Nous avons 208 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 10 août 1792 et conséquences...

Le 10 août 1792, la monarchie capétienne française, vieille de 800 ans, s’effondrait devant le coup d’Etat républicain : la Révolution prenait un nouveau cours et rompait avec le régime monarchique qui l’avait, bon gré mal gré, accompagnée jusque là, par la personne du roi Louis XVI, le seul, au regard des événements de ce 10 août, à croire encore en la Loi et la Constitution… Les républicains, eux, n’en avaient que faire et ils allaient, dès leur insurrection réussie et le massacre des défenseurs des Tuileries accompli, permettre l’établissement d’une véritable dictature qui, au nom de la République (proclamée le 21 septembre suivant), « terroriserait » les oppositions par tous les moyens, y compris les plus atroces…

 

Cette Première République ne laissera pas vraiment de bons souvenirs aux contemporains : massacres de septembre (y compris à Versailles, dans ce qui est aujourd’hui un bar de nuit réputé, « les caves du roi » : 13 personnes trucidées sur ordre de Fournier l’Américain, de sinistre mémoire) ; guerres extérieures et réquisition des jeunes Français, souvent peu désireux de livrer bataille loin de chez eux ; guerres civiles et exterminations de masse, en Vendée ou à Lyon, dans les années 1793-94 ; Terreur « à l’ordre du jour » sous le contrôle de Robespierre et de Saint-Just ; règne, à partir de Thermidor, de la Bourgeoisie affairiste et de l’Argent-Seigneur ; coups d’Etat à répétition, de 1794 à 1799, le dernier étant celui du général Bonaparte qui établira alors un Etat dictatorial avant que d’être impérial ; etc.

 

Bien sûr, il y aura Valmy, qui marquera les esprits et l’Histoire comme la première grande victoire militaire de la Révolution, la veille même de la proclamation de la République : mais, à part cela, le tableau de cette période n’est guère réjouissant et montre plutôt jusqu’où le fanatisme idéologique peut mener. Certains y verront même la préfiguration des totalitarismes du XXe siècle, sans vraiment exagérer… La lecture du livre de Jean Artarit intitulé sobrement Robespierre confirme cette impression désastreuse donnée par les débuts de la République, et il me faudra y revenir dans une prochaine note car cet ouvrage édité par le CNRS est fondamental pour comprendre la personnalité de celui qui est souvent considéré comme « la figure maîtresse de la Terreur », voire son incarnation.

 

Pouvait-il en être autrement ? Une République née dans le sang (« impur » selon une formule dont on commence à mesurer les périls et les conséquences), née aussi dans l’illégalité et, beaucoup plus grave encore, dans l’illégitimité, n’avait d’autre choix que de trancher les fils (en attendant les têtes…) qui reliaient la Monarchie à l’histoire de France et de « faire table rase du passé », formule majeure de tous les totalitarismes que n’ont pas manqué de remarquer Orwell et Mac Gohan dans leurs œuvres respectives sur ce thème.

 

Certes, la Cinquième République n’est heureusement pas la Première : mais la tache originelle n’est pas complètement effacée, comme peuvent le constater les historiens contemporains bien en peine d’excuser les crimes de la République née du coup d’Etat de 1792… « Les faits sont têtus », dit-on, et l’Histoire cruelle pour les idéologues…

 
e liquids . hangseneliquids . messerschärfer Test
xxxhub pornhub