Nous avons 315 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon La gifle...

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

La République est née de la violence, et elle s'en glorifie en la justifiant par le but à atteindre : la Révolution française, dès le 14 juillet 1789 et jusqu'au champ de défaite de Waterloo qui clôt le cycle des guerres révolutionnaires et napoléoniennes, est sanglante, même si elle n'est pas que cela. Ce souvenir du sang versé et, surtout, de sa funeste abondance, fut d'ailleurs longtemps un obstacle à l'établissement de la République ou, du moins, à son enracinement, car, de la Vendée au pays basque, les populations locales n'oubliaient pas que, pour elles, la République n'avait guère eu d'égards ni d'humanité. Aujourd'hui encore, les notables en appellent aux valeurs de la République sans en avoir vraiment fait l'inventaire, et il est frappant de constater combien il est difficile d'évoquer la Terreur et ses applications dans nombre de provinces françaises sans susciter la méfiance des autorités scolaires et universitaires... J'en ai, en d'autres temps et un jour d'inspection, fait l'amère et significative expérience !



Une fois la République établie, que cela soit en 1848 ou après 1870, toute marque d'hostilité à son égard et toute révolte, qu'elle soit sociale ou politique, furent considérées comme inacceptables : la République était la nouvelle Terre promise, et s'en défier était alors (et est encore ?) un véritable sacrilège laïque ! Les ouvriers massacrés en juin 1848, ou ceux de Draveil et les mineurs de Courrières, les manifestants du 6 février 1934, désormais accusés de tous les maux quand c'est bien la République qui avait nourri, en son sein, les corrupteurs et les corrompus, témoignent de cette violence du régime, au nom d'elle-même, pour, disaient les fusilleurs (je parle bien des donneurs d'ordre, de ces « sinistres bourgeois » que dénonçait Bernanos, de Thiers à Ramadier en passant par Frot et Daladier), « sauver la République », forcément « en danger »...


Cela n'alla pas forcément jusqu'à la fusillade des impétrants, mais la prison fut souvent une alternative à celle-ci, même pour des violences mineures (mais indéniables et parfois revendiquées) à l'égard des représentants (ministres ou parlementaires, voire présidents) du régime républicain : ainsi, lorsque l'ouvrier menuisier Lucien Lacour, camelot du roi impénitent, gifla le président du conseil nouvellement arrivé à Matignon en 1910 (Aristide Briand), cela lui valut 3 ans de prison ferme ! L'autre jour, c'est M. Valls, ancien premier ministre, qui, de passage en terre bretonne, a été giflé, assez mollement si l'on en croit les images, mais assez visiblement néanmoins pour que les médias ne retiennent que cela de son déplacement électoral. Aussitôt, de l'extrême-droite à l'extrême-gauche, ce fut un bel hourvari contre l'agresseur qui, circonstances aggravantes ?, est à peine majeur, soupçonné de régionalisme ou d'indépendantisme breton, et de sympathies soraliennes, mélange de confusion et de mal-être qui, parfois, caractérise la sortie de l'adolescence... (C'est le professeur qui, en ce moment, parle et écrit !)


Les réactions indignées du public de Droite dans les commentaires de la presse sur la toile, les appels à la défense des valeurs de la République (litanie agressive, en fait), les déclarations de solidarité répétées envers M. Valls, m'ont agacé : je n'ai pas souvenir d'une telle indignation lorsque ce même M. Valls a, là encore mollement mais toujours visiblement, « giflé » un militant du Mouvement des Jeunes Socialistes lors d'une Université d'été socialiste d'il y a quelques années ! C'était quasiment le même geste, et M. Valls s'en est-il excusé ? A ma connaissance, non ! Ainsi, « selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », comme le grince Jean de La Fontaine dans sa fable des « Animaux malades de la peste »...



Je ne hurlerai donc pas avec les loups contre ce jeune homme que peu d'avocats de plume et de clavier défendent et défendront. Qui sait, si moi-même, je n'ai pas été tenté, un jour, de souffleter quelque « Monsieur » de cette République si forte avec les petits et si servile devant les puissances d'argent, cette République négligeant de condamner Mme Lagarde quand, dans le même temps, elle embastille un jeune contestataire sans appui ni fortune ?


Ne voyez aucune apologie de la violence dans mes propos, mais je l'avoue : je n'aime pas l'hypocrisie, et celle que révèle un peu plus cette anecdote, en elle-même si révélatrice d'une ambiance de fin de règne (fin de régime ?), qui voit un ancien premier ministre faire preuve d'autoritarisme à défaut d'avoir fait, en son temps gouvernemental, montre d'autorité, me conforte dans ma défiance à l'égard d'une République si peu capable, désormais, d'unir et, quand il le faudrait, de pardonner... Que certains envisagent de confier la magistrature suprême de l’État à un homme qui ne connaît pas la valeur du pardon des offenses et, donc, de la grâce (pouvoir régalien du « monarque républicain » de la Cinquième), ne me rassure pas : elle m'effraie, tout simplement !