Nous avons 170 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2006

postheadericon Caricatures...

Depuis quelques jours, une véritable tempête médiatique s'est levée dans les pays européens comme musulmans à propos d'une douzaine de caricatures du Prophète Mahomet, publiées à l'origine dans un grand journal danois, puis reprises par de nombreux journaux en Europe (mais pas au Royaume-Uni). En fait, le débat qui s'engage (fort mal, d'ailleurs...) porte sur la liberté d'expression face à la foi religieuse, et il n'est pas anodin. Mais il concerne surtout l'Islam, si l'on s'en tient à l'objet du scandale.

 

Je dois avouer ma surprise quand j'ai lu dans la presse, ces jours derniers, que Mahomet ne pouvait être représenté, et que c'était là la vraie raison de la colère des musulmans : en effet, j'ai souvenir d'avoir travaillé avec des manuels scolaires qui montraient des scènes de la vie du Prophète, peintures souvent d'origine persane d'ailleurs. Un intéressant entretien paru dans le journal Libération ce vendredi 3 février avec Abdelwahab Meddeb, professeur de littérature comparée à l'Université Paris-X confirme mon souvenir (d'ailleurs encore frais, puisque j'ai montré à l'une de mes classes de Seconde une de ces images de Mahomet, datée du milieu du Moyen-âge): "La seule chose qu'on ne trouve pas en islam, c'est la représentation de Dieu. Celle-là est absente. Pour le reste, on a absolument tout. (...) Pour revenir au prophète de l'islam, nous avons des représentations directes. (...) Ce n'est que par la force de la coutume que la représentation du prophète est devenue taboue. Mais elle l'a été surtout dans le monde arabe, et ne l'a jamais été dans l'espace turc ou en Asie centrale". En fait, il semble que la colère musulmane soit surtout instrumentalisée par quelques groupes et par des Etats qui cherchent à montrer leur différence d'avec l'Occident, principalement pour des raisons de politique intérieure: je viens de discuter avec un de mes amis musulmans qui m'a confirmé cet aspect des événements récents.

 

Si l'on revient sur les caricatures, il ne faut pas oublier que leur principe de base est de moquer, parfois discréditer ou dénoncer, ce qu'elles prennent comme modèle et "bouc émissaire". Je travaille d'ailleurs actuellement sur des caricatures publiées dans les années 1880 par la revue satirique royaliste "Le Triboulet": La République y est représentée sous les traits d'une véritable mégère, laide à souhait, une Marianne bête et méchante... Régulièrement, ces dessins peu respectueux pour la République étaient purement et simplement censurés et remplacés, sur ordre de la Censure officielle, par des carrés blancs. S'ils étaient republiés aujourd'hui, il n'est pas impossible que certains républicains sourcilleux ne hurlent pas de la même façon qu'un certain nombre d'islamistes.

 

Dans cette affaire des caricatures danoises, il est à noter qu'il y a des incompréhensions et des aveuglements mutuels : certains parlent de la liberté d'expression, d'autres évoquent le respect des croyances. Sans doute faut-il accorder les deux et non les opposer violemment; il faut surtout "savoir raison garder", comme le rappelle cette formule des rois capétiens. J'ai vu les fameuses douze caricatures de Mahomet, elles ne m'ont pas paru choquantes, même si deux d'entre elles peuvent être considérées comme douteuses ou de mauvais goût. Plus choquant était, cette semaine, l'incendie criminel d'une petite chapelle fraîchement restaurée par des "satanistes" ou se proclamant tels, dans le Morbihan. La haine, qu'elle soit religieuse, athée ou simplement stupide, est la pire des maladies qui puisse atteindre une société.

 

postheadericon Vacances royalistes.

Je suis en vacances depuis hier soir, ce qui ne m'empêche pas de venir travailler la préparation de mes prochains cours au lycée : au programme pour les classes de Seconde, "les croisades" en Histoire, puis "l'eau", sujet d'actualité compte tenu de la sécheresse qui menace  à nouveau pour 2006, en Géographie ; pour les classes de Première, "la Première Guerre mondiale et ses conséquences", cours pour lequel j'utilise quelques éléments du livre de Jacques Bainville publié en 1920 "Les conséquences politiques de la paix".

Mais, comme il m'est déjà arrivé de le dire, "royaliste en vacances ne signifie pas vacances du royalisme", loin de là ! Ces deux semaines prochaines sont aussi l'occasion de faire oeuvre politique : quelques affichages fleur-de-lysés supplémentaires entre Bourg-la-Reine et Montfort-L'Amaury; des notes sur ce blog plus fréquentes; des textes de conférences et des articles pour la presse royaliste, y compris pour soutenir la candidature d'un monarchiste aux prochaines élections en Italie; quelques cafés politiques à Versailles (j'en reparlerai); la poursuite de mes recherches sur l'histoire du royalisme français, la rédaction d'articles historiques pour la revue "Lys rouge" et la préparation d'un site consacré à la présentation des archives et de cette mémoire politique du royalisme; etc.

En somme, des vacances bien remplies qui me mèneront aussi à Rennes et à Bordeaux, déplacements qui seront (entre autres) l'occasion de nombreuses discussions politiques.

J'avoue aimer ces périodes où je peux laisser libre cours à mes passions historique et politique, l'une n'étant jamais très éloignée de l'autre, tout en flânant et en lisant quelques romans, ce mois-ci de Jean Giono. C'est aussi le temps d'une réflexion moins pressée par l'actualité et les obligations scolaires. Une réflexion toujours nécessaire pour comprendre et agir...

 

postheadericon Princes et royalistes, le 21 janvier.

Le samedi 21 janvier, j'étais à Paris devant l'église Saint-Germain l'Auxerrois (l'ancienne paroisse des rois de France), dans laquelle se déroulait la traditionnelle messe à la mémoire du roi Louis XVI. Au delà de la commémoration, le plus important était la présence des princes de France, en particulier l'actuel comte de Paris et son fils le prince Jean : la continuité dynastique incarnée...

 

Sur le parvis, les royalistes, eux-aussi, se retrouvaient, et cela me fait toujours chaud au coeur de revoir "les copains", ceux d'il y a plus de 20 ans, mais aussi les "nouveaux" d'aujourd'hui. Tous ceux qui croient en la Monarchie politique incarnée par les Bourbons-Orléans. Tous ceux pour qui "le désespoir en politique est une sottise absolue", selon la formule de Maurras.

 

Les Manants du Roi ont consacré un article et un diaporama à cette journée : ils peuvent être consultés à l'adresse suivante : www.lesmanantsduroi.com/articles/article1140.php . Vous y trouverez même quelques "traces" de votre serviteur...

 

postheadericon OPA sur Arcelor, suite.

Autant les Etats français, luxembourgeois ou belge s'inquiètent de l'OPA spéculative de Mittal sur Arcelor, autant la Commission européenne semble la soutenir, au nom de la "libre concurrence". Les propos de la commissaire chargée de la concurrence, Neelie Kroes, sont tout à fait révélateurs de l'état d'esprit d'une Commission économiquement néolibérale plus encore qu'européenne : "Je suis contre les champions nationaux! Et contre les champions européens! Mais je suis pour des champions globaux... basés en Europe".

 

Cet aveu est intéressant, mais guère rassurant : il signifie que la Commission européenne a choisi son camp et qu'elle place "le Marché" au-dessus de toute autre considération, fût-elle même sociale ou européenne... Que l'on ne s'étonne pas alors du discrédit croissant de cette "Europe" aux yeux de nombreux citoyens des pays de l'Union.

 

En n'étant qu'un relais de la globalisation et non un moyen de la maîtriser ou de l'ordonner au profit des populations, la Commission européenne perd chaque jour un peu plus de légitimité. Or, n'oublions pas que la légitimité d'une institution repose largement sur le "service rendu" et la protection des personnes qui se trouvent sous sa dépendance. En négligeant cela, la Commission se prépare de grandes déconvenues et de cinglants désaveux. De nouveaux et prochains "29 Mai"...

 

postheadericon "Royalistes aujourd'hui", encore une fois...

Quelques papillons de promotion pour mon blog sont apparus à Versailles et dans les environs. Il est vrai que ceux-ci restent un bon moyen de faire connaître des idées que beaucoup méconnaissent. Souvent, il m'arrive de rencontrer des jeunes ou des moins jeunes qui me demandent pourquoi je suis royaliste. En quelques phrases, j'essaye de leur expliquer mes raisons pour la Monarchie: indépendance de la magistrature suprême de l'Etat; continuité de celle-ci; etc.

 

Il est vrai que l'actuelle "présidentielle permanente" qui court depuis déjà quelques années, décrédibilise la politique, qui semble aujourd'hui se résumer à une simple "course au pouvoir". Du coup, le projet monarchique peut apparaître comme un utile recours qui libérerait la magistrature suprême de l'Etat des convoitises partisanes.

 

Aussi, pour ceux qui découvrent ce blog, je les incite à lire l'article "Royalistes aujourd'hui" à l'adresse suivante: www.u-blog.net/jpchauvin/note/4 pour se faire une idée un peu plus précise des raisons royalistes. N'hésitez pas à poursuivre le débat par vos commentaires et critiques !

 
Plus d'articles...