Nous avons 1164 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Une candidature royaliste à la présidentielle, est-ce possible ? Partie 1 : la candidature Renouvin, en 1974 et 1981.

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Il y a deux semaines le quotidien La Croix consacrait un dossier aux « petits candidats », ceux qui ne disposent pas du soutien d'un parti de gouvernement ni de celui de puissances financières, et évoquait leurs difficultés à récolter les fameux parrainages qui doivent leur ouvrir le champ de l'élection elle-même. L'occasion pour mon compte de réfléchir quelque peu à l'histoire des candidatures royalistes à l'élection présidentielle sous la Cinquième République, et d'en tirer quelques leçons pour demain plus encore qu'aujourd'hui.


En plus d'un demi-siècle de la République fondée par de Gaulle, il n'y a eu, à ce jour et sans préjuger des prochaines échéances d'après 2017, qu'un seul candidat effectif qui appartenait au mouvement (au sens large du terme) royaliste : Bertrand Renouvin, en 1974, soutenu par la Nouvelle Action Française (NAF) qui, sans faire un score mirobolant (environ 42.000 voix, soit 0,17 % des suffrages exprimés), permit de faire entendre une réflexion monarchiste sur la question et la crise de l’État sous la Cinquième devenue celle des partis, et de prendre place dans le paysage politique français pour quelques décennies. Encore aujourd'hui, c'est vers lui, le plus souvent, que l'on se tourne quand on veut connaître le point de vue des royalistes politiques, y compris dans un récent documentaire télévisé sur Emmanuel Macron.




Bien sûr, M. Renouvin n'a pas l'ambition de représenter tous les royalistes, et cela serait, au regard de la dispersion de ceux-ci, une gageure bien impossible (et sans doute peu souhaitable pour lui et peu souhaitée par les autres) à relever : il y a, entre l'actuelle Nouvelle Action Royaliste (issue de l'ancienne « NAF » de 1974) et l'Action Française ou l'Alliance Royale, peu de choses en commun si ce n'est l'étiquette de « royaliste » revendiquée par les uns et les autres groupes ou mouvements. Les royalistes sont aussi divers (version optimiste) ou divisés (version pessimiste) que peuvent l'être les partisans de la République ! Si tous vantent l'unité que peut procurer la Monarchie, ils n'en sont pas eux-mêmes adeptes pour leurs formations militantes et, d'ailleurs, rien d'illogique à cela. Dans un sens, c'est même plutôt une bonne chose et cela permet d'atteindre des publics variés, parfois très éloignés les uns des autres. Après tout, le royalisme vise à l'unité par la Monarchie, mais pas à la confusion des différences et des idées...


Il est possible d'être royaliste et de droite, comme il est possible d'être royaliste et de gauche, de préférer un parti-pris écologiste ou de favoriser l'urgence économique, de pratiquer la décroissance ou de prôner la mondialisation... Cela n'enlève rien à ce qui fait le cœur de « l'identité » (terme sans doute imparfait, auquel l'on peut préférer la formule d'« unité profonde ») royaliste elle-même : la préférence institutionnelle pour une Monarchie royale en France, « à la française » même.


La campagne de Bertrand Renouvin en 1974 a permis une certaine visibilité du royalisme dans notre pays, même si elle fut temporaire et modeste, mais elle l'a aussi sorti d'un certain carcan idéologique et imagier lié à l'histoire de l'Action Française, histoire brouillée par les polémiques nombreuses de ses engagements d'avant 1940 et de celles, plus dramatiques encore, de son attitude officielle vis-à-vis de Vichy, pourtant résultat (et survivance par certains aspects de son personnel politicien ?) de la calamiteuse Troisième République. Si le symbole du candidat Renouvin n'était pas la fleur de lys, elle s'affichait au moins sur les publications de ses soutiens, de la NAF évidemment à l'Union Royaliste Provençale... A tel point que, jeune adolescent en 1974, je croyais maladroitement, au vu de ses affiches rennaises, que le candidat se voulait « le roi » quand il n'en était qu'un fidèle serviteur et militant ! Ce n'est que quelques années plus tard que je compris mon erreur et le sens de cette campagne qui m'avait, alors, interpellé et, d'une certaine manière, interloqué...



En 1981, Bertrand Renouvin n'obtint pas les 500 signatures d'élus désormais obligatoires depuis que Giscard d'Estaing avait fait voter cette nouvelle disposition en 1976, soi-disant pour éviter les « candidatures farfelues ». Pourtant, et la collection du journal « Royaliste » en est la preuve, la campagne présidentielle royaliste débutée dès 1980 était sérieuse et tout à fait justifiée, et les interventions de M. Renouvin appropriées aux enjeux du moment, même si son choix de voter François Mitterrand au second tour fut difficile à comprendre pour nombre de royalistes, inquiets des alliances du candidat socialiste et de son programme...


Après cet échec, il n’y aura plus de candidat de la NAR, et il faudra attendre 2007 pour que M. Yves-Marie Adeline relève à nouveau (mais en vain) le défi de la présidentielle, sous les couleurs de l’Alliance Royale qui, cette année encore, présente un candidat, Robert de Prévoisin, sans que celui-ci puisse espérer recueillir les parrainages nécessaires à l’entrée en lice présidentielle, comme il le reconnaît lui-même dans un entretien à la presse…

 

 

 


(à suivre)