Nous avons 153 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2011

postheadericon Coup de gueule de rentrée d'un professeur passionné...

Cette année, la rentrée a un goût de cendres... Et pourtant ! J'ai la chance de faire ce que je ne trouve pas exagéré, pour mon compte, de nommer « le plus beau métier du monde » : professeur, et plus précisément professeur d'histoire ! J'ai toujours voulu être professeur, plus encore pour raconter, expliquer, critiquer parfois et transmettre que pour seulement faire « le programme » : en somme, c'est par passion, par vocation que je le suis devenu !


Or, les temps ne sont plus à ces valeurs, semble-t-il : n'est-ce pas l'actuel ministre de l'éducation nationale qui, au nom d'une logique de l'efficacité (qu'il faut plutôt comprendre dans le sens de « rentabilité »...) propre à contenter les créanciers de la France, expliquait il y a peu que la vocation ne rentrait plus dans les critères de l'enseignement ? En somme, qu'il valait mieux des enseignants motivés par la paye (d'où l'idée de rétribuer les futurs collègues selon les résultats obtenus par leurs élèves lors des examens de type brevet des collèges ou baccalauréat) que des professeurs passionnés, donnant sans compter et parfois peu enclins à tout avaler de la part des institutions et d'un ministère de l'éducation nationale qui ressemblent trop souvent à un carcan pour l'intelligence...


Ainsi, les nouveaux programmes d'histoire-géographie des classes de Première sont-ils représentatifs de l'état d'esprit des petits « princes qui nous gouvernent » et de leur idéologie néolibérale et « politiquement correcte », mélange de social-démocratie démagogique et égalitaire dans le mauvais sens du terme, qui se marque par le refus des justes hiérarchies, ne serait-ce qu'au sein même de l'école (les profs n'en savent-ils pourtant pas, a priori, un peu plus que ceux à qui ils enseignent ?), et de discours pontifiants sur la « mondialisation » et le « développement durable », cette dernière formule apparaissant pourtant comme un véritable oxymore aux yeux de nombreux économistes ? Ainsi, dès les premiers chapitres des manuels, peut-on constater la quasi-disparition de toute référence à la « question sociale », à la dureté de la condition ouvrière sous les révolutions industrielles, aux luttes, autant des catholiques sociaux du XIXe siècle que des syndicalistes aux Etats-Unis ! La question ouvrière n'est d'ailleurs abordée que sous deux angles : l'amélioration de la condition ouvrière grâce à la croissance (sans évoquer l'exploitation terrible des ouvriers depuis le début du XIXe et la loi Le Chapelier de 1791 qui, en France, a permis la transformation des artisans et des producteurs en prolétaires sans défense face aux hommes d'argent...) et « le Front populaire », comme si celui-ci pouvait faire oublier l'indifférence générale de la République, en particulier celle des radicaux-socialistes, à l'égard de la « classe ouvrière » ! Triste manipulation, par omission, et qui minimise la place des travailleurs dans le processus d'accroissement des richesses des pays industrialisés.


Des enfants travaillant dans une usine au XIXe siècle : l'autre visage de la croissance...


Un exemple parmi d'autres dans un nouveau programme qui, en définitive, laisse peu de place à la nuance et à la critique : les belles illustrations des manuels ont remplacé les textes plus sévères ou simplement originaux, et il est rare d'y croiser Simone Weil, dont l'enquête sur « la condition ouvrière » est, à mon sens, l'une des plus profondes et des plus intelligentes sur ce thème, et encore plus rare de lire Jack London, pourtant incontournable pour qui veut comprendre l'esprit de révolte ouvrière au début du XXe siècle aux Etats-Unis ! Quant à l'encyclique « Rerum Novarum » dénonçant les excès du libéralisme, elle restera inconnue pour tous ceux qui se contenteront des manuels de cette année...



D'ailleurs, il est intéressant de noter aussi que la mondialisation est présentée comme un phénomène quasiment « naturel », irréversible et « forcément positif », à l'heure même où, pourtant, la notion de « démondialisation » et celle de « protectionnisme » trouvent, dans quelques coins de l'échiquier politique, quelques hérauts fort talentueux et parfois même convaincants ! Les textes ou documents sur le protectionnisme sont, en grande majorité et sans contrepartie, totalement et négativement critiques quand le libre-échange est montré comme une « évidence positive », malgré quelques côtés « malheureux » mais sûrement réparables avec un zeste de social-démocratie ou de « bonne gouvernance »... Où est, avec ce déséquilibre dans les documents et leur présentation, la possibilité d'un esprit critique ?


Alors, oui, avec les rumeurs sur la remise en cause du statut des professeurs dès les lendemains de la présidentielle, l'allongement de l'année scolaire (prévue par la réduction des vacances d'été en 2014 à six semaines, sans augmentation salariale pour les professeurs qui travailleront deux semaines de plus dans leurs classes) mais aussi du temps de présence des enseignants dans leurs établissements pour des tâches qui seront si peu... enseignantes, mais aussi et surtout avec la baisse programmée du niveau et de la qualité des enseignements, avec la marginalisation des matières de culture générale comme l'histoire ou les langues anciennes, etc., il y a de quoi être amer devant ce qui apparaît comme une dévaluation du métier de professeur et une dévalorisation de l'intelligence et de la culture, de l'esprit qui, pourtant, mériterait bien de souffler à nouveau et librement sur les écoles de France...


Mardi matin, je serai à nouveau devant mes élèves et, n'en déplaise à M. Chatel, avec passion et toute l'ardeur de cette vocation qui me fait dire que, décidément et même au lycée, la liberté de l'esprit, ça ne se renifle pas, ça se respire !


 

postheadericon Le martyre de la Grèce continue...

La Grèce n'en finit pas de s'enfoncer dans la crise, malgré tous les efforts des dirigeants de la zone euro et les plans successifs d'austérité qui saignent littéralement la population sans guérir le malade... L'éditorial du « Figaro » de samedi matin (3 septembre 2011) n'est guère optimiste, c'est le moins que l'on puisse dire, sur l'avenir de ce pays et, plus largement et plus implicitement, sur celui-là même de la zone euro, voire de l'Union européenne : « Peut-on sauver la Grèce ? Les dernières nouvelles en provenance d'Athènes, pour le moins décourageantes, ont de quoi semer un sérieux doute dans les esprits les plus europhiles. Alors que tous les dirigeants de la zone euro s'efforcent de « vendre » à leur opinion publique et à leur représentation nationale le plan d'urgence voté dans la douleur en juillet dernier, le pays, totalement désorganisé, se délite à grande vitesse. »

 

Oui, vous avez bien lu : « totalement désorganisé »... En somme, l'Etat grec n'est plus maître de rien : les grèves des jours derniers, la contestation grandissante d'une population financièrement exsangue, la désespérance sociale des jeunes du pays et l'émigration qui en est la conséquence directe, tout cela montre l'échec des plans destinés, non à sauver les salariés grecs mais d'abord et surtout (seulement ?) la monnaie unique, construite trop rapidement et sans grande précaution, suivant l'idée que sa seule existence résoudrait bien des problèmes quand, en fait, elle en a créé d'immenses, aujourd'hui « hors de contrôle » comme l'est la situation en Grèce.

 

L'éditorialiste du jour continue son triste constat : « Non seulement le gouvernement grec est incapable de tenir les engagements pris à l'égard de ses créanciers – qu'il s'agisse de lever correctement l'impôt ou d'engager des privatisations -, mais en plus l'économie s'effondre et les déficits ne se résorbent pas. » L'austérité s'avère ainsi contreproductive, faute d'un Etat assez solide pour rassurer ses citoyens contribuables et les défendre socialement contre les effets les plus malheureux de la crise : la Grèce paye aussi là les conséquences d'un système politique plus fondé sur le clientélisme et l'oligarchie de quelques grandes familles qui se partagent le Pouvoir, au gré des alternances politiciennes et électorales, que sur le débat d'idées et le service de l'Etat. République corrompue par nature, l'Etat grec n'a pas cette légitimité qui serait bien nécessaire pour être suivie dans l'effort par ses citoyens et reconnue sérieuse et souveraine par ses partenaires européens, aujourd'hui si peu enclins à être solidaires avec ce que les Allemands nomment ironiquement, voire méchamment, « les cueilleurs d'olives »... On touche d'ailleurs là aussi à l'une des erreurs de conception de la monnaie unique et de la zone euro qui est d'avoir mêlé des économies bien différentes, voire divergentes, au risque d'accroître des déséquilibres antérieurs et de masquer, provisoirement, les dérives de certains Etats ayant pris l'habitude de vivre à crédit en pensant que la bonne gestion des autres suffirait, dans la zone monétaire de l'euro, à garantir la bonne santé de l'ensemble et de toutes les parties prenantes à la monnaie unique... Dérives que n'a pas empêché la Commission européenne pourtant prévenue dès le départ des tricheries et des faiblesses du système étatique héllène !

 

La semaine prochaine risque à nouveau d'être déterminante pour la Grèce et toute la zone euro alors même que le Sommet européen extraordinaire de la fin juillet était évoqué par les experts et journalistes comme la « fin de cette crise » : moins de six semaines et, pour la France, malgré 15 milliards d'euros promis aux Grecs, auront suffi pour ruiner les espoirs des Européens ! Voilà de quoi faire réfléchir, une fois de plus, aux errements de ceux qui ont tant cru en leur idéologie d'un « euro miracle » et qui prônent désormais une véritable fuite en avant en évoquant une « gouvernance européenne » dont on sait trop bien qu'elle serait la dépossession des Etats et des citoyens de leurs souveraineté...

 

 

 

Comme le souligne l'éditorial du « Figaro », « au train où vont les choses, tous les ingrédients sont réunis pour provoquer une nouvelle tempête sur les marchés financiers, selon un scénario désormais bien connu. Le poison de la défiance ne tardera pas à se diffuser à d'autres pays de l'euro (...) ». D'ailleurs, Chypre est aussi en difficulté, son économie étant très liée à celle de la Grèce ! Il n'est pas impossible que ce petit pays entré dans la zone euro en 2008 demande bientôt à son tour l'aide de l'Union européenne, en attendant l'extension de cette crise à l'Espagne ou à l'Italie... Scénario catastrophe qu'il ne faut évidemment pas souhaiter mais qui n'est pas totalement improbable !

 

Certains économistes prônent désormais une sortie provisoire de la zone euro de quelques pays, dont la Grèce, tandis que d'autres parlent d'en finir avec « l'euro monnaie unique » pour passer à ce que le Royaume-Uni réclame depuis les années 90, c'est-à-dire « l'euro monnaie commune », chaque pays gardant un certain contrôle sur sa politique monétaire. Quoi qu'il en soit, les Etats ne pourront faire éternellement l'économie d'un véritable débat sur l'euro et, au-delà, sur l'Union européenne : une « Europe légale » qui serait trop déconnectée de « l'Europe réelle » (et c'est déjà le cas aujourd'hui !) pourrait bien mener à des catastrophes politiques et sociales dont l'Union européenne elle-même risquerait d'être la première victime...

 

 

 

postheadericon L'Europe patronale, c'est l'Europe fédérale, et inversement...

L'Université d'été du MEDEF est marquée, cette année, par l'actualité économique européenne et, surtout, par la volonté de madame Parisot de faire triompher l'idéologie du fédéralisme européen qui, faut-il le souligner, n'a pas grand chose à voir avec le fédéralisme traditionnel français... Idéologie est bien le mot approprié car cet eurofédéralisme repose sur des présupposés que les réalités ne confirment pas vraiment... Bien sûr, le politique a besoin d'imagination, voire de rêve, mais il faut, l'histoire nous l'enseigne, se méfier des utopies quand elles oublient les hommes ou veulent plier ceux-ci à des règles qu'ils refusent intimement parce qu'ils sentent qu'elles atteignent à leur être propre, à leur manière d'être au monde, à leurs libertés... mais aussi à leurs intérêts les plus élémentaires et qui ne sont pas que matériels !

 

Quelle est d'ailleurs l'Europe fédérale que souhaite madame Parisot ? Il ne s'agit évidemment ni d'une Europe fondée sur une culture qui serait commune ou, plutôt, dominante (il est difficile de définir véritablement une « culture commune » entre des nations, des peuples, des histoires aussi diverses que celles du continent européen), ni d'une Europe-puissance à la sauce gaullienne, éminemment politique, indépendante et souveraine face aux empires extérieurs...

 

L'Europe fédérale que veut la patronne des patrons est une Europe d'abord « patronale », c'est-à-dire au service de ses entreprises et d'une certaine idée de l'économie, bien loin de « l'esprit de Philadelphie » ou de la notion de « partage » chère aux chrétiens et rappelée récemment encore par le pape Benoït XVI dans l'encyclique « Caritas in veritate » . Je ne suis pas de ceux qui voient dans les patrons des sortes de diables avides de la sueur et du sang des ouvriers pour remplir leurs caisses, mais il faut bien reconnaître qu'une part non négligeable du grand patronat actuel ne réfléchit qu'en termes de coûts et de profits, ces dirigeants d'entreprises étant souvent prisonniers (victimes consentantes ?) et acteurs tout à la fois d'une logique actionnariale qui, par principe, repose sur l'idée de « gagner plus » sans se soucier des moyens employés à cette fin...

 

Cette Europe fédérale voulue par madame Parisot se conjugue avec l'idée d'une « gouvernance économique européenne » dont il est évident qu'elle s'émancipera (plus encore qu'aujourd'hui ce n'est le cas dans le cadre des institutions de l'Union européenne) des Etats et des peuples, de ces structures nationales qui, quels que soient leurs qualités et défauts respectifs, restent le moyen privilégié du dialogue civique et, si on le veut bien, l'utile bouclier social contre les abus des puissances de la finance et de l'industrie. Elle sera aussi la défaite d'une certaine conception du politique, celle-là même qui voulait que « la politique de la France ne se fait pas à la Corbeille » (c'est-à-dire à la Bourse), ni ailleurs qu'en France...

 

De plus, il est remarquable que l'Europe fédérale de madame Parisot accorde bien peu de place au « social », et en particulier au « syndical » : il est évident que l'Europe fédérale ne sera pas sociale, si elle est d'abord économique ou (et ?) patronale !

 

 

Cette Europe fédérale qui flingue le social... Le rêve de madame Parisot ?

 

Il est fort possible qu'une partie de la résolution de la question sociale contemporaine passe aussi (mais pas seulement !) par le biais de l'Europe, de coopérations entre Etats de l'Union européenne (voire au-delà) et d'aménagements économiques, fiscaux et sociaux, mais il serait dangereux et vain de limiter la construction européenne à ce seul « fédéralisme » quand existent d'autres formules, en particulier confédérales, sans doute plus équilibrées et socialement justes...

 

 

postheadericon Face au bal permanent des présidentiables, la Monarchie royale...

Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

La primaire socialiste n'est qu'une étape de cette course à l'Elysée dont la finale aura lieu en mai 2012, mais elle nous rappelle que nous sommes déjà (encore et toujours, d'une certaine manière...) en campagne et que, plus nous approchons de la date fatidique, plus l'actualité française sera monopolisée par l'élection présidentielle, au risque de ne plus voir les vrais enjeux nationaux et mondiaux sur une terre qui, elle, ne cesse de tourner et, au gré des vents (parfois bien mauvais...) de la mondialisation, d'accélérer le rythme... Au risque aussi de tomber dans la démagogie et dans le déni de réalités, si fréquents (mais pas forcément obligatoires) en démocratie, qu'elle soit politique ou émotionnelle (l'une étant de plus en plus conciliable, malheureusement, avec l'autre...).

 

Dans l'émission « Face aux chrétiens » du jeudi 5 mai dernier (sur RCF), le communiste Pierre Laurent dénonçait, avec une certaine raison (même si les siennes ne sont pas exactement les miennes...) « le bal permanent des présidentiables » qui, selon lui, empêche le débat sur « les choses sérieuses », et il affirmait, de manière plus ambiguë, qu'il faut « supprimer l'élection présidentielle telle qu'elle est organisée », sans doute pour revenir à une élection du Chef de l'Etat par le Congrès, comme sous les IIIe et IVe Républiques, pourtant peu probantes sur le plan de l'efficacité politique !

 

C'est aussi la proposition de ceux qui prônent la VIe République pour « démonarchiser l'Etat » : or, c'est bien l'inverse qu'il faut faire ! Supprimer l'élection présidentielle au suffrage universel mais royaliser la magistrature suprême de l'Etat, pour libérer l'Etat lui-même de ce « bal permanent des présidentiables », soupirants fatigants de Marianne et intrigants permanents pour la conquérir.

 

Mais, avouons-le, cette idée de supprimer l'élection présidentielle au suffrage universel n'est guère populaire, car les électeurs accordent une grande faveur, la plus grande peut-être, à cette possibilité qu'ils ont, tous les 5 ans, de « choisir le Chef de l'Etat » entre plusieurs candidats censés représenter autant de familles politiques.

 

Cette formule, voulue par le fondateur de la Cinquième République pour renouer un lien fort entre le peuple et son magistrat suprême, est pourtant la cause de ce « bal permanent des présidentiables », ce côté « permanent » étant aggravé par la réduction du mandat présidentiel de sept à cinq ans depuis le début des années 2000.

 

 

Un lendemain de cuite électorale présidentielle : la gueule de bois...

 

En fait, de Gaulle n'avait peut-être pas prévu (quoique...) que l'élection présidentielle au suffrage universel serait récupérée, pas forcément par des partis (dont il se méfiait et dont il craignait « le régime »), mais par des ambitieux qui, au lieu d'apparaître comme de simples « hommes de parti », mettraient ceux-ci à leur service, parfois exclusif, et « personnaliseraient la République » en s'installant à sa tête. Certes, de Gaulle personnalisait, disent certains, cette République : en fait, il l'incarnait plus encore, ce qui n'a pas exactement le même sens, parce que sa légitimité première, celle qui lui avait permis d'être « fondateur » de la nouvelle République en 1958, dépassait l'élection elle-même, dont la première au suffrage direct n'eut lieu qu'en décembre 1965 et, d'ailleurs, lui apparut fort décevante... Au point qu'il était persuadé, après son échec référendaire d'avril 1969, que « tout était foutu », ce qui ressort de certains propos qu'il tint dans son « exil intérieur » de Colombey-les-deux-églises...

 

A bien y regarder, de Gaulle accordait plus d'importance au principe et à la pratique du référendum qu'à l'élection présidentielle au suffrage universel elle-même : d'ailleurs, l'établissement d'une Monarchie qui aurait gardé les principaux éléments institutionnels du système qu'il avait fondé en 1958 lui semblait possible, et peut-être même souhaitable, ne serait-ce que pour pérenniser cette indépendance de l'Etat à laquelle il était si attaché et qui lui semblait fondamentale pour affronter les enjeux autant de politique intérieure que diplomatiques.

 

La Monarchie royale pourrait donc aussi répondre au souhait exprimé par M. Laurent d'en finir avec cette « présidentielle permanente » qui, aujourd'hui, peut gêner la bonne pratique politique de l'Etat par ce combat des chefs incessant et, parfois, indécent ! Quoi de plus simple et de plus naturel que la transmission de père en fils de la magistrature suprême de l'Etat, sans être prisonnier d'une clientèle ou maître d'un clan momentanément plus fort, électoralement parlant, qu'un autre ? 

 

 

Une interrogation ? Pour moi, la réponse est claire...

 

Cela n'empêche nullement les débats et les confrontations politiques, nécessaires à toute société contemporaine pour se reconnaître et se situer dans le paysage civique, mais freine les ambitions démesurées des politiciens qui, malgré toute leur puissance et tous leurs réseaux, ne pourront accéder à une « première place » qui sera, statutairement et constitutionnellement, réservé à « celui qui n'a pas été choisi et qui n'a pas choisi d'y être » mais se doit d'assumer ce que le sort, le hasard de la naissance, lui ont donné... Une garantie d'indépendance et une possibilité réelle d'être cet arbitre souverain qui, aujourd'hui, manque à la France !

 

 

 

postheadericon Une Coupe du monde des sans-abri : le sport au service des exclus.


Au moment où la crise continue à déployer ses effets sur la planète et particulièrement dans les pays du Nord, il est des initiatives qui renouent avec l'espérance et le partage : la 9ème Coupe du monde de balle-au-pied des sans-abri, qui se déroule en ce moment même et jusqu'à dimanche à Paris, en est l'une des plus belles preuves et montre que le sport peut jouer un véritable rôle social, non pas comme spectacle mais comme moment de vraie fête et comme élément de sociabilité et, même, de lutte contre la précarité.


Cette Coupe du monde des sans-abri, qui existe depuis 2003 et se fait selon les règles du « futsal » (balle-au-pied en salle), au pied de la Tour Eiffel, motive celles et ceux qui y participent et permet à certains de sortir de leur condition de pauvreté, ce qui n'est pas totalement négligeable : « Pour les joueurs, le football est un moyen de retrouver une vie presque normale, avec des règles, des horaires, un collectif », selon le directeur du comité d'organisation de cette Coupe du monde en France, Benoît Danneau. « La Croix » (lundi 22 août) rappelle aussi que « 70 % des participants aux huit premières éditions avaient radicalement changé de vie après cette expérience ».


Le sport n'est pas toujours, heureusement, une affaire de gros sous... Cela nous change des millions du PSG...


D'autre part, comme le souligne le fondateur de cette compétition, l'Ecossais Mel Young, éditeur de journaux de rue, « le football est un outil très efficace pour changer le regard sur les gens de la rue », ce qui peut permettre une meilleure intégration des défavorisés dans notre société aujourd'hui plus marquée par les apparences que par les seules réalités. « Quand les gens voient la dignité et l'énergie que ces exclus mettent à défendre leur drapeau sur le terrain, ils sont touchés. »


Restent aux grands médias à y consacrer un peu de leur temps et aux entreprises en quête de notoriété et soucieuses d'aider les défavorisés à y investir quelques fonds utiles pour l'intégration sociale de ceux-ci : à l'heure où les grandes équipes dépensent des dizaines de millions d'euros pour « acheter » quelques joueurs déjà millionnaires, cette Coupe du monde des sans-abri remet un peu d'humanité et d'humilité dans un sport qui donne parfois l'impression de ne plus être qu'un spectacle sans grande âme...


 
Plus d'articles...