Nous avons 221 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière
Flux RSS

postheadericon Citations

postheadericon La Monarchie, pour l'unité et la continuité en France.

En relisant quelques vieux exemplaires de la revue « Alliance royale » des années 80 (revue fondée par Stéphane Bern, dans le cadre de l’Association des Amis de la Maison de France), je trouve quelques textes fort intéressants qu’il serait parfois utile de reproduire dans leur intégralité ; je me contente de citer quelques lignes : « La France s’est construite au fil des siècles par le rassemblement des peuples qui l’habitaient, autour d’une couronne, d’un roi.

 

 

Le principe monarchique d’unité est la base même des espoirs d’union et de cohésion nationales. Le Chef de la Maison de France [le comte de Paris (1908-1999)] est là pour nous le rappeler : « les distinctions entre « droite » et « gauche » sont, à mon avis, factices… Il y a la France et les Français, avec leurs sensibilités différentes et, hélas, leurs divisions. C’est pourquoi, je pense que l’incarnation de la nation dans la dynastie nationale qui, par essence, est au-dessus des divisions, est un ciment d’unité. Elle peut ainsi permettre aux Français, malgré leurs divergences, d’avoir un patrimoine commun dans l’intérêt de la nation » (1).

Ainsi donc cette situation conflictuelle [les campagnes électorales] que nous vivons –il ne faut pourtant pas s’en réjouir- est loin de noyer le principe monarchique dans l’idéologie républicaine ; elle le met en exergue et en montre toute l’opportunité. « Depuis des années, les Français de diverses sensibilités politiques sont frappés par l’avantage du principe héréditaire reposant sur l’Histoire et la tradition et qui permet de garantir non seulement la continuité mais aussi l’évolution sans heurts » (2).

Textes d’actualité en cette période de pré-campagne présidentielle…

 

 

 

(1)   Henri, comte de Paris, entretien avec « Histoire-magazine », septembre 1983.

(2)   Idem.

 

postheadericon Dynastie.

Voici une citation de Charles Maurras, théoricien royaliste auquel Stéphane Giocanti vient de consacrer un livre très intéressant (publié chez Flammarion): "Une dynastie se continue indéfiniment. Elle est la conscience historique et politique d'une nation, concentrée en une famille. Sans dynastie, point de continuité politique ni historique pour un grand peuple". Les Français forment un grand peuple et une longue histoire: il serait dommage de ne pas leur donner" le meilleur" sur le plan institutionnel, c'est-à-dire l'Etat dynastique, la Monarchie libre et active.

 

Aux Pays-Bas aussi, la suite dynastique...

 


 

postheadericon Légitimité.

La revue monarchiste "Les épées" aborde des sujets fort divers et souvent de grand intérêt. Leur devise est une citation du philosophe Pierre Boutang et a le mérite de montrer que la légitimité ne s'inscrit pas seulement dans les services jadis rendus, mais dans les réalités concrètes contemporaines et la nécessité qu'il y a pour l'Autorité politique de permettre la résolution  des problèmes qui touchent la population, mais aussi de garantir leur existence et leurs libertés: "Le droit du prince naît du besoin du peuple". Voilà une définition de la légitimité qui rappelle aussi que sans légitimité, il n'y a pas d'Autorité acceptée dans la durée.

 

postheadericon Monarchie, le choix de Zapatero.

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

L’Espagne est redevenue une Monarchie royale en 1975 à la mort du général Franco et à la montée sur le trône de Juan Carlos. Aujourd’hui, cette Monarchie n’est plus guère critiquée par les partis institutionnels. Ainsi, dans un entretien à « El Mundo » (17 avril 2006), le premier ministre Zapatero, socialiste bon teint, déclare-t-il : « Entre la monarchie constitutionnelle espagnole et la Ve République française, laquelle je préfère ? Ma réponse est que je choisis la monarchie espagnole ». A signaler aux militants socialistes français dont certains se veulent plus républicains que Michelet (Jules, pas Edmond qui, lui, était royaliste…).


"Paris-Match", quelques jours après l'échec du putsch de février 1981.

 

postheadericon La Monarchie, une chance.

Il y a quelques semaines, le ministre fédéral belge Armand de Decker a déclaré: "C'est une chance énorme d'avoir une famille royale, elle est le ciment de l'unité nationale, c'est la raison pour laquelle ceux qui ne veulent plus cette unité nationale s'attaquent à la monarchie. Selon moi, ils vont se casser les dents parce que l'opinion publique ne les laissera pas faire".

 
Plus d'articles...