Nous avons 227 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2010

postheadericon Espérances, malgré les menaces.

 

La nouvelle année qui s’ouvre est toujours l’occasion de présenter ses vœux et ses espérances, pour ses amis et soi-même, et, d’une année à l’autre, il me semble qu’elles varient assez peu : la paix fait, par exemple, partie de ce que l’on espère en cette soirée de la Saint-Sylvestre lorsque les bouchons de champagne (ou de cidre…) sautent au plafond avec ce petit bruit d’explosion sympathique ! La paix… C’est une espérance fragile qui mérite d’être préservée, et je ne cesse, d’année en année, d’en clamer l’importance, au moment même où la guerre redevient une obsession, une angoisse et, parfois, une réalité que nos concitoyens contemporains cherchent à ignorer pour se rassurer à bon compte.


La paix… Ce bien si précieux n’est-il pas aujourd’hui menacé par le « lâche soulagement » de nos démocraties qui s’imaginent qu’il suffit de l’évoquer pour la faire vivre et perdurer ? Bertrand Renouvin, dans un récent numéro de « Royaliste », trouve, à la suite du journaliste Jean-Dominique Merchet (dont il faut absolument lire le dernier ouvrage, court et précis : « Défense européenne, la grande illusion »), les mots justes pour définir la situation des pays européens face à l’histoire qui n’est jamais finie et continue d’agiter le monde (tant que l’homme sera l’homme…) : « Aujourd’hui les oligarques européens  rejettent l’Europe puissance. Jean-Dominique Merchet montre que leur véritable rêve, c’est une grande Helvétie, pacifiste et prospère comme la Suisse. (…) Bien des dirigeants et des penseurs allemands voudraient sortir de l’histoire et la plupart des oligarques européens voudraient faire de l’Europe un grand marché intégré dans l’ensemble atlantique.

« C’est une illusion dangereuse. Jean-Dominique Merchet rappelle que l’histoire continue, comme toujours tragique. La guerre est une menace, à laquelle l’Union européenne ne peut ni ne veut faire face. C’est pourquoi elle s’en remet à l’Otan (aux Américains) pour sa sécurité : protection illusoire en cas de crise majeure car à l’âge nucléaire une nation, aussi puissante soit-elle, ne met pas en jeu son existence pour défendre des alliés. Conclusion : renforçons l’Armée française, modernisons notre armement nucléaire pour garantir, dans tous les cas, notre liberté. »



Notre liberté… C’est là l’autre grande espérance que nos vœux de nouvelle année mettent en avant, dans cette société où la Consommation se veut de plus en plus la seule finalité et l’Argent la seule valeur ! Liberté d’exister, de penser et de parler, de faire, de prier éventuellement. Liberté plurielle, non pas illimitée et envahissante mais vivante et active, profondément humaine…


L’espérance c’est le désespoir surmonté, disait Bernanos, ce royaliste fidèle qui connaissait le prix (parfois élevé et douloureux) de la paix et de la liberté… Il savait que ces biens précieux, plus précieux que toutes les mines d’or du Pérou, doivent être gardés, non pas surveillés mais protégés (ce qui n’a pas le même sens), et qu’ils ne doivent pas être abandonnés « aux autres » quand il ne tient qu’à nous de les faire vivre, quotidiennement, habituellement, forcément !


Espérance, donc, pour cette nouvelle année qui s’ouvre sous le regard, au-delà du temps, du roi Henri IV qui est le « patron » de l’année 2010 en France… Un exemple à méditer, non pour le simple plaisir de la commémoration mais pour les nécessités de l’action politique et géopolitique dans ce monde de menaces multiformes qu’il serait vain et illusoire de négliger…


Espérance, forte espérance, celle qui n’empêche ni la colère ni la joie…