Nous avons 102 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Copenhague ne suffira pas...

Négociations et marchandages vont bon train à Copenhague, mais ce Sommet sur le climat va-t-il vraiment changer la donne et permettre de véritables avancées sur la question environnementale ? Rien n’est moins sûr. Certes, ce Sommet n’aura pas été totalement vain car sa médiatisation, forte surtout en Europe, aura sans doute aidé à une certaine prise de conscience des dangers d’une consommation effrénée et « illimitée » des produits de la terre, sous toutes leurs formes. Mais, dans la pratique, les habitudes consuméristes et « consumatrices », terme qui conviendrait bien à la situation de nos sociétés énergivores, sont loin d’avoir cédé la place à la sobriété raisonnable que semble commander aujourd’hui l’état des ressources de la planète. Sobriété qui n’est pas privation mais meilleure utilisation de ce qui est : est-il en effet normal que 40 % de l’alimentation disponible aux Etats-Unis soit purement et simplement jetée ou détruite, et cela au moment même où plus d’un milliard de personnes souffrent de sous-alimentation dans le monde ? (1)

 

D’autre part, ce Sommet aura révélé quelques hypocrisies et quelques manœuvres qui montrent que certains, dans une logique à court terme, ne cherchent qu’à déplacer sans le résoudre le problème des pollutions climatiques : ainsi, lorsque les pays de l’Union européenne s’engagent à diminuer de 30 % leurs émissions de gaz à effet de serre, ils oublient d’y inclure les entreprises européennes implantées (délocalisées le plus souvent, pour vendre à bas coûts leurs produits en Europe…) dans les pays du Sud tout en priant la Chine et l’Inde (entre autres) de diminuer, non plus leurs rejets de produits polluants dans l’atmosphère (les pays du Sud s’y refusent pour des raisons liées à leur propre développement), mais leur « intensité carbone », c’est-à-dire de diminuer le taux de carbone rejeté par unité produite. Or, cela n’est évidemment pas suffisant pour garantir l’avenir mais les pays de l’UE, comme les Etats-Unis d’ailleurs, veulent ainsi continuer à pouvoir consommer sans payer plus maintenant, en laissant donc aux générations suivantes le soin d’affronter les difficultés environnementales et climatiques… On touche là à la logique de la Société de consommation, à cette spirale infernale du « Consommer pour produire » qui oublie de prendre en compte les limites de la nature et qui risque de mener, un jour, à l’effondrement dramatique des sociétés humaines ou à leur confrontation brutale, avant même des catastrophes climatiques dont on ne sait pas grand-chose malgré les projections apocalyptiques de certains qui jouent à se faire peur sans chercher à faire jouer, d’abord, leur intelligence et leur raison.

 

Il n’est pas inutile de revenir à ces propos écrits au siècle dernier par Charles Maurras et qui méritent d’être, aujourd’hui comme demain, entendus : « Non, la nature, non, le jeu spontané des forces naturelles ne suffisent pas à établir l’équilibre économique.

Mais prenons garde ; ces lois, auxquelles il serait fou de vouer une confiance aveugle et mystique, il serait encore plus fol de les négliger.

Cultivons, tourmentons, forçons même l’ample et bizarre sein de la vieille nature, ajoutons à ses forces nos forces et notre sagesse, notre prévoyance et notre intérêt, doublons-les partout de nous-mêmes. Mais sachons que nous ne commanderons aux choses qu’à la condition de leur obéir. Moissonner en hiver, vendanger au printemps, voilà l’impossible. Avant de moissonner et de vendanger, connaissons le temps naturel des vendanges et des moissons. Et, si nous voulons influer en l’améliorant sur l’ordre économique, connaissons-le. Par-dessus tout, appliquons-nous bien à n’en méconnaître aucun fait essentiel. Nous payerions comme toujours ces oublis et ces ignorances ou plutôt notre peuple payerait notre grande erreur. »

 

Ce que Maurras évoquait pour l’économie est aussi valable pour l’environnement et doit nous rappeler qu’ « on ne commande à la nature qu’en lui obéissant », règle simple que les Etats devraient inscrire en tête de toute déclaration finale de ce Sommet de Copenhague s’ils en étaient véritablement conscients… Et, malheureusement, si le pire n’est jamais certain, il semble bien que nous soyons encore loin du meilleur…

 

 

 

Notes : (1) : chiffre tiré de l’enquête scientifique publiée dans la revue états-unienne « PLOS One » de novembre 2009.