Nous avons 194 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2007

postheadericon La famille d'Orléans en politique au XIXe siècle.

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Voici un article que j’ai écrit il y a quelques semaines et que vient de publier « Royaliste » dans sa dernière livraison :

Présence et politique des Orléans au XIXe siècle.

La Monarchie est une affaire de familles, mais aussi parfois de querelles entre elles : le XIXe siècle en est la meilleure et la plus cruelle des illustrations, qui vit s’affronter deux branches, proches en cousinage, des Bourbons. Le dernier livre d’Hervé Robert, spécialiste de l’orléanisme, s’intéresse à celle des princes d’Orléans, et a le mérite de leur rendre justice en les replaçant dans le contexte d’un XIXe qui se cherche des institutions stables et pérennes et des conflits de mémoire comme de pouvoir.

Ce recueil d’articles, intitulé « Les princes d’Orléans, une Famille en Politique au XIXe siècle » et dédié à la mémoire de Mgr le Comte de Paris, est une véritable mine de renseignements et de mises en perspective ainsi que de réflexions utiles à qui veut comprendre la fidélité critique d’une famille à elle-même et sa stratégie du Pouvoir, mais aussi ses hésitations, ses drames et ses échecs malgré son indéniable volonté trouvant, à chaque génération, à s’incarner dans un de ses membres.

Si Louis-Philippe n’était pas à l’origine destiné à monter sur le trône, il n’en était que plus libre pour accomplir son devoir filial de reconnaissance à l’égard d’un père régicide et tenter de défendre sa mémoire, tâche guère facilitée par la complexité du duc d’Orléans de l’époque révolutionnaire et le « brouillage » de son image par une Opinion publique qui lui prêtait plus qu’il n’avait et n’était. Sa propre histoire personnelle, marquée par les morts successives du « Père » (le roi Louis XVI d’une part et son père charnel, le duc d’Orléans, d’autre part), est aussi celle de l’exil, des rencontres et des espérances : madame de Staël, qui partage son anglophilie née avant même son exil anglais des années de la République et de l’Empire, sera une « convertie à l’orléanisme », cette doctrine si personnelle de Louis-Philippe qu’il développe, au cœur même de la Restauration, à travers ses propres « Souvenirs de 1814 » : le prince « nous laisse entendre qu’en lieu et place de son cousin Louis, il eût (…) choisi de conjuguer souveraineté royale et souveraineté nationale pour fonder un « Nouveau Régime monarchique ». La monarchie de Juillet réalisa cette conjugaison. Mais imparfaitement parce qu’elle reposait sur un dualisme de pouvoirs inégalitaire », explique Hervé Robert.

Contrairement à ce qui est souvent affirmé, ou cru, Louis-Philippe n’a pas comploté pour monter sur le trône mais il est vite apparu comme le meilleur moyen de sauver ce qui pouvait l’être de la Monarchie et, en somme, l’assimiler totalement à la « nation de 1789 », la relier au « moment révolutionnaire » comme pourrait le démontrer l’intervention de Lafayette pour faire approuver le nouveau pouvoir incarné par Louis-Philippe : Hervé Robert titre, avec justesse, le chapitre sur la révolution de juillet 1830 : « hasard et nécessité »…

Lorsque Chateaubriand, légitimiste et irréductible adversaire de la monarchie orléaniste, écrit que « ceux qui ont forgé l’épée de la nouvelle royauté ont introduit dans sa lame une paille qui tôt ou tard la fera éclater », il semble lui dénier toute possibilité de s’enraciner durablement. Pourtant, la chance de la monarchie nouvelle existe et s’incarne dans Ferdinand-Philippe, duc d’Orléans et fils aîné de Louis-Philippe, sans doute plus populaire que son père et porteur des espérances du régime et symbole de sa pérennité possible. Sa mort tragique, le 13 juillet 1842, « n’est pas simplement un malheur familial. Elle représente aussi un drame national. Comme l’écrit Alfred de Musset : « une heure a détourné tout un siècle ». » Formule terrible et terriblement vraie que les événements confirmeront : malgré la « noire lune de miel » de Louis-Philippe avec le pays au moment des funérailles, le « roi bourgeois » partira pour un nouveau et définitif exil en 1848…

Mais la Monarchie ne meurt pas forcément dans son éloignement du Pouvoir et elle continue à s’incarner, en marge et en concurrence de la République, à travers les princes qui se succèdent à la tête de la Maison de France. Le comte de Paris des premières années de la IIIe République ne s’est pas contenté, comme le montre Hervé Robert, de « prétendre » ; il a aussi cherché à « penser la Monarchie » à travers ses instructions et son « Pacte national » qui tracent les lignes de force d’un royalisme cherchant à formuler et à fonder la Monarchie sur des principes démocratiques et nationaux : d’où cette formule qui fera florès parmi ses partisans et héritiers : « la monarchie traditionnelle par son principe, moderne par ses institutions »…

Ce livre, nécessaire pour comprendre le rôle des princes d’Orléans au XIXe siècle et pour réévaluer correctement leur place dans l’histoire politique française, , prouve également que la monarchie dite orléaniste ne mérite pas, sans doute, tous les procès qu’on lui fait par méconnaissance ou par jalousie. Si les Orléans ont échoué à enraciner leur dynastie au sommet de l’Etat, ils n’en ont pas moins imprégné le monarchisme du siècle et incarné une véritable tentative de modernisation des institutions françaises, peut-être trop marquée par une histoire familiale inquiète et « incomplète », par des occasions douloureusement manquées. Et le duc de Chartres, frère du comte de Paris, a résumé (dans une lettre de 1886) ce qui peut apparaître comme le programme des princes et des monarchistes des siècles suivants : « Il faut commencer à penser aux choses pratiques et habituer le pays à l’idée de la possibilité de ce que j’appelle une monarchie raisonnable, c’est-à-dire une monarchie qui ne soit ni pure légitimiste ni cléricale ni parlementaire ni autoritaire. Une monarchie de l’avenir. Un gouvernement de la société de l’avenir et non du passé ». Un héritage d’avenir…

 

postheadericon Le retour de la Russie (1) : Poutine.

La Russie est de retour, pourrait-on dire au regard des dernières années, celles du règne de Vladimir Poutine : après le brutal « dégel » du communisme qui avait entraîné, faute d’un Etat capable de s’imposer aux forces centrifuges, la quasi-disparition de l’Etat lui-même (le rêve de Marx, la société sans Etat…) et la prise du pouvoir par les puissances de l’Argent, les fameux oligarques qui se sont enrichis en pillant les ressources du pays et de ses habitants ; après la perte de 5 millions de kilomètres carrés de territoire depuis 1991 ; après l’effondrement de son armée dans un état de déshérence et, même, de pauvreté dramatiques ; après la disette des années 90 et la chute démographique (solde naturel annuel négatif d’environ 700.000 personnes…) ; après la perte de toute influence sur la scène internationale et, en particulier, sur les pays de l’Europe centrale et orientale ; après… mais dois-je vraiment poursuivre cette longue liste de la « chute d’une nation » ?

Après les années Eltsine qui, pourtant, avait eu le mérite d’achever l’agonie du communisme, Vladimir Poutine, inconnu la veille (ou presque), est élu président de la République en 2000 et, rapidement, va incarner une « nouvelle Russie » qui n’est, en définitive, que « l’éternelle Russie », celle que de Gaulle discernait même sous le carcan stalinien ou sous le masque kroutchevien.

Aujourd’hui, la Russie est revenue sur le devant de la scène et son chef de l’Etat, autoritaire sans risquer la dictature (il n’en a pas besoin et est trop fin politique pour se lancer dans l’aventure), jouit d’une popularité qui n’est pas feinte. Cela n’empêche pas le mécontentement d’une partie des « élites », en particulier celles qui ont profité des « années Eltsine » pour bâtir des fortunes honteuses et clinquantes, et que Poutine n’a pas hésité à frapper, à arrêter, à exiler : les « Fouquet » ont trouvé leur maître, leur « Louis XIV »… Il est d’ailleurs révélateur que certains milliardaires ainsi bannis (ou, prudents, « réfugiés » en Occident) parlent de « coup d’Etat » comme le seul moyen de se débarrasser de Poutine, et non pas d’élections libres, signe qu’ils sont bien obligés de reconnaître la légitimité électorale de l’actuel locataire du Kremlin.

En Occident, on entend plus cette opposition dans les médias que la voix de cette Russie qui se veut à nouveau maîtresse de son destin : est-ce pour se faire pardonner le silence ou, pire, le soutien de certains intellectuels germanopratins aux anciens maîtres des années du communisme, lorsque la formule de « dictature du prolétariat » recouvrait surtout la réalité d’une « dictature sur le prolétariat » ? De Gaulle avait l’intelligence de ne pas confondre, d’ailleurs, le « moment communiste » et la « Russie » (il n’a d’ailleurs jamais parlé de « l’Union soviétique »), et il ne confondait pas les genres : en cela, il était « capétien ».

Aujourd’hui, en tout cas, c’est le déchaînement contre Poutine quand les mêmes sont fort discrets avec les maîtres de la Chine qui, pourtant, ne me semblent guère soucieux de « libéraliser » politiquement leur régime au moment où tous les pays du monde s’apprêtent, sans regrets ni scrupules d’aucun genre, à envoyer les athlètes aux Jeux Olympiques de Pékin à l’été prochain… Il est aussi fort significatif que les Etats-Unis, qui s’inquiètent de la résurgence d’une Russie qu’ils pensaient bien voir abattue depuis 1991, « s’inquiètent » de la situation de la démocratie à Moscou. En fait, ils se méfient surtout de cette diplomatie poutinienne active qui « raniment » un front géopolitique qui court du pôle Nord à la Méditerranée et au Pacifique et heurte leur propre stratégie dans ces régions qu’ils convoitent aussi, et pas seulement pour le contrôle des ressources énergétiques…

 

 

(à suivre)

 

postheadericon Société de consumation et politique.

Cette semaine était celle des devoirs sur table de mes classes de seconde, cette fois en géographie : les études d’ensemble documentaire portaient sur la marée noire du Prestige, celle de 2002 (sujet commun aux deux classes), mais aussi l’insécurité alimentaire dans le monde (pour l’une des secondes) et la sous-alimentation en Afrique (pour l’autre). Ces thèmes étaient, sont et risquent de rester pour longtemps encore, d’actualité, malheureusement : deux marées noires ont souillé le mois de novembre (sur les côtes américaines et en Mer noire) et « les Restos du cœur » viennent de rouvrir les portes ces dernières semaines tandis que plus de 820 millions de personnes souffrent quotidiennement de la faim dans le « Sud » (35 millions dans les pays du « Nord »)… Tristes réalités à l’heure où nos grands magasins regorgent des derniers produits « high-tech » ludiques et où les écrans de télévision débordent des publicités clinquantes pour l’inutile et le gadget…

En fait, je ne reproche pas à mes contemporains de vouloir s’amuser, mais je reproche à notre société d’être devenue, selon le mot de Philippe Murray, « distractionnaire », et de négliger ses devoirs à l’égard des plus faibles mais aussi des générations futures. Je lui reproche de n’avoir que la consommation comme fin alors que la qualité de la vie ne se mesure pas à la simple accumulation d’objets, Dieu merci. De plus, cette société de consommation qui s’étend avec tous ses excès à la Chine littorale et à l’Inde urbaine apparaît, de plus en plus, comme une société de « consumation » qui brûle plus d’énergie et de ressources végétales comme animales qu’il n’est raisonnable de le faire, au risque de faire peser sur les générations suivantes les conséquences redoutables de cette insouciance gaspilleuse, y compris la guerre, celle qui naît plus de l’envie encore que du simple manque.

Face à ces enjeux, que peut faire le Politique ? Il me semble qu’il lui revient de reconquérir le terrain qu’il a laissé prendre à l’Economique, en tout cas dans le domaine de la Décision. Si, en France, cela me paraît devoir passer par l’établissement d’une Monarchie à transmission héréditaire, symbole d’un Politique indépendant (mais non pas oublieux ou antagoniste) de la sphère économique, il est évident que cela ne suffira pas. Néanmoins, sans doute faut-il méditer cette phrase de Bernanos que Nicolas Hulot a repris à son compte dans ses déclarations récentes sur la valeur d’exemple et d’entraînement de la France sur la scène internationale : « Le monde a besoin de la France ». Dans l’Histoire, notre pays a pu donner l’exemple, pour le meilleur comme aussi pour le pire, d’un modèle de civilisation ou de révolution, et « conquérir les esprits et les coeurs » du monde entier, ou d’une grande partie de celui-ci : il n’est pas impossible que l’Histoire, d’une certaine manière, se « rejoue » demain. Encore faut-il que, d’abord, la France se donne les moyens étatiques de sa présence active au monde : on en revient toujours au point de départ : « Politique d’abord donc, en France, son corollaire : Monarchie d’abord ».

 

postheadericon Marées noires.

Je suis en train de préparer une série d’études de documents pour mes classes de Seconde et, du coup, comme pour la préparation des cours, je me plonge et replonge dans les manuels de géographie et dans mes « découpes » de journaux sur les thèmes évoqués ce trimestre : l’un des sujets porte sur les pollutions marines à partir de l’exemple du naufrage du pétrolier « Prestige » en 2002, mais j’aurai pu m’appuyer aussi sur la récente marée noire dans la mer du même nom… L’un des documents que j’ai sélectionné (sur une dizaine mais il ne doit, au final, n’en rester que cinq) est un extrait du rapport de l’Assemblée nationale française (10 juillet 2003) et, par la simple énumération qu’il présente, est révélateur et éminemment significatif :

« Pétrolier à simple coque, âgé de 26 ans, usé.

Propriétaire : société basée au Libéria (paradis fiscal).

Pavillon des Bahamas (pavillon de complaisance).

Armateur : Mare Shipping Inc., société grecque chargée de l’exploitation et de l’entretien.

Certificat d’aptitude à la navigation : délivré par une société privée américaine, A.B.S. (Bureau Américain de la Navigation).

Affréteur (locataire du navire) : Crown-Prestige , société immatriculée en Suisse à Zoug (paradis fiscal), filiale du groupe russe Alfa Group.

Equipage : roumain et philippin (probablement sous-payé) avec des officiers grecs.

Marchandise : pétrole russe chargé en Lettonie à destination de Singapour. »

 

Voici un bon exemple de cette mondialisation-globalisation qui, dans la recherche de la rentabilité maximale, ne prend guère de précautions ni avec les hommes ni pour l’environnement… Le renchérissement des prix pétroliers et, donc, des navigations va-t-il forcer les multinationales, toujours et logiquement mues par la recherche du profit le plus important qu’il soit possible d’atteindre (le poids des actionnaires…), à relocaliser une part de leurs activités et à restreindre les déplacements autour de la planète ? Rien n’est moins sûr, en particulier avec l’opportunité offerte par la fonte de la banquise et l’ouverture, sur un temps de plus en plus long dans l’année, de nouvelles voies navigables près du pôle Nord, ce qui va raccourcir de nombreux trajets et risque, comme je l’ai déjà évoqué dans une précédente note, d’entraîner une « hong-kongisation » des territoires polaires

Que faire ? Certains pensent qu’une « gouvernance mondiale » pourrait résoudre le problème en imposant à tous des règles valables pour tous. Non seulement c’est un leurre mais en plus un vrai danger, celui pour nos Etats de perdre toute souveraineté au profit d’un « Machin » (selon la célèbre formule gaullienne) forcément technocratique et pas forcément soucieux de l’environnement mais plus de la « liberté des échanges », de celle qui, si elle n’est pas « mesurée », peut ouvrir la porte à toutes les dérives du libéralisme : oublie-t-on quelle est la logique des organisations de « gouvernance mondiale » telles que le FMI ou l’OMC ?

La solution me semble plus reposer sur l’organisation de Conférences internationales où chaque Etat fait part de ses propositions et de ses réalisations, et qui permettraient une coordination et une coopération des politiques nationales, indépendamment des volontés des multinationales qui doivent être écartées, non de la consultation mais de la décision en ce domaine. D’autre part, pour ce qui est de la France, elle doit, à l’instar de ce que font aujourd’hui les Etats-Unis qui ont tiré les leçons de la catastrophe de l’Exxon Valdez, mieux contrôler les navires qui croisent dans ses eaux et ne pas hésiter à « frapper fort » les contrevenants aux règles de sécurité et de précaution. Et ne pas hésiter à rappeler, y compris à la Commission européenne et à l’Organisation Mondiale du Commerce, que la nécessaire « liberté des échanges » ne doit pas être la seule aune des politiques d’Etat.

 

postheadericon Antisémitisme en Algérie.

Quelques jours avant la visite d’Etat de Nicolas Sarkozy en Algérie, un ministre du gouvernement algérien a tenu des propos fortement teintés d’antisémitisme dans le principal quotidien d’Alger : « Vous connaissez les origines du président français et ceux qui l’ont amené au pouvoir. Saviez-vous que les autorités israéliennes avaient mis en circulation un timbre à l’effigie de Sarkozy en pleine campagne électorale ? (…) Pourquoi Bernard Kouchner, une personnalité de gauche, a-t-il sauté le pas ? (…) C’était le résultat d’un mouvement qui reflète l’avis des véritables architectes de l’arrivée de Sarkozy au pouvoir, le lobby juif qui a le monopole de l’industrie en France ». Plus grave encore, le chanteur Enrico Macias, qui devait accompagner le président Sarkozy a été obligé de renoncer à ce voyage devant l’opposition et les vitupérations de ce même personnage, ministre des anciens combattants algériens, Mohammed-Cherrif Abbas, qui dénonce la proximité de cœur du chanteur avec Israël… Le premier ministre algérien lui-même qui flatte, pour des raisons politiciennes, les islamistes, avait considéré (en 2000) que la venue de Macias, pourtant invité alors par le président Bouteflika, représenterait une « provocation ».

Evidemment, cette affaire illustre l’ambiguïté de l’Algérie contemporaine qui n’arrive pas à tourner la page des années 60 et qui se cherche des boucs émissaires pour expliquer la crise que ce pays, pourtant riche de son pétrole et de vastes terres agricoles, traverse depuis l’époque de l’indépendance : « la faute aux colonisateurs » et aux juifs, en somme, ce qui évite de faire sa propre autocritique là où elle pourrait être nécessaire…

Alors, que faire ? Bouder l’Algérie, la condamner, s’en écarter ? Cela ne résoudrait rien et ne ferait que renforcer un état d’esprit entretenu dans la société algérienne ; de plus, cela serait laisser un peu plus la place aux puissances qui ont pris le relais de la France dans cette partie du monde, les Etats-Unis en particulier et la Chine qui multiplie les initiatives vers un pays qui peut, par son pétrole, participer à son développement accéléré. Et puis, la France a tellement de liens (même s’ils peuvent parfois être tissés de souffrance…) avec l’Algérie qu’il serait vain et dangereux de les trancher à nouveau.

Cela étant, il n’y a pas d’amitié solide sans vérité et il est nécessaire pour la France de rappeler le droit pour ses citoyens, quelles que soient leurs origines ou leurs convictions religieuses, de pouvoir être respectés par les autres Etats : cela n’empêche pas le débat, voire la polémique, mais cela ne doit pas permettre à l’Algérie d’interdire son territoire à nos concitoyens qui n’ont pas l’heur de plaire à certains extrémistes pour des raisons fort douteuses. De plus, Macias, originaire d’Algérie et qui reste un chanteur très populaire dans la population algérienne, me semblerait un bon symbole, au-delà de ce qu’il pense et des débats qu’il peut susciter par ailleurs, de la réconciliation véritable et complète de nos deux nations sans a priori ni rancune : le reste appartient à l’Histoire, mais il est des pages qu’il faut savoir tourner au risque, sinon, de connaître de nouveaux embrasements, et pas seulement sur le territoire algérien.

 
Plus d'articles...