : il est certain qu'une République piégée entre deux élections présidentielles et encombrée des ambitions électorales de quelques uns n'est pas la mieux adaptée aux défis contemporains, en particulier écologiques...

 


 

postheadericon La bêtise de l'administration fiscale de la République.

Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

 

Lors du banquet du Groupe d'Action Royaliste de dimanche dernier, certains ont constaté que j'étais fort en colère : il y a de quoi, me semble-t-il ! Alors que la situation sociale ne cesse de s'aggraver ; que de nombreux concitoyens sont au chômage (près de 6 millions désormais) ; que les délocalisations se poursuivent dans une indifférence même plus contrariée par les déclarations ministérielles (M. Montebourg, à qui l'on peut reprocher beaucoup de choses et en particulier une certaine impuissance, n'est plus là pour, au moins, dénoncer l'attitude scandaleuse de certaines multinationales...) ; que les légumiers sont victimes de la politique étrangère de M. Hollande (une politique qui n'en a que le nom, et non la réalité, en fait...) qui nous a mis à dos la Russie, pourtant si utile à notre balance commerciale ; à l'heure des menaces géopolitiques et des désespérances sociales, la République de MM. Valls et Hollande répond par les hausses fiscales et par l'intransigeance de ce même fisc à l'encontre, non de M. Thévenoud, éphémère ministre mais administratophobe maladif de longue durée, mais des plus faibles et des moins aisés de nos concitoyens.


Dans la République de Cahuzac, je demande Thévenoud...


J'étais en colère car je venais de découvrir la situation faite à une jeune saisonnière de Haute-Savoie et rapportée quelques jours auparavant dans les colonnes économiques du Figaro : « Célibataire, sans enfants et actuellement au chômage, Audrey D., 28 ans, devait régler avant la mi-septembre 1.107 euros d'impôt sur le revenu pour un salaire moyen de 1.400 euros nets en 2013 (…). « Pour payer mes impôts en temps et en heure, j'ai dû vendre ma voiture », précise-t-elle. ». Bien sûr, il n'est pas choquant que toute personne, quels que soient ses revenus, participe à l'effort fiscal : mais, en revanche, au regard de la situation sociale générale actuelle et des particularités de la situation de chacun, il serait juste que l'administration fiscale fasse preuve d'un peu plus de discernement et, surtout, de mesure pour éviter d'aggraver les conditions de vie des personnes en difficulté. Or, dans ce cas précis (qui n'est pas vraiment unique...), l'administration, parfois si tendre (voire obséquieuse) avec les puissants, ne connaît ni « faiblesse » (sic!) ni mesure : ainsi a-t-elle refusé à la jeune chômeuse l'échelonnement du paiement de son impôt et, du fait d'une absurde mesure toute récente (surtout vexatoire pour les personnes à bas revenus ou ne disposant pas -ou plus- de chéquier), lui a-t-elle imposée de revenir quatre fois au centre des finances publiques pour pouvoir payer en espèces la somme exigée par le Trésor public... Les technocrates qui rédigent de tels réglements ont-ils conscience de l'humiliation supplémentaire qu'ils font subir à ceux qu'ils traitent, dans leur humour potache d'énarques, de « sans-dents », équivalent méprisant de « gagne-petit » ?


Cela, c'est ma réponse personnelle aux technocrates de Bercy !


Cette jeune chômeuse a répondu, au bout du compte, par l'humour en débarquant pour le quatrième versement avec quelques kilos de pièces roses de 1, 2 et 5 centimes... Un pied de nez amusant à la bêtise technocratique, sans violence et sans scandale.


Mais sa mésaventure est hautement révélatrice des dysfonctionnements de notre République plus oligarchique que populaire, et elle me met en rage contre un système qui oublie les devoirs de l'Etat et, en particulier, celui de justice sociale !


Je risque d'être longtemps en colère ! Malheureusement...

 

 


 

postheadericon Cette République qui se républicanise encore...

Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

La situation politique en France ouvre de nouvelles perspectives et de nouveaux débats, et j’ai bien l’intention d’y prendre ma part dans les mois prochains, autant que mon emploi du temps et les corrections de copies (entre autres…) m’en laisseront l’occasion. Pour l’heure, il me semble important de répondre aux objections ou aux interrogations sur la monarchie et ses possibilités, ses aspects et ses principes. Ainsi, Raphaël P. évoque dans son commentaire (reproduit ci-dessous) à un de mes articles la grande question de la démocratie et de ses formes souhaitables telles qu’il les envisage, et me demande si, en définitive, la République ne serait pas, aujourd’hui, trop peu républicaine pour en mériter le nom :


« Mais comment s'assurer qu'un roi ne serait pas plus soumis aux puissances économiques et financières que nos actuels gouvernants ? Le risque ne serait-il pas plus grand (car pas de renouvellement possible) ? Une solution ne serait-il pas au contraire un plus grand contrôle démocratique, qui empêcherait nos élus de se détourner totalement de leurs promesses électorales (sûrement une des causes du vote front national : l'impression que la droite et la gauche ont échoué alors que ce n'était qu'une parodie de gouvernement de gauche au pouvoir pendant deux ans, le gouvernement s'empressant de réaliser le programme de son opposant plutôt que le sien), l'utilisation du mandat impératif, le contrôle des élus pendant (référendum d'initiative populaire) et après le mandat (l'élu devant répondre de ses décisions), une meilleure séparation des pouvoirs (notamment par le non-renouvellement des mandats, empêchant ainsi l'assemblée d'être soumise aux directives des dirigeants du parti majoritaire (un député s'il veut être réélu se doit d'obéir. Cf l'ANI qu'Hollande demandait (ordonnait ?) de voter "à la virgule près")). Bref des changements qui, il me semblent, n'ont que peu à voir avec la Quatrième ou la Première République, et que préconisent de nombreux défenseurs de la Sixième République. En résumé il me semble que vous accusez cette République d'être en quelque sorte trop républicaine. Mais n'est-ce pas au contraire qu'elle ne l'est pas assez ? »


Tout d’abord, il me semble important de rappeler que, oui, nous sommes bien en République, et qu’elle est bien dirigée par des républicains, et non par des monarchistes déguisés : elle est même de plus en plus républicaine depuis la réduction du mandat présidentiel à cinq ans et depuis que les grands partis « font » l’élection du Chef de l’Etat par la désignation d’un candidat (que cela soit par le biais d’une primaire ou par le simple jeu de la prise de contrôle d’un appareil politique…) qui dispose, grâce à son appartenance à un parti de gouvernement (aujourd’hui principalement deux, l’UMP et le PS), de moyens financiers de plus en plus importants (parfois encore insuffisants à leurs yeux, d’où les incessants soupçons sur le financement des campagnes et le dépassement des sommes autorisées, comme c’est le cas pour la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2012). Sans doute la Cinquième République était-elle plus, à l’origine et par la volonté de son fondateur, une sorte de « monarchie républicaine » qui redonnait à la fonction de Chef de l’Etat une certaine sacralité et une liberté de parole et d’action, une capacité de décision indépendante des intérêts particuliers et partisans. En somme, une monarchie élective qui était aussi une monarchie toujours provisoire, donc incomplète, faute de s’inscrire dans la continuité d’une famille royale… De Gaulle, monarchiste de cœur, avait bien pensé au comte de Paris pour lui succéder en 1965, mais il avait renoncé à ce projet, persuadé que la France n’y était pas assez préparée : dommage, sans doute…


Celui qui aurait pu succéder à De Gaulle...


Le principe électif de la Cinquième République pour la magistrature suprême de l’Etat la distingue d’une royauté héréditaire qui, elle, ne doit rien aux jeux électoraux et aux manipulations d’appareil et qui, de ce fait, est statutairement indépendante des partis politiques, ne leur devant ni sa légitimité ni son autorité. Mais il est vrai que, dans le même temps, les Français, au moins jusqu’à une période récente (c’est sans doute moins vrai en 2014), ont apprécié de pouvoir « sacrer » de leurs votes le Chef de l’Etat, dans une démarche à la fois populaire et, inconsciemment, « monarchique », l’élection « couronnant » le président et le corps électoral lui confiant ainsi les clés de la « maison France » et de la force de dissuasion atomique, ce qui n’est pas rien, tout de même !


Or, l’attitude des deux derniers présidents de la République a désacralisé l’élection et la fonction, ceux-ci se mettant « au niveau des électeurs » quand ceux-là attendaient plutôt que, tout en restant à leur place de magistrat suprême « au dessus des particuliers », les locataires de l’Elysée se mettent à leur écoute et à leur portée, ce qui n’a ni le même sens ni le même impact. Les électeurs se sont alors sentis floués, et cette désacralisation présidentielle a été perçue comme une sorte de « dépossession démocratique » par ceux qui étaient si fiers, quel qu’était le résultat de l’élection présidentielle lui-même, d’avoir participé, en allant glisser un bulletin dans l’urne, au rituel de légitimation sacrale du Chef de l’Etat. Cette dépossession symbolique a donné aux électeurs l’impression d’une forme d’usurpation de la part du président élu, impression aggravée par la dichotomie de plus en plus grande entre les discours électoraux (le fameux discours du Bourget de M. Hollande, en particulier, qui dénonçait une Finance dont, une fois au pouvoir, il s’est largement accommodé…) et les politiques réellement appliquées. Non pas que cette dichotomie n’existait pas auparavant, mais la séparation alors marquée entre Droite et Gauche laissait au moins l’illusion aux « souverains électeurs » que, la fois suivante, ils pouvaient faire jouer l’alternance en décapitant électoralement (et symboliquement) celui qui les avait trompés : M. Giscard d’Estaing en avait fait les frais en 1981, mais aussi ces premiers ministres de cohabitation qui, en voulant être calife à la place du calife, voyaient leur tête rouler parfois durement au pied de l’échafaud électoral… MM. Chirac, Balladur, Jospin… connurent tous ce sort, un seul des trois survivant à cette épreuve pour mieux triompher la fois suivante. Les électeurs y croient-ils encore ? Possible, au regard des sondages flatteurs pour Marine Le Pen… Mais, de l’élection-sacre, il semble que l’on soit passé à l’élection-sabre : punir plutôt que choisir !



En fait, la monarchie républicaine du général de Gaulle, que certains monarchistes trouvaient inachevée et qu’ils considéraient, d’une certaine manière, comme l’hommage du vice (républicain) à la vertu (monarchique), a tourné en République monocratique, dans un mouvement d’inversion qui était aussi un changement de perception et de pratique de l’Etat : on peut situer ce retournement à l’année 1974, date de l’arrivée au pouvoir de M. Giscard d’Estaing, caricature de monarque, beaucoup plus féodal que royal… Depuis, la République n’a pas cessé de se républicaniser, éloignant un peu plus, à chaque révision constitutionnelle, les institutions de la Cinquième de l’esprit « monarchique » de leur illustre fondateur.


(à suivre)

 


 

postheadericon Ce que peut rapporter une famille royale.

Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

 

Les républicains qui s’opposent à la monarchie, ou la dénoncent dans les Etats monarchiques contemporains, appuient souvent leur argumentation sur le coût de ce régime, et insistent sur l’inutilité dispendieuse de celui-ci. Or, à bien y regarder, le coût de fonctionnement de la présidence de la République française apparaît beaucoup plus élevé que celui des royautés d’Europe alors même que les aventures présidentielles ne font pas rêver et qu’elles ne donnent pas lieu à festivités publiques (si ce n’est celle, brève et au goût de cendres quant à son souvenir, quelques temps après, de la soirée de victoire électorale…). Il est surtout un autre élément que l’on oublie souvent de signaler : ce que rapportent les monarchies elles-mêmes à leurs nations respectives.


Une pièce de deux euros à l'effigie de deux souverains successifs, la mère et le fils, aux Pays-Bas.


Un petit article dans Le Figaro Magazine du 12 septembre dernier, justement, nous éclaire là-dessus, en tout cas pour la monarchie britannique, et il serait intéressant de faire les mêmes calculs pour les monarchies scandinaves, espagnole ou belge, plus discrètes mais, semble-t-il, assez profitables pour les pays en question, en particulier en termes touristiques…


« En Angleterre, la croissance passe par les naissances.

Le duc et la duchesse de Cambridge attendent donc un deuxième enfant pour avril 2015. Une excellente nouvelle pour l’économie britannique : l’arrivée de George, le 22 juillet 2013, avait entraîné 288 millions d’euros de fêtes en son honneur et achats de gadgets à son effigie. Sans oublier 20 % de touristes en plus cet été-là, ainsi qu’une hausse de 600 % des ventes du lange dans lequel il était emmailloté à sa sortie de maternité. Un bébé royal fait vendre tout ce qu’il porte dont la célèbre salopette Petit Bateau de George, à 46 euros.

Et s’il a une petite sœur, ce sera encore mieux. Depuis 2012, les experts ont chiffré à 1,248 milliard d’euros l’impact que sa maman, Kate Middleton, a eu sur l’industrie de la mode ! »


Bien sûr, cela ne suffit pas pour faire tourner l’économie d’une nation et je n’aurai pas l’outrecuidance d’affirmer une telle bêtise, mais l’existence d’une famille royale, d’une monarchie en exercice, permet au moins la création de quelques richesses et engendre quelques revenus liés aux événements de la vie familiale de la dynastie en place, des naissances aux mariages, des anniversaires aux avènements royaux. Ce que la République perd en campagnes présidentielles, elle ne peut le récupérer, en raison de son propre principe qui l’empêche de « profiter » de la famille du Chef de l’Etat, sans légitimité aucune en République puisque non élue… Alors que la Monarchie, elle, de par son essence et son mode de perpétuation, peut mettre la vie de la famille royale en « spectacle » et transformer des événements de la vie privée en fêtes de la vie publique, pour le profit des personnes qui vont y travailler et pour ceux qui, librement et gratuitement, vont y participer, avant que, d’une certaine manière, poursuivre la fête par l’achat de souvenirs la rappelant ou par la consommation liée à l’esprit de la fête, de la restauration sur place à la nuitée pour les personnes venues de loin, par exemple.


L'avènement du nouveau roi des Pays-Bas, en 2013

 

Mais il y a un autre avantage pour les habitants d’un royaume, comme l’évoquait le quotidien Libération, pourtant peu suspect de monarchisme militant, au moment du mariage de Kate et William au printemps 2011 : le jour de la cérémonie (un vendredi) a été déclaré férié, ce qui a permis à de nombreux Londoniens de partir en vacances tandis que la capitale du Royaume-Uni recevait plus d’un million de touristes durant cette période festive… Du temps libre en plus pour le plus grand nombre, en une époque où certains voudraient que chaque jour soit « productif et consommateur », ce n’est pas complètement anodin et c’est presque un pied de nez à la formule de Benjamin Franklin, « Time is money », ou, en tout cas, son détournement joyeux…


Le fait que les événements heureux de la vie privée de la famille royale deviennent des événements publics et partagés heureusement par tous, est une chose qui n’appartient qu’aux monarchies : on peut regretter que, au contraire, notre République ne connaisse de la vie privée de son président que les aspects les plus sordides sans que cela ne rapporte rien au pays, si ce n’est un discrédit impudique traduit par les titres moqueurs de la presse étrangère…

 


 
Plus d'articles...