Nous avons 201 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Devant le cénotaphe de Louis de Frotté : du souvenir à l'action.

Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

Samedi matin, j'étais à Verneuil-sur-Avre pour honorer la mémoire de Louis de Frotté, chef de la chouannerie normande fusillé il y a exactement 212 ans, le 18 février 1800 : ce chouan indomptable, arrêté en pleine négociation de paix entre les « Royaux » et la République et d'une manière fort inélégante, n'avait que 33 ans quand, avec ses six compagnons de combat et d'infortune, il fut fauché par les balles du peloton, après avoir juste le temps de crier « Vive le Roi ! » en guise de dernier souffle. L'un des fusillés, juste blessé, se releva en lançant, bravache, aux soldats éberlués : « Encore une balle... et vive le Roi ! » avant de retomber, mort cette fois, à la troisième salve.

 

C'est au pied du cénotaphe de M. de Frotté et de ses compagnons que j'ai déposé un bouquet de lys. L'église de la Madeleine qui l’accueille était glaciale et sombre, mais les petites flammes des cierges attestaient qu'elle reste un refuge et un lieu d'espérance, et je suis resté quelques minutes à méditer ainsi sur le sort du chouan et de son souvenir, aujourd'hui presque disparu, oublié de tous les habitants que j'ai croisé et avec lesquels je me suis entretenu dans la journée... Pourtant, ce souvenir si léger qu'un souffle de vent l'emporterait, semble-t-il, est-il encore trop compromettant pour certains ? Que dois-je penser de ces chaises placées ostensiblement devant le cénotaphe au point d'en empêcher tout hommage ? La dernière fois que j'étais venu « saluer » M. de Frotté, il y a trois semaines, elles n'étaient pas collées au monument comme ce samedi matin... Est-ce le simple lys déposé cette fois-là qui a réveillé des craintes chez certains paroissiens, soucieux d'oublier que, pour le meilleur comme pour le pire, l'Eglise et la Royauté furent jadis compagnes en l'histoire de France ? Est-ce pour cette raison que, parmi les cartes postales proposées dans l'église et sur la place, aucune ne reproduit ce beau cénotaphe ? J'avoue ne rien en savoir et j'éviterai donc d'accuser quiconque de négligence ou d'ingratitude... J'ai juste « fait de la place » et dégagé la base du cénotaphe pour y installer dignement mon bouquet de lys.

 

 

Louis de Frotté, représenté dans l'église de la Madeleine de Verneuil-sur-Avre.

 

Le souvenir est fragile, et il lui faut des porteurs pour traverser le temps et l'indifférence... Mais le royalisme aurait tort de ne plus être que nostalgie d'un temps révolu et de grandes figures éteintes ! La nostalgie n'est, malgré ses odeurs à la fois aigres et douces d'automne, que la descente au tombeau des espérances...

 

Le meilleur moyen de rendre hommage à M. de Frotté et à ses compagnons c'est de poursuivre, avec les moyens du jour et sans pâle copie de l'hier, leur combat politique pour la Monarchie capétienne : aussi, durant une quarantaine de minutes, en arpentant le marché de Verneuil-sur-Avre, c'est par le tract et la discussion que j'évoquais les analyses et propositions des royalistes contemporains, tout simplement. Et je rajoutais malicieusement « je ne suis pas candidat », ce qui me valut quelques bruyantes et démonstratives approbations... Il est vrai que la campagne présidentielle actuelle agace parfois plus qu'elle ne suscite le débat, ou, plus exactement, aucun des grands candidats ne semble en mesure de soulever l'enthousiasme ou de redresser le pays : fatalisme et exaspération forment un couple qui, s'il se comprend et semble parfois légitime, peut s'avérer mortel pour la politique elle-même ! Il serait dommage que les tournois électoraux, par leur médiocrité actuelle, détournent les citoyens de la réflexion et de l'activité politiques.

 

En ce samedi 18 février, je n'ai pas oublié Louis de Frotté, figure du Panthéon royaliste, ce Panthéon qui ne doit pas être autre chose qu'un rappel des devoirs politiques de chaque royaliste, et non un simple monument commémoratif.

 

Oui, le royalisme est d'abord politique, et il serait bon qu'il soit de plus en plus visible, non comme un arbre mort dans la forêt de l'Histoire, mais comme le buisson ardent des espérances nécessaires de demain !

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

xxxhub pornhub