Nous avons 136 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon 2013, date fatidique pour l'agriculture.

La dernière réunion de l'OMC, qui s'est tenue la semaine dernière à Hongkong, a longuement évoqué le problème agricole. Durant cette phase de négociations, Luc Guyau, responsable de la FNSEA, et José Bové, "altermondialiste" bien connu, ont déclaré que l'agriculture ne devait pas entrer dans le cadre de ce "marchandage", de par la nature propre de l'activité agricole, d'abord nourricière et donc, "partout nécessaire": ils n'ont pas été entendus et l'OMC a, en somme, répondu favorablement aux multinationales de l'agroalimentaire toujours soucieuses de "plus de libre-échange".

Mais, puisque les agriculteurs français sont désormais prévenus (s'ils ne l'étaient déjà...) que 2013 est la date fatidique où, en définitive, leurs subventions et leurs protections seront tenues de s'effacer devant les exigences du "libre-échange total", il faut se préparer à cette échéance, tout en rappelant certains principes de base.

Tout d'abord, la France doit rester un pays agricole et ne pas être seulement une "terre à touristes" (ou à retraités) comme le souhaiteraient certains technocrates européens ou "OMCiens" qui pensent que chaque territoire doit être "spécialisé" de façon uniforme et non diversifiée, dans le cadre du "Village global". L'une des principales richesses de notre pays c'est la variété des paysages, des climats et des productions agricoles, et cela peut faire de notre agriculture un véritable "pétrole vert": il serait dommage de s'en passer ou de l'abandonner aux plans fumeux de quelques experts en "mondialisation globalisante"...



D'autre part, il faut refaire de l'agriculture française "l'activité nourricière des plus proches" en relocalisant certaines productions et en rappelant ses devoirs à une Grande Distribution qui joue la carte de la mondialisation sans souci de la survie de ce secteur primaire en France, préférant acheter à très bas prix à l'étranger pour revendre à des prix certes bas, mais dont le coût social, lui, est élevé: est-il ainsi normal qu'en l'espace d'une année le revenu des paysans français ait diminué de 10 % tandis que les marges bénéficiaires des Grandes Surfaces, elles, ne cessent d'augmenter sans que, d'ailleurs, les employés de celles-ci voient leurs propres revenus augmenter d'autant ?



Cette relocalisation nécessaire doit aussi se marquer par une sortie progressive de l'agriculture française du modèle productiviste dont les ravages sociaux et environnementaux sont de plus en plus insupportables. Renouer avec une agriculture plus "humaine" sans renier les progrès agronomiques faits ces dernières décennies, rapprocher les productions des marchés de consommation, revitaliser les campagnes françaises en leur redonnant un avenir et des débouchés "proches", etc. : tout cela est plus que nécessaire, c'est vital.

Encore faudrait-il un Etat qui ne soit pas la proie des Grandes Féodalités économiques, et qui soit en mesure de comprendre que l'avenir du pays passe aussi par un aménagement intelligent et mesuré du territoire. Un Etat qui pense au-delà des échéances électorales, présidentielles et autres. Un Etat qui pense en termes d'équilibre social, de justice sociale et de préservation de l'environnement, et non pas en simples termes statistiques ou boursiers. Un Etat qui pense, tout simplement, à l'avenir des hommes et des femmes qui constituent cette vieille nation millénaire toujours utile au monde. Un Etat qui s'inscrive, non dans l'éphémère du temps électoral, mais dans la longue durée de la succession des générations. En somme, un Etat dynastique, une Monarchie royale, héréditaire et successible... Il y a, il est difficile de le nier, urgence...

Mis à jour (Mardi, 13 Mars 2012 19:18)