Nous avons 134 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière
Flux RSS

postheadericon Citations

postheadericon Un homme fait de chair et d'esprit.

Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

 

Le Comte de Paris (1908-1999) n'a cessé de travailler à faire connaître et aimer la Monarchie. Ses textes, nombreux, sont souvent de véritables argumentaires qui méritent d'être mieux connus car ils sont l'illustration de la pensée royale. A l'heure où la "présidentielle permanente" envahit les médias, voici un de ses textes qui précise ce qu'est le rôle d'un souverain dans notre temps:


"En face d'abstractions politiques limitées et précaires, le vrai secret du Roi est d'être un homme fait de chair et d'esprit. Lui seul peut être à la fois conservateur et révolutionnaire. Lui seul peut, dans la sérénité des lendemains assurés, faire le choix entre les traditions qu'il est nécessaire à l'avenir du pays de maintenir et le progrès qu'il est indispensable d'accélérer pour construire enfin la société économique sur des bases plus humaines.


La France a le plus urgent besoin d'un arbitre : son peuple réclame les soins d'un père attentif. Tout ensemble conservatrice et révolutionnaire, la Monarchie ... accomplit aujourd'hui ce miracle contre l'histoire de n'être pas un passé mort, mais, au contraire le plus vivant des avenirs."

 

 


 

postheadericon Le roi est mort, vive le roi!

J'ai découvert il y a peu un texte court écrit en 1824 par ce grand royaliste romantique que fût Chateaubriand, texte écrit à l'occasion de la mort du roi Louis XVIII, frère de Louis XVI et petit-fils de Louis XV. Il me paraît intéressant d'en citer quelques lignes significatives sur la transmission de la Couronne: "Français! vous avez perdu le Roi qui vous a sauvés, le Roi qui vous a rendu la paix, le Roi qui vous a faits libres; mais ne tremblez point pour votre destinée; le Roi est mort mais le Roi est vivant; LE ROI EST MORT, VIVE LE ROI! C'est le cri de la vieille monarchie, c'est aussi le cri de la monarchie nouvelle.

 


"Un double principe politique est renfermé dans cette acclamation de la douleur et de la joie : l'hérédité de la famille souveraine, l'immortalité de l'Etat
". Ainsi, dans la monarchie, l'Etat, malgré la disparition physique naturelle de son magistrat suprême, continue et ne connaît pas cette "guerre des clans" typique des élections présidentielles depuis que celles-ci se déroulent entre "hommes de partis". La transmission héréditaire, au-delà même de cette continuité instituée de l'Etat, assure la permanence de l'indépendance de celui-ci: ce n'est pas rien!



 

postheadericon Magistrature suprême.

Le roi Henri IV permit, par son habile et vigoureuse politique, de clôre la triste période des guerres de religion par la rédaction et la promulgation de l'édit de Nantes (1598). Les leçons politiques de son règne sont tout autant importantes que ses principes inspirés de la "pratique royale" traditionnelle.

La formule suivante est une ligne de conduite qui devrait inspirer tout Chef de l'Etat: "Les rois sont établis pour rendre justice et non pour entrer dans les passions des particuliers".

 

postheadericon Sommet de l'Etat.

Pierre Debray a eu un parcours original : de républicain proche des communistes, il évolua vers le royalisme sous l'influence du philosophe maurrassien Pierre Boutang. Il devint, à partir des années 1955, un véritable théoricien du monarchisme "d'Action française".

Voici quelques lignes qui restent d'actualité: "Plus que jamais, il est nécessaire de restructurer la représentation nationale. A l'électeur anonyme, il convient d'opposer le citoyen, qui se détermine non plus de façon abstraite mais en sa qualité de membre, d'une famille, d'une commune, d'une profession dont il doit pouvoir défendre les légitimes intérêts. Au sommet de cette hiérarchie de communautés, l'école d'Action française place un Roi. D'abord parce qu'il faut un arbitre et qu'il doit pour exercer cette fonction être indépendant des parties qui composent le corps social. Ensuite parce que gouverner est désormais un métier. (...). Un Roi est préparé, dès l'enfance, à exercer son métier. Reconnaissons que dans l'ensemble les princes capétiens s'en sont plutôt bien tirés, y compris Louis XVI qui légua à la Révolution et à l'Empire les instruments militaires de leurs victoires."

 

postheadericon Le prince seul...

"Il n'y a que le prince seul qui doive avoir la souveraine direction [des finances] parce qu'il n'y a que lui seul qui n'ait point de fortune à établir que celle de l'Etat, point d'acquisition à faire que pour l'accroissement de la monarchie... point d'autorité à élever que celle des lois, point de dettes à payer que les charges publiques, point d'amis à enrichir que ses peuples". Cette citation du Grand Roi souligne l'évident avantage de l'hérédité monarchique qui, en libérant la magistrature suprême de l'Etat de l'élection, le libère des pressions de tout genre et, surtout, de la tentation d'"entretenir une clientèle" au détriment de l'Etat... et de ses finances, comme le montrent certaines présidences récentes, de droite comme de gauche...

 
Plus d'articles...