Nous avons 164 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Lettre ouverte aux royalistes qui veulent la Monarchie.

Note des utilisateurs: / 13
MauvaisTrès bien 

 

Cela fait presque quarante ans que je prône l'établissement d'une Monarchie royale en France, et plus d'un siècle et demi que celle-ci a disparu, institutionnellement parlant, du paysage français. Le royalisme, quant à lui, apparaît aujourd'hui divisé ou plutôt morcelé, presque invisible alors qu'il est l'héritier d'une longue et riche histoire faite de succès et d'échecs, d'espérances et de désillusions, d'expériences et de doctrines, de projets et de propositions, etc. Alors qu'il a été porté, dans le passé, par de grands noms et de fameux exemples, pas toujours heureux néanmoins, peu d'écrivains et encore moins de politiques s'en revendiquent désormais, laissant les monarchistes désœuvrés tandis que « l'absence des princes » en a fait des orphelins livrés à eux-mêmes et, parfois, à des phantasmes qui ont peu de choses à voir avec la politique de la Monarchie et son essence.


Durant plusieurs décennies, les monarchistes ont chanté « Notre force est d'avoir raison », en oubliant, peut-être, que leur faiblesse était de se contenter de cette certitude. Combien de galettes des rois achevées aux cris de « Vive le roi », d'éditoriaux conclus par un martial « Le roi à Paris » ou de slogans qui promettaient la Monarchie d'ici la fin de l'année, alors que, une fois ces choses dites, le royalisme politique semblait s'assoupir jusqu'à la prochaine commémoration ? En 1993, après la journée d'hommage au roi-martyr Louis XVI du 21 janvier, un journaliste nous avait donné rendez-vous, ironiquement, au siècle prochain, au tricentenaire de la guillotinade du roi : avait-il raison ? Y aura-t-il encore quelqu'un pour fleurir la Concorde à l'emplacement supposé de la guillotine meurtrière ?



Et pourtant ! La Monarchie n'est pas moins nécessaire à la France aujourd'hui qu'hier et que demain, et la situation de notre pays appellerait, logiquement, une nouvelle magistrature suprême enracinée dans l'histoire et la suite dynastique, un État perpétuellement renouvelé par le simple jeu des générations et solide d'une légitimité qui puise ses forces et ses raisons au-delà des simples joutes électorales présidentielles... Mais il n'en est rien : lorsque la réforme de l’État est évoquée, l'on parle de Sixième République, de République nouvelle, et de mille autres formules qui, toutes, oublient le nom de « roi » pourtant incarné en plusieurs pays voisins, de l'Espagne à la Norvège, ou du Maroc au Japon... Certaine épopée devenue culte ces dernières années évoque « le retour du roi » et personne ne semble vouloir y voir un appel pour notre propre temps national.


Doit-on se contenter de ce triste constat et retourner à nos chères études, nous enveloppant du châle rassurant de la nostalgie qui, si nous n'y prenons garde, pourrait devenir notre linceul ? Ma réponse est non, cent fois, mille fois non ! Le royalisme doit vivre et tout faire pour s'étendre et s'éteindre en Monarchie, puisqu'il n'aura plus de raison d'être le jour où la Monarchie sera...


Vivre, cela ne signifie pas se contenter de respirer : il s'agit de redonner visibilité et vivacité au royalisme, à ses idées et à son espérance ultime, et de le faire connaître et reconnaître, de le penser comme de le pratiquer, non comme un rite mais comme une nécessité à démontrer chaque jour, un exemple à donner, un espoir à assumer. Jeanne d'Arc, que nombre de royalistes aiment célébrer, aimait à proclamer : « les hommes batailleront, et Dieu donnera la victoire », formule du militantisme par excellence. Ne rien attendre d'une intervention divine, en fait, mais faire en sorte qu'elle devienne inéluctable, naturelle conséquence des actions entreprises et récompense des efforts fournis pour parvenir au terme de cette longue quête institutionnelle. Pour la victoire, il y faudra « les événements et le prince », et si les uns peuvent survenir, c'est le rôle des royalistes de préparer « le recours au prince », et à ce dernier de saisir, peut-être bien aidé par quelques fidèles et d'autres plus lointains, « la verte fortune ».



La Monarchie n'est pas impossible mais la première chose qui importe, c'est de la vouloir, et de la vouloir vraiment ! Cela ne suffit pas, mais c'est la base de toute action politique royaliste digne de ce nom et de son but.


Le rôle des royalistes contemporains n'est pas de se complaire dans la désespérance devant une République incapable de tenir le rang de la France dans la mondialisation et il ne faudrait pas non plus croire que les malheurs ou les erreurs de la République sont suffisants pour asseoir le crédit de la Monarchie : il est bien plutôt dans l'affirmation et la démonstration des avantages qu'un nouveau régime fondé sur l'enracinement et la suite dynastique pourrait apporter à la nation et à ses habitants. Construite, la critique monarchiste se doit d'aller au-delà de la déconstruction et délégitimation (historique, politique, sociale ou/et économique) du système actuel et de proposer et fonder une alternative crédible à celui-ci, par la Monarchie politique.


Les royalistes se doivent d'être « politiques d'abord » sans négliger pour autant les autres aspects de la vie sociale ou s'enfermer dans un ghetto de « parfaits » insensibles aux réalités du monde. Doivent-ils avancer masqués pour pénétrer les rouages de la République et la gripper ou la « royaliser » ? Doivent-ils, au contraire, avancer à découvert, toutes bannières au vent ? Toute stratégie est intéressante pourvu qu'elle prépare ou « fasse » la Monarchie : il y a, d'ailleurs, de multiples chapelles en la Maison du roi, et, si elles sont parfois fort différentes, voire antagonistes, elles ne doivent jamais oublier ce pour quoi elles combattent, en définitive.


Quoiqu'il en soit, les royalistes se doivent d'agir, et cela peut prendre de multiples formes, et sur de multiples terrains : l'important est de faire vivre le royalisme, non comme une fin, mais comme un moyen.



Aussi, j'en appelle à tous les royalistes de bonne volonté, ceux qui veulent la Monarchie, ceux qui préféreraient vivre en Monarchie que mourir royalistes : ne vous défaussez pas, agissez ! « Par tous les moyens, même légaux », clamaient les Camelots du Roi qui n'hésitaient même pas, malgré leur aversion pour le système parlementaire (ou, plutôt, parlementariste), à se présenter aux élections sous la bannière fleurdelysée : oui, tous les moyens humainement possibles et politiquement crédibles peuvent être employés, ici et maintenant, ailleurs et partout ! N'hésitez plus : non seulement derrière l'écran et sur les réseaux sociaux, sur les forums ou dans les commentaires d'articles des sites d'informations, mais dans la rue, au café, dans la salle des professeurs, par les boîtes aux lettres ou sous les vitrines, par le tract, l'autocollant ou l'affiche, mais aussi par la prise de parole, l'écriture, l'action municipale ou la revendication sociale, le combat environnemental ou l'enseignement historique, etc. Tout est possible, pourvu que l'on prépare bien ses arguments et ses dossiers et que l'on ose discuter, débattre, se disputer sans humilier...


Que l'on soit seul ou en groupe, affirmer le royalisme peut prendre toutes les formes possibles, et il ne faut pas attendre que les autres agissent à votre place : où que l'on soit, quel que soit notre caractère, pourvu que l'on ait un stylo, un clavier, un seau de colle ou simplement sa langue, il est possible de faire quelque chose pour la Monarchie.


Le royalisme n'est pas un dîner de gala et la Monarchie n'est pas une ascension facile : mais si, nous, royalistes, ne faisons pas notre devoir civique de Français politiques et actifs, que l'on ne s'étonne pas des malheurs de notre pays et que l'on ne vienne pas pleurnicher ! Le royalisme est réflexion, il est aussi action et combat : et, reprenant la question quotidienne de Georges Bernanos, cet héritier de Jeanne d'Arc, nous pouvons nous demander, le soir venu, « Aujourd'hui, qu'ai je fait pour le Roi ? ». Si nous voulons que chaque journée passée nous rapproche plus qu'elle ne nous éloigne de la Monarchie, encore faut-il le vouloir, et le faire savoir, et faire en sorte de saisir toute occasion d'avancer les pièces d'un roi qui ne doit pas être celui d'un simple jeu d'échecs...