Nous avons 145 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon De Mao à Maurras ? (partie 1)

 

En 1975, quelque part dans Paris, un événement politique plutôt insolite eut lieu qui devait marquer les esprits de quelques uns de ses participants : une réunion publique favorable à l’indépendance nationale du pays fédéra gaullistes de gauche, royalistes néomaurrassiens de la Nouvelle Action Française et… maoïstes ! Cette rencontre n’eut pas de lendemain, mais elle avait aussi donné lieu à des retrouvailles entre des militants de la NAF et certains ex-monarchistes passés chez les « Chinois » comme on appelait parfois les « maos » : ainsi, l’animateur de la feuille « Lys rouge » des années 70-71, Christian M., qui, de la monarchie populaire et de la révolution royaliste avait abouti à la révolution prolétarienne et au culte du président Mao, côtoyait-il à nouveau, un peu confus, ses anciens camarades fleurdelysés…


Aujourd’hui, à part Alain Badiou, les maoïstes ont disparu, au moins politiquement, mais leurs parcours personnels continuent de passionner chercheurs et curieux de la chose politique. Ainsi est-ce le thème d’un petit livre fort intéressant écrit par Jean Birnbaum et intitulé « les Maoccidents » : il est d’autant plus intéressant qu’il évoque à maintes reprises les royalistes et surtout la figure majeure de l’Action Française, Charles Maurras ! Gérard Leclerc y a d’ailleurs déjà consacré deux articles dans « Royaliste », le bimensuel de la Nouvelle Action Royaliste, héritière critique de la Nouvelle Action Française. Et il faut bien constater que le véritable titre aurait pu être « Vers Israël et Maurras, le chemin de paradis des maoïstes français »…



Le parcours de Benny Lévy, dirigeant charismatique de la Gauche Prolétarienne (« le » mouvement maoïste des intellectuels des années 70), est bien connu : devenu secrétaire de Sartre, il va bientôt devenir un des plus grands penseurs contemporains (sinon le plus grand) du judaïsme. La redécouverte de l’héritage juif, de sa richesse, de sa profondeur, marque une rupture avec ce maoïsme propalestinien des débuts qui s’est figé d’horreur avec la tragédie des Jeux olympiques de Munich, en 1972, qui entraîne la mort de plusieurs athlètes israéliens. Elle marque un retour à la Tradition et aux racines d’un peuple, de nature à la fois religieuses et historiques : n’est-ce pas là, toutes proportions gardées, un parcours que Maurras a, lui aussi, entrepris, comme nombre de ses disciples, au point de faire écrire à André Malraux : « Aller de l’anarchie à l’ « Action française » n’est pas se contredire, mais se construire. » ?


(à suivre)

 


Mis à jour (Mercredi, 22 Juillet 2015 22:32)