Nous avons 195 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Quelques souvenirs d'une jeunesse royaliste rennaise...

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Les déménagements sont toujours des épreuves et des redécouvertes, et j'en fais à nouveau l'expérience teintée d'amertume et de nostalgie : la maison familiale, celle qui a entendu nos cris d'enfants et abrité notre jeunesse, avec ce jardin dans lequel nous avons tant joué, bercés par les aboiements joyeux d'Indienne, l'épagneule fidèle, n'est plus qu'une demeure en sursis que nous vidons de cinquante ans de souvenirs et de plus d'un siècle de mémoires accumulées, et ce depuis les années de la pharmacie du Progrès de mon grand-père Lechaptois, après la Première guerre mondiale. C'est aussi l'occasion de récupérer et de sauver (mais qui cela intéressera-t-il après moi ? Peut-être quelque jeune chouan pas encore né...) des morceaux de ma propre histoire politique, depuis la deuxième moitié des années 1970 : certes, je n'ai pas retrouvé le premier « journal » politique que j'avais rédigé sur la mort du général Franco, ce dictateur espagnol qui avait eu la bonne (et la seule bonne ?) idée de restaurer la Monarchie avant de mourir en ce mois de novembre 1975 ; mais les correspondances politiques, en un temps où le courrier ne se faisait pas à l'ordinateur, sont là, rangées dans un carton, tandis que les coupures de presse, les collections des revues royalistes (parfois un peu désordonnées et incomplètes) ou les petites marges blanches découpées du quotidien Ouest-France sur lesquelles j'inscrivais des slogans royalistes avant de les glisser dans des livres ou des journaux de la Documentation du lycée Chateaubriand, débordent de sacs plastiques dont certains sont siglés de « La Restauration Nationale » (nom officiel du mouvement royaliste maurrassien d'A.F. depuis 1955). Dans un autre grenier, non loin de là, s'entassent des collections d'Aspects de la France des années 1950 à 1980, mais aussi de La Revue Universelle des années 1920-1940 et des exemplaires de La Nation Française, l'hebdomadaire de Pierre Boutang et de Michel Vivier, et d'autres publications monarchistes, sans oublier les affichettes royalistes locales, parfois simples photocopies de slogans et de dessins fleurdelysés, souvent signées du Cercle Jacques Bainville de Rennes-2 : en somme, une véritable caverne d'Ali Baba royaliste !


Tout cela me ramène à mes premières années militantes, à la fin de la décennie 70, lorsque les ordinateurs n'existaient que pour quelques entreprises ou administrations et n'avaient pas encore envahi notre quotidien, et que les téléphones mobiles n'étaient qu'un phantasme d'auteurs de science-fiction. La politique se faisait autour de soi, dans son milieu scolaire ou professionnel, dans la rue et au cœur des familles, par le tract, la brochure et la parole, et les cafés avoisinant les lycées et les facultés retentissaient constamment des débats enflammés qui suivaient les cours d'histoire ou de français, qui étaient alors très marqués par les discours dominants de l'après-Mai 68. Au lycée Jean-Macé, les panneaux d'affichage des étages étaient couverts d'affiches des différents groupes qui s’entre-déchiraient furieusement, de l'extrême-gauche trotskiste à l'extrême-droite du Front de la Jeunesse et de l'Eurodroite, de l'UNCAL communiste au Cercle Charles Maurras local, ce dernier tenant quelques réunions (autorisées par l'administration du lycée) dans une salle du rez-de-chaussée destinée aux activités d'études ou syndicales, ou de club de la presse, je crois... Mais c'est au lycée Chateaubriand que j'ai vraiment commencé à militer politiquement, et c'était encore la grande époque du militantisme, même si cet établissement, moins central que Jean-Macé, apparaissait aussi moins politisé. Si ma mère m'avait offert pour mes quinze ans les « Œuvres capitales » de Maurras, gros volume à la couverture d'un bel orange vif, c'est à « Chatô » que j'ai vraiment découvert le royalisme par le biais de l'hebdomadaire Aspects de la France, mais aussi du mensuel L'Action Française étudiante, alors vendu en kiosque au carrefour de la rue de Fougères (aujourd'hui Jean Guéhenno et rue du Général Guillaudot), du boulevard Sévigné et de la rue de La Borderie.



Le temps a passé, et la politique est beaucoup moins prégnante dans notre société, sa place étant désormais parfois occupée par la religion, et surtout par une logique économique de la société de consommation qui ne pousse pas vraiment à réfléchir ni à s'engager dans la Cité : d'ailleurs, que d'anciennes ministres comme Mmes Vallaud-Belkacem et Kosciusko-Morizet annoncent renoncer à la politique, ne serait-ce que pour un temps, après Mme Fleur Pellerin, la plus catastrophique ministre de la Culture de M. Hollande, et cela pour rejoindre de grandes entreprises en profitant de confortables émoluments, est tristement révélateur de l'état d'esprit des élites républicaines contemporaines, état d'esprit qui, au-delà des personnes, condamne sans doute la République elle-même, en tant qu'idéologie et institutions sans pour autant porter atteinte au noble sens du mot, la Res Publica, que l'on peut traduire par « la Chose publique » et qui reste aussi la raison d'être de la Monarchie royale en France.


Le temps a passé, mais la nostalgie qui parfois m'envahit de sa douce amertume, ne doit pas et, d'ailleurs, ne peut pas fonder une politique pour notre temps : on ne construit rien sur le « C'était mieux avant », mais il s'agit bien plutôt d'appliquer une forme d'empirisme que l'on pourrait qualifier (au-delà du qualificatif habituel d'organisateur que Maurras a popularisé) d'ordonnateur, en tirant des expériences passées ce qui peut permettre le meilleur (ou le moins pire...) pour les générations présentes et à venir. En ce sens, et au regard de l'histoire, la Monarchie royale reste, qu'on le veuille ou non, la formule institutionnelle la plus souple et, sans doute, la plus socialement juste dans sa volonté de préserver l’État des pressions des puissances féodales, politiques comme économiques et financières, comme nous le rappellent les exemples fameux de Jacques Cœur et de Nicolas Fouquet qui en ont fait les frais... Une Monarchie qui ne soit pas figée sur ses représentations de 1830 ou de 1848, mais se projette en 2018 et dans les années d'après, sans oublier ce qu'elle a été et sans négliger ce qui a été depuis qu'elle n'est plus, et en préparant ce qu'elle sera et devra être pour durer.



En quittant une dernière fois ce grenier de la Motte Brûlon qui fut ma chambre durant de longues et heureuses années, et en franchissant le portail d'une propriété qui a cessé d'être nôtre, j'ai vieilli, d'un seul coup. Nous ne sommes pas encore en Monarchie, et ma jeunesse est définitivement morte, le 12 février de cette année 2018, mais il reste l'avenir, toujours à fonder comme la Monarchie est, elle, à refonder : c'est encore assez pour poursuivre les combats de ma jeunesse, en cette vieillesse qui s'annonce...