Nous avons 574 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Intégration communautaire ?

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Au début des années 1990, sous l'impulsion de Nicolas Portier, véritable théoricien du royalisme contemporain, de nombreuses pistes de réflexion avaient été ébauchées en de multiples domaines, en particulier sur la nation et les défis contemporains qu'elle avait à affronter. Le problème des "banlieues" se posait déjà, avec des crises à répétition, et Portier se faisait fort critique envers le mode d'intégration que la République mettait alors en avant, mode d'intégration individualiste et qui, déjà, montrait ses limites.

Aussi est-il fort intéressant de retrouver sous la plume de Daniel Cohen, dans l'édition du mardi 11 janvier du quotidien "Le Monde", des propos que Portier évoquait il y a 15 ans: "Les jeunes des cités sont privés des solidarités intrafamiliales qui rendent le "modèle français" supportable aux autres jeunes. La question "culturelle" apparaît ici, mais sous une forme inverse de celle ordinairement posée. Contrairement à l'image d'Epinal d'un communautarisme fort qui serait en soi un facteur d'exclusion, l'existence sociale des jeunes dans les banlieues  est fragile du fait d'un lien communautaire faible.

"L'exemple américain, même s'il est inacceptable en France, montre que l'intégration des minorités est bel et bien fonction de la force des solidarités intracommunautaires. (...)

"La crise des banlieues ne se comprend pas si on l'interprète comme l'expression d'un communautarisme fort ; ce serait plutôt le contraire. Ce constat ne veut certes pas dire qu'on doit le regretter. Il signifie que la République française doit prendre conscience du fait que son système fonctionne sur des solidarités privées dont sont dépourvus les plus démunis. Faute d'y suppléer elle-même, elle ne devra pas s'étonner que le communautarisme se présente comme une solution au problème qu'elle n'aura pas su résoudre".

Effectivement, pour éviter les dérives communautaristes et la "ghettoïsation" de nombreux jeunes, déracinés socialement car culturellement, il apparaît nécessaire de penser, au-delà du seul mode d'intégration individuelle, de nouvelles approches "communautaires" (sans être "communautaristes") de l'intégration, non plus seulement à une société de consommation, forcèment insatisfaisante sur le plan culturel comme spirituel, mais à l'histoire et au devenir de la nation française. Cela nécessite aussi une conscience claire de ce qu'est la nation, dans son être historique et politique.