Nous avons 305 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Le scandale social de la délocalisation de l'usine Whirlpool d'Amiens.

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

Une fois de plus et malgré la proximité d'une élection présidentielle, sans doute aussi parce que la perspective de la victoire d'un Macron ou d'un Fillon n'effraye guère les investisseurs et les spéculateurs (qui ne sont pas forcément les mêmes, heureusement), une multinationale délocalise l'activité de son usine française vers un pays à bas coût salarial : cette fois, c'est la Pologne qui est choisie, non pour les qualités mêmes de ses ouvriers (qui, disons-le, ne sont évidemment pas en cause), mais parce que leurs salaires sont beaucoup plus « compétitifs », ce simple qualificatif montrant combien cette stratégie industrielle n'est rien d'autre que la mise en concurrence de tous contre tous, et non la volonté de faire travailler, là où ils sont, des femmes et des hommes. Ici, ce n'est pas le travail qui compte et qui est valorisé, et encore moins ceux qui travaillent, mais le simple enjeu financier, la spéculation même...


Cette fois, c'est Whirlpool, multinationale de l'électro-ménager dont le siège social trône aux Etats-Unis, qui délocalise et, dans la foulée, ferme sa dernière usine française basée à Amiens, ville déjà fortement frappée par la liquidation, il y a quelques années, de l'usine de production de pneumatiques Goodyear. Alors que l'ancien directeur s'est toujours opposé à la délocalisation de son usine, au prix d'une rude politique de réduction des coûts, son départ à la fin de l'année dernière a fait tomber le principal obstacle à la désindustrialisation du site amiénois. Désormais, la délocalisation totale de l'usine est annoncée pour l'an prochain et les 290 derniers salariés d'un site qui en comptait encore 1.300 au début des années 2000 seront condamnés au chômage ou à la « reconversion » souvent peu valorisante et, même, dépréciative...



Dans le même temps, les favoris de la prochaine présidentielle (du moins ceux du moment...) nous parlent de la mondialisation, de la « nécessaire adaptation » à celle-ci et semblent passer par « pertes et profits » les salariés, désormais véritables variables d'ajustement de l'économie, et traités comme telles.


La légèreté avec laquelle sont considérés et traités les travailleurs d'Amiens est choquante et me choque, profondément : elle est néanmoins révélatrice d'un système économique et de pensée qui se traduit aussi par une forme de « dépolitisation » de nos sociétés, c'est-à-dire une émancipation (que certains rêveraient totale) de la sphère de décision économique à l'égard de la politique et des décisions de l’État... C'est la logique de « 1791 », celle qui préside au décret d'Allarde et à la loi Le Chapelier : un libéralisme qui libère l'Argent en proclamant la « liberté du travail » qui, en définitive, n'est ni celle des travailleurs, ni celle du travail au sens noble du terme mais seulement la liberté pour ceux qui en ont les moyens de faire travailler, au profit de l'Argent et de ceux qui le possèdent sans se reconnaître aucun devoir à l'égard de ceux qui n'en ont pas ou de ceux qu'ils font travailler pour qu'ils leur en rapportent plus encore.


Le refus de la direction de Whirlpool d'écouter les inquiétudes et les recommandations du gouvernement français en dit long sur cet état d'esprit franklinien qui anime les entrepreneurs libéraux (sans avoir besoin d'être « néo » ou « ultra ») ainsi que sur leur désinvolture à l'égard des États : suffit-il de le regretter ? Non, et le dénoncer paraît bien utile pour rompre avec un certain fatalisme dont profitent les spéculateurs. Mais, proposer s'impose, si l'on veut être crédible et efficace.



C'est l'occasion de réfléchir à une nouvelle organisation des liens entre l'argent-moyen et le travail, au sein des entreprises et de notre société : en refusant l'étatisme, qui est l'esclavage pour l’État-Moloch et sa techno-bureaucratie, et en contestant le libéralisme qui prône une liberté indexée sur l'argent et oublie celle des plus faibles, l'on peut ouvrir la voie à une autre économie, moins « sauvage » et plus humaine, plus civilisée, dans laquelle la convivialité, les qualités et le travail bien-fait peuvent s'épanouir et permettre à chacun de trouver sa place dans le cadre d'une société équilibrée et juste.


C'est pour ouvrir à ces réflexions et combattre les mauvaises attitudes et habitudes des multinationales parfois oublieuses de leurs devoirs sociaux que les Royalistes sociaux du Groupe d'Action Royaliste, héritiers de La Tour du Pin et d'Albert de Mun, ont collé samedi des affiches dénonçant la délocalisation de Whirlpool et prônant la Monarchie sociale et corporative, nécessaire à l'établissement et à la garantie de la justice sociale et à l'exercice, par les travailleurs, de leurs libertés professionnelles effectives.



J'étais, je l'avoue avec une certaine fierté, de ces afficheurs monarchistes du samedi, parce que parler ou écrire des articles ne vaut vraiment que si, autant que faire se peut, l'on joint le geste à la parole, l’action à l’esprit...