Nous avons 131 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2008

postheadericon Les risques d'une consommation aveugle.

Il y a deux mois, je signalais sur ce blogue un article paru dans « Le Monde » sous la signature de Jean-Raphaël Chaponniere et intitulé « La crise renforcera l’Asie », article qui reste encore à mes yeux le plus intéressant et le plus instructif sur la crise que nous connaissons aujourd’hui. Mais d’autres articles et informations parus récemment semblent aussi confirmer cette annonce, tel icelui, fort bref mais tellement révélateur, publié dans « Le Parisien » du mercredi 3 décembre et titré : « Les produits « made in Asia », grands gagnants. »

Il mérite d’être intégralement cité, pour mesurer les enjeux de cette crise actuelle pour notre société :

« Une relance de la consommation par des aides aux ménages profiteraient surtout aux produits d’importation. Selon un sondage Ipsos/Tradexpo, ils sont 43 % de Français à fréquenter les magasins discount et 41 % à rechercher les produits les moins chers. Ils sont environ sept sur dix à penser que les produits en provenance d’Asie sont de moins bonne qualité que ceux « made in Europe ». Mais le sentiment d’appauvrissement est devenu tel pour une majorité de Français que « le prix devient dans de nombreux domaines le principal critère auquel ils font attention. Les objets fabriqués en Asie peuvent donc apparaître pour beaucoup de personnes comme un moyen de consommer à moindre coût ». »

En quelques lignes, tout (ou presque) est dit : dans une société de consommation où la quantité prime souvent la qualité, cette dernière considérée plus sélective et moins rentable, les consommateurs ont un réflexe plus « comptable » que raisonné et raisonnable. Mais, en fait, la crise nourrit la crise : en achetant à moindre coût les produits asiatiques, chinois ou autres, les consommateurs français serrent un peu plus la corde sur leur propre cou et risquent de mettre encore plus en difficulté les producteurs français déjà bien pressurés par les intermédiaires et les grandes chaînes (ce mot est si bien approprié, en fait…) de distribution qui, trop souvent, fixent « leurs » conditions, pour leur meilleur profit et sans beaucoup de scrupules…

Ainsi, les pays asiatiques à bas coûts salariaux qui, eux aussi, ralentissent leurs activités pour l’exportation ont néanmoins encore de meilleures chances de continuer à vendre aux pays occidentaux que nos producteurs locaux et proches. D’autre part, ces pays d’Asie ont encore la ressource d’écouler une grande partie de leurs stocks sur des marchés intérieurs dont les potentialités encore inexploitées sont importantes, voire très importantes ! Pour la seule Chine, il reste encore une masse de 800 millions de personnes qui pourraient accéder à leur tour à cette société de consommation et qui commencent, d’ailleurs, à s’impatienter… Idem pour l’Inde !

La fatalité est mauvaise conseillère : il serait confortable de se contenter d’être spectateurs et consommateurs sans conscience. Cependant, cela serait oublier nos devoirs de Français, en particulier à l’égard de nos compatriotes mais aussi de tous ceux qui, dans le monde, pensent que la France n’est pas simplement faite pour participer au « banquet des satisfaits ». Consommer autrement, sans doute moins mais mieux, n’est pas une simple foucade ou un slogan facile : cela doit être aussi une politique, et l’Etat, sans se mêler de ce qui ne le regarde pas en maints domaines,  peut donner l’impulsion d’une meilleure pratique consommatrice. Une pratique qui puisse garantir le présent et préserver l’avenir, pour les générations futures, autant de notre société que de notre art de vivre…

 

postheadericon Classe ouvrière.

 

Je suis toujours plongé dans les corrections de copies et, justement, celles-ci peuvent être fort révélatrices, au-delà même des connaissances et des réponses des élèves : ainsi, les sujets donnés aux classes de Première sur les questions sociales à l’époque des industrialisations du XIXe-XXe siècles (condition ouvrière, progrès social, urbanisation). A les corriger, je me rends compte combien la réalité ouvrière, largement évoquée dans mes cours et rappelée par les textes proposés pour le traitement des sujets, est devenue « artificielle », si lointaine que les élèves l’abordent de façon parfois trop « scolaire » au risque même de ne pas saisir le sens des textes et d’en oublier de larges éléments, pourtant importants pour la bonne qualité des réponses demandées. « La condition ouvrière » est devenue aussi lointaine que la guerre de 1870 ou, même, que celle de 14-18 malgré les nombreux témoignages valorisés lors de la récente commémoration du 11 novembre. Il faut avouer que les manuels scolaires eux-mêmes participent à cet éloignement en accordant une place de plus en plus minime à cet aspect-là de l’histoire dite contemporaine (qui commence, en France, à 1789), tout comme ils ont purement et simplement éliminé les campagnes et leurs mutations du XIXe dans les documents de Première…

Ce n’est pas la faute des élèves mais cet effacement, pas exactement justifié ni en histoire ni en actualité, est révélateur de la disparition, désormais avérée, de la « classe ouvrière », non pas comme catégorie sociale, mais comme sentiment d’appartenance et d’identité sociales : alors qu’il reste 23 % d’ouvriers (au sein de la population active) dans notre pays, ceux-ci se déterminent plutôt par leurs capacités de consommation que par leur activité professionnelle, à part quelques exceptions notables, en particulier dans les secteurs encore artisanaux ou lorsque leur entreprise et leur emploi sont directement menacés par des licenciements, un « plan social » (si mal nommé…) ou une délocalisation, cela revenant souvent au même, d’ailleurs. Le vieux rêve marxiste de la disparition des classes (« la société sans classes ») se réalise ainsi, non par le communisme final qui devait finir l’histoire humaine, mais par la société de consommation qui ne reconnaît plus que des consommateurs et rapporte tout à cela, comme elle se veut mondiale et insensible (ou presque) aux différences nationales et politiques : plus de classes, plus d’Etats…

En fait, les réalités sociales comme politiques ne cessent d’exister mais c’est souvent la manière de les signifier ou de les valoriser qui leur donne, ou non, une visibilité et une lisibilité. Or, la société de consommation, dont les maîtres mots sont « croissance », « pouvoir d’achat » et « consommation », ne veut voir ces réalités qu’à travers son prisme réducteur, au risque de s’aveugler elle-même sur ce qui l’entoure et la compose, la traverse… Attention à bien me lire : je ne dis pas que la société de consommation ne connaît pas les différences puisque, souvent, il lui arrive d’en jouer pour « vendre plus » (cf les produits qualifiés, parfois à tort, de « traditionnels »…), mais qu’elle ne les reconnaît pas, c’est-à-dire qu’elle leur dénie tout rôle véritable de décision et, éventuellement, d’obstruction dans son cadre propre… En somme, tout ce qui est sur cette terre doit rentrer dans son cadre, dans son mode de vie, ses exigences et ses critères, au point de phagocyter toute contestation et d’en faire, rapidement, un élément de sa propre stratégie, de sa publicité, de sa « mode » : il suffit de constater comment les symboles de la « rébellion » sont souvent devenus des produits de consommation, voire des « icônes » consuméristes, et pas seulement le portrait de Che Guevara…

La crise actuelle va-t-elle remettre en cause ce modèle, cette idéologie du tout-consommation, qui gomme si rapidement, en quelques lignes de communiqué, des centaines d’ouvriers de leur entreprise, considérés comme une « simple variable d’ajustement » ? Et va-t-elle redonner une certaine actualité au concept de « classe ouvrière » compris, là, comme l’idée d’une solidarité, d’une entraide de ceux qui participent, par leurs activités manuelles, à la vie et à la prospérité d’une nation, et qui, au sein et au-delà de leurs professions, s’organisent pour assumer leurs responsabilités politiques ?

Il y a là un nouveau « champ des possibles » qui s’ouvre et que ceux qui s’intéressent à la politique ne peuvent négliger…

 

postheadericon Les partis et l'arbitre.

 

Sur ma précédente note a été déposé un commentaire qui me permet de préciser utilement mon point de vue sur les partis politiques :


je suis effectivement opposé, assez logiquement, au régime des partis qui fait de l'Etat une proie et l'empêche d'assumer complètement ses devoirs, responsabilités et droits régaliens.
Mais cela ne veut pas dire que je souhaite la fin ou la disparition des partis, je souhaite juste qu'ils ne monopolisent pas le Pouvoir dont ils ne doivent pas être les maîtres, mais les conseillers, les critiques aussi, etc.


Dans une Monarchie "à la française", la magistrature suprême de l'Etat échappe aux jeux des partis dans le sens où le souverain n'est pas leur élu et qu'il n'est pas le résultat d'un choix mais au contraire celui d'un "hasard" et de la transmission du Pouvoir par une dynastie de hasards...


 


Dans cette optique le roi est donc indépendant et libre des partis sans, pour autant négliger leur présence, leur importance, leur rôle au sein des assemblées, des institutions régionales, municipales ou nationales,voire européennes.


Le jeu politique n'est pas exactement déséquilibré, il repose juste sur une autre architecture des rapports politiques et des institutions de Pouvoir au sein du pays : provinces, communes, chambres syndicales, professionnelles, agricoles, etc., exercent des pouvoirs qui peuvent, par rapport au pouvoir central, apparaître comme des contre-pouvoirs, capables de représenter des opinions et idées diverses, et de gouverner les collectivités locales et régionales.


En somme, cette structuration institutionnelle peut se résumer par "les pouvoirs locaux à la base, aux citoyens ; l'autorité de l'arbitrage au sommet". Coordonnateur, arbitre, éventuellement à l'origine des grandes impulsions, le roi n'est pas "seul" au pays, il laisse les communautés locales se gouverner par elles-mêmes, dans le cadre et les limites de l'unité française.



Cette nouvelle structuration institutionnelle permet une redistribution concrète des pouvoirs, ce qui n'empêchera pas tous les conflits mais contribuera à les "amortir"...
En tout cas, la monarchie peut jouer, de par son indépendance statutaire et réelle, ce pour quoi elle est faite en priorité : son rôle d'arbitre.


Ainsi, la lutte des factions, si elle peut se poursuivre, est-elle toujours surplombée et limitée par l'autorité de "l'arbitre-roi".


Mais, là encore, n'imaginons pas un roi omniprésent et "big brother", mais bien plutôt un souverain (et non un suzerain) capable d'écouter et de trancher, de décider...

 


 

postheadericon République bipartisane.

J’ai carrément débranché de l’actualité pendant quelques jours, corrections de copies obligent… Ainsi, j’ouvre ce soir tous les journaux qui se sont accumulés depuis samedi dernier et, sans plaisir particulier, je lis le récit de l’affrontement Aubry-Royal dont j’ai déjà parlé ici. Sans plaisir car, sans avoir d’accointance avec les socialistes, je trouve que leur discrédit, qu’ils ont savamment valorisé ces jours derniers, déséquilibre un jeu politique qui, aujourd’hui, semble totalement être aux mains d’un Pouvoir sarkozyste dans lequel je ne peux me reconnaître.

Bien sûr, je peux rappeler, avec encore plus de force que d’ordinaire et de bonnes chances d’être écouté, ma défiance à l’égard des jeux politiciens et démocratiques, et mon souhait de voir l’Etat et en particulier sa magistrature suprême échapper aux luttes de factions qui l’affaiblissent. Dénoncer ces manipulations et ses fraudes (même pas honteuses aux yeux de certains qui se persuadent que la fin justifie les moyens…), toutes ces manœuvres qui discréditent le politique au risque de laisser le citoyen, l’ouvrier, le fonctionnaire… seuls face aux puissances économiques, au moment même où la crise permet aux grands groupes de liquider des milliers d’emplois sur notre territoire.

Bien sûr, je peux tirer sur cette ambulance qui s’appelle parti socialiste, et je ne m’en prive pas, aujourd’hui comme hier ! Mais je m’inquiète de l’absence d’un contrepoids politique au parti du Pouvoir actuel, conscient que les forces de droite et de gauche qui s’agitent sur les marges des deux grands partis de gouvernement et de notables ne sont pas suffisantes pour peser dans le jeu parlementaire, dont on mesure d’ailleurs ici tous les risques.

C’est aussi tout le danger d’un bipartisme plus ou moins assumé par notre société et qui s’avère, en définitive, un piège pour les citoyens, sommés de « voter utile » et de choisir entre les deux « grands », sous peine de ne pas être considéré et légitimé…

Qu’on se rassure : je n’ai pas l’intention de rentrer, même au nom de l’efficacité stratégique, dans l’une de ses grandes machines électorales qui se refilent, sous le nom d’alternance, le Pouvoir. Si je suis monarchiste, ce n’est pas pour rallier l’un de ces partis qui font, non du service public, mais de la conquête électorale et des places leur fonds de commerce. Mais, à défaut que, pour l’heure, le mouvement royaliste français (quand je dis royaliste, je pense « partisan du roi » et non pas de Madame Royal, bien sûr…) soit en mesure de peser sur les événements, il faut souhaiter que le Pouvoir sarkozyste ne soit pas seul à occuper le terrain politique et que les socialistes, aussi lointains de mes idées que possible, soient en mesure de contrecarrer les mesures les plus oublieuses du Bien commun que le gouvernement Fillon met aujourd’hui à son agenda, telles que la fin du repos dominical ou l’extension des grandes surfaces sur notre territoire

Décidément, cette République, dans son système bipartisan, est vraiment une « machine à mal faire »… En fait, ce ne sont pas les partis qu’il faut dissoudre, mais c’est ce système qu’il faut ravaler au rang le plus bas, pour redonner du lustre au politique, avec ou sans socialistes : le jour venu, le souverain roi devra savoir utiliser toutes les compétences, au-delà des étiquettes, et sans vains préjugés… Ce jour-là, les partis ne seront plus autre chose que ce qu’ils doivent être : des lieux de débats, de propositions, de représentation, mais pas, en tant que tels (et je les distingue alors de leurs membres), de gouvernement !

 

postheadericon Démocratie au parti socialiste.

L’actuelle bataille pour le secrétariat général du Parti socialiste prend des allures de bataille de chiffonniers, et le décompte des voix, qui doit être repris lundi, promet encore de belles empoignades entre les partisans des deux candidates, Mmes Aubry et Royal. Mais, au-delà des querelles pour telle ou telle voix, des fraudes qui semblent être, en fait, une habitude dans ce parti qui ne cesse de parler de morale politique (à défaut de la pratiquer toujours), du recours aux juges pour venger les affronts et de ce spectacle triste d’un parti de gouvernement qui ne maîtrise plus ses nerfs, il y a tout de même un rappel à faire, dans le cadre de la logique démocratique (je n’ai pas parlé de sagesse…) : dans ce système, la victoire revient toujours, dans le cadre d’une élection à deux candidats, à celui qui a obtenu 50 % + 1 voix et c’est même la règle !

Soyons franc, la situation se présente peu souvent (quoique…) mais, dans l’histoire, elle a pu avoir des conséquences justement historiques autant que politiques : la condamnation à mort du roi Louis XVI, en janvier 1793 ; l’établissement « définitif » (pourvu que non…) de la République, numérotée troisième, en 1875 ; la dernière révision constitutionnelle à l’été dernier (approuvée par l’éternel Jack Lang contre son propre parti, le même que celui qui, aujourd’hui, amuse la galerie…)…

Je ne sais pas qui, de la sainte du Poitou ou du bouledogue lillois, sera déclarée vainqueur ces jours prochains ou si les adhérents seront à nouveau sollicités pour une nouvelle cérémonie urnicole (le terme n’existe pas, mais, bon, tant pis : j’aime bien !), mais le fait que chaque camp ne reconnaisse pas la victoire de l’autre prouve le bien-fondé de la réflexion de Maurras sur la « soustraction » que constitue ce principe démocratique appliqué à la désignation d’un dirigeant, quel qu’il soit : soustraction car les forces tirent chacune de leur côté au lieu de s’unir, et elles ont d’autant plus de mal à s’unir ensuite qu’elles se sentent soit légitimées soit lésées par le résultat proclamé…

Le plus étonnant, démocratiquement parlant, c’est que le sort du fond des urnes soit désormais (et il n’y a pas qu’au PS ni même seulement en France !) pratiquement toujours contesté dès qu’il y a un doute, fut-il exagéré, sur quelques bulletins : signe de la fin d’une époque qui accordait une confiance presque aveugle à ce que déclaraient les gardiens du vote ou ses dépouilleurs ? Ou d’une remise en cause d’un système majoritaire dont on accuserait, lorsque le vote n’est pas celui désiré par les élites du moment, la vacuité ? Ainsi, une voix ne serait plus une voix, et chacune serait désormais pesée et non plus comptée ?

Cela peut sembler anecdotique. Et pourtant ! Il me semble que nous entrons dans une nouvelle ère de la politique, celle du « doute post-démocratique » : si les premières manifestations en sont encore bien ridicules, il n’est pas dit que les prochaines ne soient pas plus inquiétantes ou, pourquoi pas, prometteuses ?

 
Plus d'articles...