Nous avons 219 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon La frugalité plutôt que l'austérité !

Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

La Grèce ne fait plus la une de l'actualité mais la tragédie continue, comme le signalent quelques journaux dans leurs pages intérieures : ainsi, « La Tribune » y consacre quelques lignes encore le mercredi 28 décembre sous le titre explicite « La tragédie grecque, symbole de l'impuissance de l'Union [européenne] » et un sous-titre non moins explicite : « En 2011, le pays est toujours en crise, et toujours plus exsangue. La possibilité d'une sortie de l'euro est envisagée. », ce dernier morceau de phrase s'appliquant plus, semble-t-il, aux craintes de l'automne qu'à la perspective de cet hiver... En tout cas, et malgré le remplacement d'un George Papandréou par un ancien banquier de Goldman Sachs, Lucas Papademos, rien n'est réglé à Athènes ! Et les Grecs commencent à se rappeler que ce nouveau premier ministre était gouverneur de la Banque centrale grecque au moment de l'entrée de la Grèce dans la zone euro, et qu'il n'a « rien vu » (sic !). Comme ils se rappellent aussi qu'il était banquier chez Goldman Sachs et, qu'à ce titre, il a sans doute participé à la sous-estimation du « risque grec » pour des raisons qui ne sont pas forcément honorables !

 

 

Athéna a encore du souci à se faire pour ses enfants...

 

Ce qui est sûr, aussi, c’est que l'austérité à perpétuité, en Grèce ou ailleurs, ne peut être une politique crédible à long comme même à moyen terme : dans une société de consommation qui s'appuie sur le « désir suscité » et entretenu par la publicité et le crédit, les populations ne peuvent se contenter de lécher les vitrines... Bien sûr, la sobriété serait la meilleure solution et les idées pour une « société de frugalité » progressent, mais de façon encore trop lente pour pouvoir être rapidement effectives, ce que l'on peut regretter. De plus, que la frugalité soit juste la conséquence de la crise financière fragilise cette nécessaire sobriété à appliquer au quotidien pour être efficace car elle la réduit trop à une solution provisoire, en attendant « la fin de la crise »...

 

L'enjeu des prochaines années va être, justement, de distinguer entre austérité et frugalité, et de prôner la seconde pour éviter la première : alors que les Grecs se retrouvent dans la situation d'austérité intenable, car brutale et imposée au moment même où de grandes inégalités sociales se creusent et deviennent (ou, plutôt, le sont depuis fort longtemps) des injustices sociales profondément scandaleuses, il n'est pas encore trop tard pour la France et les Français de préparer l'entrée dans une société de frugalité, non pas de privations ou de pauvreté contrainte, mais de sobriété et de « meilleur usage du temps et des choses ». Cette mutation ne doit d'ailleurs pas s'interdire de s'en prendre aux injustices qui, par elles-mêmes, minent le « pacte social » au risque de fragiliser la cohésion de la société et la nécessaire solidarité nationale.

 

La frugalité plutôt que l'austérité, voici une formule qu'il faudra évidemment illustrer de propositions et d'exemples concrets pour être crédible : elle nécessite aussi une émancipation intellectuelle et spirituelle de l'actuelle Société de consommation, de ses gaspillages comme de ses propres principes, en particulier ceux du « Consommer pour produire » et de « l'avoir pour être »... La (re)lecture de Georges Bernanos ou de Jacques Ellul peut nous ouvrir quelques voies dans cette direction !