Nous avons 165 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Les royalistes face aux primaires républicaines.

Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

L'engouement pour les primaires de la Droite s'est marqué, ce dimanche, par une forte participation des électeurs qui disent se reconnaître dans les idées des sept concurrents du 20 novembre et qui vont désigner, en deux tours, le candidat qui, au printemps prochain, affrontera l'échéance présidentielle. Nombre de mes proches et de mes amis sont allés voter, et, parmi eux, de nombreux royalistes. Cela peut étonner ceux qui croient que le royalisme n'est qu'une sorte d'exil intérieur ou de défiance absolue à l'égard du suffrage universel ou des candidats républicains, et qui pensent que la Monarchie mettrait fin à toute velléité démocratique : l'occasion pour moi, en tout cas, de préciser quelques éléments sur ces sujets du royalisme et de la Monarchie même !


Premier point : le royalisme n'est pas une nostalgie hors du temps qui se contenterait de regarder les trains passer en regrettant l'époque des diligences (ou des carrosses, bien sûr), et les royalistes, chacun à leur manière, s'intéressent aux débats politiques et aux échéances électorales, même si, la plupart du temps, ils peuvent être frustrés de ne pas pouvoir voter pour un candidat fleurdelysé... Le dernier royaliste déclaré à avoir pu briguer les suffrages des Français à une élection présidentielle est Bertrand Renouvin, en 1974 : il en fut « récompensé » par 43.722 voix (soit 0,17 % des suffrages exprimés), une certaine visibilité médiatique et une reconnaissance politique indéniable, même si elle peut, désormais, paraître discrète. D'autres candidatures royalistes, à d'autres élections, ont suivi depuis cette année-là, avec des fortunes diverses et, avouons-le sans honte, plutôt des infortunes ces derniers temps : « mes » quelques centaines de voix aux dernières élections européennes n'avaient rien de très glorieux et ce score dérisoire n'était guère encourageant pour les militants et les sympathisants de la cause monarchique...


J'ai, ici même, défendu l'idée d'une campagne présidentielle royaliste : cela ne signifie pas qu'il faille à tout prix un candidat ouvertement monarchiste (même si une candidature sérieuse, bien préparée et bien relayée, serait évidemment bienvenue) mais qu'il me paraît nécessaire de faire connaître la proposition monarchique aux Français au moment même où ils s'intéressent le plus à la politique et aux débats programmatiques.



Deuxième point : être royaliste ne signifie pas l'indifférence totale aux candidatures républicaines ou le refus complet de toute participation aux jeux de la République et de ses partis, même s'il me semble légitime de s'en inquiéter parfois et de souhaiter un autre cadre institutionnel et d'autres formes de participation politique, moins politiciennes en somme. Ainsi, de nombreux monarchistes ont pris position dans le cadre des primaires de la Droite, et annoncent majoritairement, pour le second tour, une position anti-juppéiste, quelle que soit la forme de celle-ci, tandis que d'autres, non moins nombreux, renvoient les deux finalistes dos à dos. Ce qui ne signifie nullement que les royalistes qui ne participent pas aux festivités électorales de ces deux dimanches de novembre soient illégitimes, bien sûr !


Troisième point : que des royalistes s'engagent ouvertement auprès d'un candidat finaliste, en l'occurrence M. Fillon, n'est pas, à mes yeux, une « trahison » s'ils n'oublient pas que la République, par elle-même, ne peut être confondue avec la Monarchie « à la française », et qu'elle reste toujours décevante au regard du Bien commun et de la défense de la France, de ses territoires comme de ses qualités et potentialités.


Mais, là où ils sont, ces royalistes peuvent au moins avoir accès à quelques « éléments de Pouvoir » et y défendre quelques idées fortes ainsi que la notion exigeante du « devoir d'Etat » (et de sa raison). Pierre Boutang, ce fils spirituel de Maurras, n'a pas hésité, en son temps, à « écrire pour le Prince » en espérant que celui de l'Elysée l'entende... Les collections de La Nation Française (l'hebdomadaire monarchiste de Boutang et  de Philippe Ariès) en sont une brillante illustration, sans doute vaine au regard de l'échec de la restauration monarchique en 1964-65, mais qui mérite d'être méditée, y compris dans ses travers et ses insuffisances.


 

Quatrième point : la République ne sera jamais la Monarchie, même si elle peut se parer de quelques attributs monarchiques, car il lui manque ce souffle, cet « accompagnement du temps »  que permet la continuité dynastique, mais aussi cette place « au-dessus des autres et au service de tous », selon l'heureuse formule bernanosienne, qui lui permet un réel arbitrage et la meilleure position diplomatique. Le rappeler, encore et toujours, et en appeler, toujours et encore, à l'instauration monarchique, tel est le rôle et le devoir des royalistes contemporains, quelles que soient leurs amitiés électorales et républicaines du moment...


Quant à mon compte personnel, j'ai choisi, il y a bien longtemps, de rester « militant seulement royaliste », sans jeter la pierre à quiconque a fait un autre choix stratégique...


Mais je n'ai pas vocation à « mourir royaliste » : il m'intéresse plutôt de tout faire pour « vivre en Monarchie » ! Par tous les moyens, même légaux...