Nous avons 1168 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2011

postheadericon Donner à manger à ceux qui ont faim...

Ce 28 novembre s'ouvre la 27e campagne hivernale des Restos du coeur qui durera jusqu'au 23 mars prochain : plus de 60.000 volontaires vont servir environ 110 millions de repas à près de 900.000 personnes... Cela nous rappelle qu'en France, en ce XXIe siècle bien entamé, une partie de nos compatriotes n'ont pas les moyens de se nourrir convenablement, et qu'il est heureux qu'existent des associations caritatives pour aider les plus pauvres, pour manifester concrètement cette solidarité entre les hommes qui est nécessaire à toute société pour survivre.

 

Au-delà de ce constat, quelques remarques : comment se fait-il que tant de Français souffrent de la faim alors que, sur cette terre, l'agriculture produit de quoi nourrir plus de 12 milliards de personnes ? La question peut d'ailleurs être élargie au monde entier : aujourd'hui, un enfant meurt toutes les 5 secondes de sous-alimentation, en particulièrement en Afrique, tandis que près d'un milliard d'humains souffrent, de manière plus ou moins grave, de la faim. Comment cela se peut-il au regard des surplus alimentaires, détruits avant d'être consommés, et qui représentent, dans nos pays, environ 40 % de la nourriture disponible ?

 

Cela montre, en tout cas, que ce n'est pas la production agricole elle-même qu'il faut intensifier mais plutôt la notion (et la réalité) de partage qu'il faut restaurer et appliquer, concrètement !

 

 

Un exemple de solidarité active : "la soupe du roi", sur le parvis de la gare Montparnasse, un soir d'hiver...

 

Autre remarque : n'est-il pas étonnant qu'à l'heure où l'Allemagne veut imposer à l'Europe sa « gouvernance fédérale », qui signifie « rigueur » et, au-delà, « austérité », cette puissance veuille supprimer l'aide apportée par l'Union européenne aux programmes alimentaires locaux en arguant que la solidarité doit être du seul domaine des États, ceux-là mêmes que l'on prétend « effacer » par de nouvelles règles de contrôle budgétaire ? Sauvée in extremis il y a deux semaines et pour une période de deux ans seulement, cette aide européenne n'est pourtant pas de trop au regard des besoins de plus en plus importants nécessités par les conséquences sociales de la crise actuelle...

 

Décidément, il est bien des choses à changer en ce bas monde... Et, sans doute, changer de modèle de société en privilégiant à nouveau l'entraide et le partage, et en refusant l'égoïsme qui détourne les yeux des misères humaines !

 

 

 

 

postheadericon Le danger d'une nouvelle "Europe légale".

Panique à bord du navire « Euro » ? C'est l'impression que l'on peut avoir à la lecture de la presse des jours derniers et à l'écoute des radios d'information... Les titres catastrophistes sont-ils des prédictions autoréalisatrices ou de simples affolements destinés à faire accepter ce qui n'est pas acceptable, c'est-à-dire des abandons de souveraineté au profit d'une Europe « fédérale » qui ne serait rien d'autre qu'une Europe allemande comme le laisse entendre le titre de l'hebdomadaire « Challenges » de cette semaine ? Sans doute un peu des deux ! Quoiqu'il en soit, cela n'est guère rassurant car l'on peut constater combien les États sont dépossédés (ou acceptent de l'être...) de leurs propres prérogatives pour ne satisfaire que les intérêts de ceux qui souhaitent en définitive, au nom d'un libéralisme idéologique plus que pragmatique, le « désarmement du politique » face aux Marchés, seuls maîtres (ou apprentis sorciers, au regard de l'histoire ?) d'un jeu dont les peuples risquent bien d'être les victimes... Un jeu animé par les agences de notation, qui ont pris le pas sur les gouvernements et les peuples, dans une sorte de logique « a-démocratique » devant laquelle les démocrates, doctrinaires ou simples partisans, sont impuissants : sans doute n'ont-ils pas compris que la démocratie issue des Lumières et, en fait, du monde anglo-saxon (et non de la cité athénienne...), par son histoire propre comme par ses racines, ses fondements, a trop partie liée avec le capitalisme pour pouvoir, en temps de crise, s'en émanciper ou se penser en dehors de ses principes de libre-échange ou d'opinion publique, cette dernière trop souvent confondue à tort avec la notion de « peuple » qu'elle travestit ou défigure (au sens philosophique du terme).

 

La semaine qui s'ouvre sera, nous dit-on, déterminante : le discours de M. Sarkozy, annoncé pour jeudi, sera-t-il celui du « renoncement », comme peut le laisser craindre la domination de la chancelière Merkel au sein du couple, si mal assorti aujourd'hui, franco-allemand ?

 

 

Promenade romantique au bord du gouffre...

 

Cette « Europe » (sic, oserai-je rajouter !) que l'on veut nous imposer aux forceps « au nom du sauvetage de l'euro » (cette monnaie-là jadis censée nous protéger : quelle triste ironie !), serait la fin d'une certaine idée de la politique, la fin des souverainetés nationales, de la nécessaire liberté d'être et d'agir des nations historiques d'Europe : d'une « union » librement consentie et assumée (aussi imparfaite soit-elle), on passerait à une sorte de « fusion » qui serait régie par les principes de rigueur de l'Allemagne et qui réduirait les peuples à n'être plus que des spectateurs dépossédés de leur propre destin !

 

Non, cela n'est pas acceptable ! Le nom de France veut dire, dans son étymologie d'origine… germanique !, Liberté : tout est dit, et cela nous impose, à nous autres héritiers d'une histoire tumultueuse, parfois heureuse, parfois douloureuse, d'être digne de ce beau nom de France... D'ailleurs, ce n'est pas en niant la France que l'on pourra faire l'Europe, mais en affirmant la France que l'on pourra fonder l'Europe : le général de Gaulle rappelait, à la suite d'ailleurs de Maurras qui demandait à ce que l'on ne parle pas de l'Europe comme si elle était faite avant d'exister, que c'est en s'appuyant sur les réalités nationales issues de l'histoire (qu'il ne s'agit pas de glorifier mais d'assumer) que l'on pouvait construire une Europe qui ne soit pas une chimère mais, au contraire, une « Europe réelle », tout l'inverse de cette « Europe légale » qui suinte à travers les discours des « sauveteurs de l'euro »...

 

 

postheadericon Un dialogue avec les communistes autour de la question sociale (1)

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Les marchés sont des lieux privilégiés pour l'expression politique et je les ai souvent arpentés, à Rennes comme dans la région parisienne, tracts et journaux en mains, pour convaincre de l'excellence des idées et propositions royalistes. Aussi, suis-je toujours attentif à discuter avec ceux qui y passent du temps, souvent pour des causes qui ne sont pas les miennes, mais toujours dans l'optique d'ouvrir un dialogue qui n'est jamais inutile !

 

 

En septembre 1986, à la braderie de Lille, les royalistes présentent leurs idées dans la rue...

 

Ainsi, ce dimanche matin, ce sont des militants communistes que j'ai croisé, dans un quartier pourtant réputé pour son conservatisme social (le XVIe...) : ils vendaient L'Humanité-dimanche et distribuaient des tracts mélenchonnistes en prévision de la présidentielle prochaine. La discussion, fort courtoise, a vite tourné autour de la question sociale : les injustices, l'austérité, les nouveaux maîtres du jeu de la « gouvernance » financière européenne, etc. A celui qui passait et tendait l'oreille, le débat aurait sûrement paru... surprenant ! Quoi, un royaliste parlant « social », et s'en prenant aux « oligarchies » européennes ?! Comme cela paraît étrange à qui n'a pas eu le loisir de s'intéresser aux idées monarchistes ! En fait, rien de plus normal, et il n'est pas inutile de rappeler que, en France, les premiers à se préoccuper du sort des ouvriers furent les catholiques sociaux, le plus souvent monarchistes légitimistes, comme René La Tour du Pin, Alban de Villeneuve-Bargemont ou Albert de Mun, dont j'ai acheté il y a quelques mois les volumes des discours et interventions parlementaires, véritable mine de documents sur les débats politiques et sociaux de la période 1870-1914.

 

 

 

Dans cette discussion impromptue, j'ai fait part de ma profonde inquiétude face aux oukases si peu sociaux des instances européennes et des agences de notation : cette « dépossession » des pouvoirs et prérogatives des Etats par des institutions si peu « démocratiques » et, surtout, profondément démophobes, ne réjouit ni les communistes ni les royalistes, ni la plupart des citoyens de notre pays, au-delà même des différences de positionnement électoral ou doctrinal. Mais les royalistes ont un avantage sur les uns et les autres : l'essence de la monarchie française est politique, éminemment politique, et ne doit rien, dans sa légitimité propre, aux jeux financiers et aux parentèles politiciennes, ce qui a l'immense avantage de « libérer la magistrature suprême de l'Etat », de lui permettre d'affirmer la justice sociale face aux puissances d'argent et, ainsi, de rendre à l'Etat une certaine force de frappe qui, aujourd'hui, semble diablement manquer aux gouvernements européens et à la Commission européenne, obligée cette semaine encore, de « manger son chapeau » face aux agences de notation, alors même qu'elle est parfois si violente à l'égard des Etats et des peuples quand il s'agit de dénoncer les déficits ou les entraves à la libre concurrence !

 

« Il faudrait un Louis XIV pour arrêter tous les Fouquet qui imposent leur « gouvernance » à l'Etat ! » : et les communistes d'opiner du chef, peut-être un peu gênés d'être d'accord avec un royaliste...

 

 

(à suivre)

 

 

 

 

 

 

postheadericon Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) déjà condamné ?

L'Union européenne ne suscite guère la confiance en tant que telle, et la dernière mésaventure du fameux FESF (Fonds européen de stabilité financière) destiné à lever des milliards d'euros (officiellement jusqu'à 1.000 milliards...) le prouve à l'envi, comme le rapporte le quotidien Les échos le 8 novembre dernier : « Le FESF, qui n'avait pas fait appel au marché depuis juin, a été obligé de payer un prix élevé pour lever 3 milliards d'euros de titres à 10 ans (...). ». Comme le souligne Marianne (12-18 novembre 2011) : « Alors qu'il devait être appelé à lever des centaines de milliards d'euros sur les marchés pour faire face à la crise des dettes souveraines, il suscite dorénavant la méfiance des investisseurs. Le FESF a dû s'y prendre à deux fois pour lever 3 milliards d'euros au profit de l'Irlande. Et il a dû servir un taux d'intérêt en très forte hausse. Le différentiel avec les taux allemands a plus que triplé en cinq mois ! ». En somme, ce FESF risque d'aggraver encore un peu plus l'endettement européen alors que sa mission première était de venir en aide aux Etats... trop endettés ! C'est le serpent qui se mord la queue !

 

 

 

Cette information n'est pas mineure et elle augure mal de la suite, comme le souligne un analyste économique interrogé par Les échos : « Depuis quelque temps l'écart de taux entre le FESF et l'Allemagne suit d'assez près l'évolution de l'écart France-Allemagne, note Clement Genes, chez Kepler. Le marché semble anticiper une dégradation de la note de la France et son impact sur la capacité d'emprunt du Fonds de stabilité ; les investisseurs tiennent aussi compte des incertitudes sur la pérennité des mécanismes de soutien de la zone euro. » En somme, la France apparaît désormais comme le prochain « maillon faible » de la zone euro, avec des conséquences approchantes de celles vécues par la Grèce ou les autres pays de l'Europe méditerranéenne, et le FESF est, d'une certaine manière, « mort-né », à cause de cette « faiblesse » de la France ...

 

C'est d'ailleurs ce que dit Jacques Attali dans un entretien paru jeudi 10 novembre dans La Tribune : « Le FESF ne fonctionnera pas. Ajouter de la dette à la dette avec la garantie de l'Allemagne et de la France fera perdre le Triple A à ces pays sans résoudre en rien le problème financier posé. Emprunter pour donner sa garantie à ceux qui ne le peuvent plus est une course en avant suicidaire. Cela ne peut pas marcher. La dernière émission du FESF a d'ailleurs été sanctionnée par les marchés, compte tenu du flou qui entoure cette machine à gaz. »

 

Quand on pense que certains nous vantaient il y a encore quelques mois le « rôle protecteur de l'euro » (sic !)... Les marchés cannibales n'ont cure des slogans, comme les peuples en ont assez des uns comme des autres, aussi dévastateurs les uns que les autres...

 

 

postheadericon M. Berlusconi : une démission forcée qui peut (aussi) inquiéter...

Je n'ai aucune sympathie pour M. Berlusconi, mais les manifestations de joie à l'occasion de son départ m'ont parues maladroites et bien naïves ! Car M. Berlusconi n'est pas parti chassé par un vote démocratique ou par une colère populaire, mais bien plutôt par « la force des marchés » et les oukases d'une « Europe » de plus en plus allemande et de moins en moins européenne...

 

 

L'Union européenne, une nouvelle dictature économique ? La question mérite au moins d'être posée, non ?

 

Cela signale plusieurs éléments dont je ne suis pas sûr que les joyeux drilles antiberlusconiens aient saisi tous les aspects ni toutes les conséquences : d'abord, leur propre impuissance à faire partir, légalement et électoralement, un homme qui avait été élu légalement et démocratiquement, selon les règles en place et les institutions du pays (que l'on peut critiquer, d'ailleurs). Ensuite, leur échec à le faire partir par la mobilisation, pourtant forte et démonstrative, de la rue, c'est-à-dire des syndicats, des partis et des simples citoyens choqués par les attitudes et les magouilles politiques du « Cavaliere ». Ce double échec, cette double impuissance devraient inquiéter sérieusement ceux qui se targuent de faire de la politique et qui croient que les « bonnes idées » (mais chacun voit midi à sa porte en ce domaine, n'est-ce pas ?) suffisent à changer de gouvernement en attendant de changer les choses...

 

Mais il y a sans doute plus grave encore : cette démission forcée, aussi bienvenue puisse-t-elle être pour de multiples raisons, apparaît comme le signe de la perte de souveraineté politique du pays : ce sont bien les « marchés » et « l'Union européenne » qui ont eu la peau du premier ministre italien, et eux seuls, et si j'ai mis des guillemets à l'Union européenne, c'est parce qu'il s'agit plus exactement de ceux qui, désormais, la dirigent sans beaucoup de discrétion ni de délicatesse, et en particulier l'Allemagne qui n'a jamais beaucoup apprécié l'Italie dans l'histoire, surtout quand elle en était l'alliée...

 

Les « marchés » et « l'Union » se substituent aux peuples pour désigner les gouvernements en zone euro, au mépris des règles démocratiques usuelles (que l'on peut, là encore, critiquer mais qui sont, pour l'heure, officiellement légales et opérationnelles), et les peuples apparaissent complètement écartés de ce processus : aucun des gouvernements tombés ce mois-ci ne l'est par la voie électorale ou démocratique locale ! Et les prochaines élections, qui devraient légitimer une parole gouvernementale et législative souveraine dans les pays concernés, n'auront aucun impact sur la politique suivie par le gouvernement né de ces élections, comme le rappellent à l'envi les institutions et les dirigeants de l'Union, qu'ils soient européens ou nationaux. Ces nouveaux élus n'auront d'autre choix que de suivre ce qui a été décidé ailleurs, à Bruxelles, à Francfort ou à Cannes, sous peine de sanctions et de... « démission » ! Ainsi, le choix électoral semble se résumer à désigner qui sera le prochain « gouverneur » chargé d'appliquer une politique que, ni lui ni ceux qui l'ont porté au pouvoir, n'ont voulu ni ne supportent en tant que telle !

 

La France est-elle à l'abri de cette « dépossession » de souveraineté ? Malheureusement, non !

 

Ainsi, dans les milieux socialistes mêmes, on craint désormais, et de façon de moins en moins discrète, que M. Hollande, s'il est élu, ne soit rien d'autre qu'un nouveau Papandréou, forcé aux mêmes renoncements et humiliations !

 

« La République nous a mis bien bas », soupirait un vieux Camelot du roi qui, pourtant, en avait vu bien d'autres depuis les années trente... C'est vrai, tristement vrai, et cela alors même que notre pays a d'immenses potentialités, intelligences et idées ! Encore faudrait-il un Etat digne de ce nom pour les exploiter, les épanouir et les transmettre. Lorsque l'on voit la médiocre qualité du débat présidentiel actuel, on peut douter que, de cette joute des « ego », sorte quelque solution que ce soit aux problèmes qui sont posés à la France et aux Français en ces heures-ci...

 

 
Plus d'articles...