Nous avons 135 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2013

postheadericon Les inquiétudes d'un humain...

Note des utilisateurs: / 5
MauvaisTrès bien 

Lorsque le débat sur le mariage homosexuel a débuté il y a quelques mois, j’avoue que je m’en suis d’abord désintéressé, considérant que celui-ci n’avait rien de très urgent et qu’il était surtout un « enfumage » gouvernemental pour éviter d’évoquer les vrais débats politiques et sociaux du moment, de la lutte contre le chômage et la désindustrialisation accélérée de ces derniers mois aux questions environnementales, totalement négligées par ce gouvernement Ayrault qui ne jure que par la « croissance » à défaut de penser le long terme et de préparer le « lendemain énergétique français »… J’étais d’autant plus réservé que ce débat divisait profondément la société et, à ma modeste échelle, mes amis qui, parfois, s’étripaient sur la toile quand les temps actuels nécessiteraient une certaine unité face aux enjeux sociaux et environnementaux, voire géopolitiques. Bien sûr, cette idée d’une confusion des genres à travers le remaniement de l’institution civile ou religieuse du mariage ne me plaisait guère, ne serait-ce que parce que j’y voyais une sorte de volonté prométhéenne de plier la nature au caprice d’une minorité pour laquelle tout devait être égal à tout et pour laquelle aussi, nul obstacle, fût-il naturel, ne devait résister à la liberté individuelle de, en somme et selon la formule libérale-libertaire de 68, « jouir sans entraves ». Cette volonté de refuser toute limite, y compris celles que la suite des générations, au sein des civilisations humaines « traditionnelles », avait codifié pour permettre l’équilibre des sociétés, me gênait mais ne suscitait, au-delà de ce sentiment un peu vague de malaise, aucune révolte car, là encore, je n’y voyais alors qu’une mesure symbolique, strictement civile et légale, qui ne me concernerait pas vraiment, et pour cause !


Mais la manière dont le débat a tourné me déplait fortement, et j’y vois quelques linéaments d’une forme d’intolérance à la libre discussion et à la libre expression qui anime une partie, que j’espère minime (mais je ne suis sûr de rien en ce domaine…), de la Gauche gouvernementale, qui joue la carte sociétale pour faire oublier son impuissance face aux ravages d’une « crise » qui n’est, en somme, que la manifestation en France de la mondialisation… Je n’aime guère les oukases de certains politiciens ou idéologues, souvent issus de ce que l’on pourrait nommer, sans trop se tromper, les oligarques et qui se permettent d’ostraciser toute personne qui ose émettre un avis différent au leur : le lynchage dont Frigide Barjot, égérie catholique du mouvement contre le mariage homosexuel, a été la victime de la part des militants pro-« mariage pour tous », m’a profondément choqué tout comme les attaques verbales d’une violence rare contre l’Eglise catholique coupable de vouloir faire entendre sa voix discordante dans ce débat de société. Devant une telle agressivité anticatholique, devant cette nouvelle « pensée obligatoire » se parant du grand principe de l’égalité (principe polymorphe grand pourvoyeur tout à la fois d’illusions et de progrès, de règles équitables mais aussi d’injustices notoires, de beaux élans et de massacres cruels…), je me cabre et je secoue la tête : non, je n’accepte pas que la parole publique exclue les paroles particulières et qu’elle se fasse gendarme là où elle devrait plutôt se faire arbitrale sans pour autant s’interdire d’être « décisionnelle »…


Chateaubriand, chantre de la liberté d'expression, fidèle royaliste qui ne se cachait pas et n'ostracisait point : aurait-il la parole aujourd'hui, sous une République médiatique qui juge et condamne ceux qui ne pensent "pas bien" (sic !) ?...


Il y a autre chose, et c’est sans doute là aussi ce qui me pousse à écrire sur un thème que je n’ai guère abordé dans mes discussions ni dans mes écrits précédents : c’est la question de la gestation pour autrui, prônée par les plus chauds partisans du « mariage pour tous » mais repoussée (pour l’heure) par le gouvernement, qualifiée aussi de « maternité de substitution » et d’autres termes encore plus ou moins techniques pour signifier, en définitive, une dépossession du corps de la femme et une stricte séparation entre la maternité et la filiation familiale. Cette question des « mères porteuses » est révélatrice des dérives d’une société qui ne se fixe d’autres limites que la liberté individuelle de ses membres, du moins de ceux qui ont les moyens financiers de l’exercer… Ce qui se passe en Inde devrait pourtant nous alerter et nous alarmer : ce sont des femmes pauvres qui louent leur ventre pour satisfaire au désir d’enfant de couples qui, pour diverses raisons, ne peuvent en avoir. En somme, c’est une marchandisation du corps humain et de la maternité, une marchandisation de la vie qui, si elle s’inscrit dans une logique économique libérale, n’a pas sa place dans une société qui place la dignité des êtres humains au cœur de sa pratique : mais il faut croire que, justement, notre société ne se reconnaît plus dans ce vieux principe d’humanité qui fixe limites et interdits pour mieux garantir équilibre, justice et libertés…


Je dois avouer que c’est bien cette question qui me fait sortir de mes gonds et prendre partie contre une loi qui, en définitive et malgré toutes les dénégations (que je pense et espère de bonne foi…), ouvre bien des boîtes de Pandore, au risque de ne plus pouvoir empêcher les pires pratiques déshumanisantes et si peu naturelles.


Je me souviens que, il y a plus de trente ans, quand notre professeur de français nous faisait lire « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley, nous haussions les épaules et affichions un sourire goguenard sur la question des pratiques sexuelles et des modes de reproductions évoquées dans ce maître-ouvrage : mais nous y sommes, dans ce monde terrible, dans cette démocratie de consommation qui veut à tout prix le choix de l’enfant sur des critères de « perfection » ou de « compétitivité » ! Ainsi, la reproduction humaine n’est plus cette idée de procréation faite à deux, par la force des sentiments et l’entente des corps, par la différence sexuelle, cette « inégalité protectrice » de la nature qui évite l’uniformité et la disparition de l’altérité


Un "meilleur des mondes" si triste, si peu humain...


Ce monde où tout pourrait s’acheter, se vendre ou se louer, m’effraie…


L’homme, la femme, l’amour, les enfants… n’ont pas de prix ! Le respect des uns et des autres commence par la reconnaissance de leurs particularités, de leurs différences et de leurs complémentarités, sans forcément méconnaître, loin de là, leurs désirs. Mais tout désir n’est pas non plus forcément légitime : le reconnaître, c’est faire preuve de cette humilité nécessaire sans laquelle aucune humanité véritable n’est possible.


 

postheadericon Propositions monarchistes-sociales contre le fatalisme économique.

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Ce lundi 21 janvier, je n’étais pas à la traditionnelle messe pour le repos de l’âme du roi Louis XVI à Paris mais en train de corriger des devoirs de géographie et de lire avec grand intérêt, en plus de la presse du jour, le livre de Stéphane Giocanti sur les Daudet. Qu’on ne se méprenne pas ! Il ne s’agit pas pour moi d’oublier cette date terrible du 21 janvier 1793 qui vit rouler la tête du roi au pied de la guillotine ni d’en minorer le souvenir, et je félicite mes amis rennais d’avoir rebaptisé symboliquement la passerelle Saint-Germain, au moins pour la journée, « pont Louis XVI », tout en y accrochant un superbe drapeau fleurdelysé visible une bonne partie du lundi.



Mais le souvenir ne doit pas faire oublier le présent et la nécessité de l’avenir, de cet avenir « que tout esprit bien-né souhaite à sa patrie », selon la formule maurrassienne toujours d’actualité. Au-delà des commémorations, importantes et utiles piqûres de rappel historiques, il s’agit de réfléchir et peser sur les événements, que ceux-ci soient politiques ou sociaux, et il est vrai que les temps présents ne nous laissent guère nous reposer…


C’est le roi Louis XVI qui, le premier, employa l’expression « justice sociale », formule qui fut aussi, on le sait trop peu, le titre d’un petit périodique monarchiste inspiré par le comte de Paris dans les années trente du XXe siècle. Alors, pour rendre hommage de façon un peu originale au roi martyr, j’ai profité de ce jour particulier pour travailler à de nouvelles propositions monarchistes-sociales contre le chômage et la désindustrialisation : la mise en route de grands projets d’infrastructures comme la Grande gare centrale de Paris ; un programme de réhabilitation du bâti des communes rurales aujourd’hui menacées de désertification ; un grand projet de diffusion du télétravail dans les campagnes dites « profondes » mais aussi dans les autres… ; la reconstruction d’une grande marine destinée à la mise en valeur de notre Zone Economique Exclusive aujourd’hui sous-valorisée ; un programme de valorisation des potentialités énergétiques françaises, de l’éolien au solaire, de l’énergie houlomotrice aux algocarburants, de la petite hydraulique à l’énergie marémotrice, etc. ; la promotion d’une agriculture biologique de proximité et des « potagers sociaux » urbains et périurbains ; la formation dès le collège aux activités manuelles, qu’elles soient de réparation comme de création et de fabrication, aujourd’hui trop négligées ; etc.



Ce ne sont pas les idées qui manquent pour relancer l’emploi en France mais bien plutôt la volonté, en particulier politique, de rompre avec certaines (mauvaises) habitudes d’assistanat et de fatalisme : il est tellement plus facile de poursuivre sur la voie d’une société de consommation qui séduit et endort les populations plutôt que d’engager des réformes qui remettent le travail au centre de l’activité économique sans asservir les hommes au règne de l’Argent !


Ce 21 janvier, en mémoire de ce roi novateur et humaniste mais « trop humain » dans des temps de fer et de feu, j’ai essayé de montrer que, en cette malheureuse absence de roi et en l’espérance du prochain souverain, le royalisme n’est pas déploration mais proposition et action !


 

postheadericon Une simple proposition contre le chômage.

Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 

A l’heure où le chômage ne cesse de grandir dans notre société, confirmant les pires prédictions de ceux qui mettent en garde depuis longtemps (et j’en suis, avec mes amis royalistes !) contre une mondialisation qui ne cherche que le profit de quelques uns et non l’intérêt de tous, il est utile de réfléchir à toutes les pistes possibles pour endiguer la montée de cette marée de licenciements et, surtout, contribuer à la création d’emplois nouveaux ou à la réactivation d’activités anciennes susceptibles de ranimer l’activité économique dans nos territoires aujourd’hui en « dormition ».



A cet égard, rappelons que l'un des grands viviers d'emplois en France peut se trouver dans un aménagement intelligent du territoire, par une sorte de ruralisation équilibrée des populations qui ne trouvent plus leur place dans les banlieues ou les centres-villes financièrement inaccessibles aux moins aisés : deux familles (quatre adultes et plus de quatre enfants, par exemple) de plus dans une petite commune de Bretagne centrale ou de Basse-Normandie, cela équivaut souvent au maintien d'une classe, voire d'une école ; cela peut permettre de maintenir ou de créer un café, une épicerie, etc. Imaginez si, au lieu de deux familles par commune sur un an, il y en avait cinq, six ou plus...


Rénover, réparer, habiter à nouveau... Il y a tant à faire dans nos campagnes (ici, en Basse-Normandie).


 

Voilà une piste à creuser, mais la république centraliste peut-elle le faire, perdue qu’elle est dans ses propres contradictions ? J'en doute ! Une monarchie fédérale des provinces et communes de France, avec un Etat central fort et des communautés démocratiques vivantes et actives, a plus de cartes dans son jeu pour mener cette politique...



 

Post-scriptum : cette proposition n'en est qu'une parmi beaucoup d'autres qu'il est possible de faire, et sur lesquelles il me faudra écrire plus longuement dans les mois prochains : le chômage n'est pas une fatalité, et il est urgent de prendre les moyens de le faire reculer ou, du moins, de réfléchir et de faire connaître ce qui pourrait aider à son recul dans notre pays.


 

postheadericon Depardieu et les contradictions de la République...

Ce qui est devenue l’affaire Depardieu ne cesse, depuis quelques semaines, d’enflammer la toile et le paysage politique français tout autant que le monde du cinéma qui révèle, à ceux qui ne s’en doutaient pas encore, toutes ses détestations et conflits internes. L’acteur Depardieu est devenu aux yeux des uns un véritable pestiféré, un traître qu’il convient de dénoncer et de clouer au pilori, pour les autres le symbole du ras-le-bol et de la fuite des capitaux hors de notre pays du fait de la trop grande pression fiscale actuelle… Mais ce n’est plus un film, c’est un feuilleton dont Depardieu est la tête d’affiche, peut-être bien à son corps défendant d’ailleurs !


Quelques remarques sur ce feuilleton, en lui-même fort révélateur, à la fois d’un certain état d’esprit de nos élites comme de nos gouvernants, mais aussi des contradictions des uns et des autres, et des défauts de cette République qui va aujourd’hui à vau-l’eau en attendant son discrédit final et, il faut le souhaiter pour elle, fatal…


Tout d’abord sur les motivations de l’exil fiscal de Gérard Depardieu : partir pour échapper à l’impôt de son pays me semble, en soi-même, peu honorable, et c’est faire peu de cas de la solidarité nationale que sont censés permettre taxes, redevances et impôts directs au profit de la communauté nationale toute entière, en de multiples secteurs, de l’enseignement à la santé. Malheureusement, Depardieu, aujourd’hui emblématique de cette désertion fiscale, a été précédé depuis bien longtemps par la plupart des grands entrepreneurs et financiers de ce pays, de nombreux acteurs et chanteurs, mais aussi par des sportifs qui, comble de l’ironie, portent les couleurs de la France dans les compétitions internationales, par exemple dans les sports de raquette ou de nage… D’autres, revenus en nos terres françaises, rechignent encore à régler leurs dettes envers l’Etat français, tels M. Noah, ancien sportif reconverti dans la chanson mais aussi soutien fervent de l’actuel président lors de la campagne électorale de 2012 !



Cela étant, rappelons l’adage bien connu que les socialistes semblent avoir oublié : « trop d’impôt tue l’impôt ». La pression sur les contribuables est forte en France et peut-être même mal répartie, et il semble que l’Etat n’a pas vraiment de stratégie fiscale à long terme, préférant aller à la facilité sans se poser la question des avantages et inconvénients (et pas seulement dans le cadre financier) de telle ou telle imposition (ou augmentation de celle-ci) et sans vraiment remettre en cause les véritables privilèges de certaines catégories, en particulier au sein de ce que l’on pourrait nommer « le pays légal », c’est-à-dire la classe politicienne et ses nombreux élus… Il est tout de même surprenant, pour ne pas dire choquant, que ceux-là mêmes qui sont tenus de voter la loi ou de la faire appliquer se prémunissent contre les effets de celle-ci quand elle pourrait leur imposer de participer un peu plus au bon fonctionnement de l’Etat… Les mêmes qui vouent Depardieu aux gémonies ont refusé, il y a quelques mois, de diminuer leur traitement de parlementaire (tout ceci dans un ensemble touchant et éminemment républicain, de Droite comme de Gauche, les principales exceptions se recrutant, d’ailleurs, à Droite…), et de renoncer à quelques  avantages fiscaux que leur situation d’élus leur assure, aux frais des finances publiques !


Il est aussi « amusant » de constater que les dénonciateurs de M. Depardieu en appellent à un « patriotisme fiscal » quand, dans le même temps, ils moquent le patriotisme économique ou s’enflamment contre le protectionnisme, et ne cessent de vanter les mérites de la « citoyenneté européenne » et de la libre circulation des biens et des personnes au sein de l’Union européenne, mais aussi au-delà, en arguant des bienfaits de la mondialisation qui va en finir avec les barrières et les frontières… Il y a là une contradiction, n’est-ce pas ? Car, comment peut-on reprocher à M. Depardieu de vouloir s’installer en Belgique (comme il le déclarait en décembre dernier), qui est bien un pays de l’Union européenne et de la zone euro, et dans le même temps, comme cela est le discours officiel depuis nombre d’années, prôner une Europe fédérale qui, si elle se faisait et appliquait l’harmonisation fiscale, entraînerait un véritable effondrement des ressources financières de l’ensemble français ? Terrible contradiction dans les discours de nos gouvernants qui, d’ailleurs, suscite l’amusement dans les milieux européistes et à Bruxelles, et agace un certain nombre de politiques et contribuables belges qui n’apprécient guère de voir leur pays pratiquement dénoncé comme un « paradis fiscal » par le grand pays voisin !


Bien sûr, M. Depardieu a tort de partir, que cela soit en Belgique ou en Russie ! Et je suis assez nationaliste pour dire que j’y vois une forme de trahison ! Mais c’est aussi parce que je suis nationaliste que je dénonce également une République qui n’est plus capable de faire aimer et respecter la France, une République qui passe son temps à fiscaliser quand il faudrait d’abord économiser, qui passe son temps à vanter « l’Europe, l’Europe, l’Europe » mais sans en accepter les conséquences, qui passe son temps à parler « mondialisation » (malgré M. Montebourg qui, au moins, a le courage de remettre en cause cette nouvelle idéologie dominante) sans en mesurer les conséquences sociales et environnementales…



M. Depardieu a individuellement tort mais c’est bien la République la principale responsable de cette désertion, et cette affaire n’en est que la triste illustration : au grand tribunal de l’histoire, c’est Danton, le fondateur même de ce Tribunal révolutionnaire qui le condamne à la mort, qui est guillotiné au temps de la Terreur mais c’est la Terreur, celle de la 1ère République, qui est néanmoins condamnée aux yeux des hommes et des générations qui suivent