Nous avons 141 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Quels grands projets souhaitables pour la France de demain ? Quelques exemples...

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Ainsi, lundi de cette semaine, la fameuse tour Triangle n'a pas reçu l'aval du Conseil de Paris, ce qui apparaît comme un véritable camouflet pour le maire de la capitale, madame Hidalgo, qui, mauvaise perdante, demande désormais l'annulation du vote pour vice de formes, elle qui avait décidé, pour éviter un désaveu municipal, que la décision serait prise à bulletins secrets, contre la règle habituelle qui est de voter à mains levées, publiquement. Au-delà de l'attitude assez peu glorieuse de l'édile, qui a une conception à géométrie variable de la démocratie, se posent la question des tours et de leur place dans le paysage urbain de Paris, mais aussi celle des grands projets immobiliers et d'équipement dans la capitale et, au-delà, dans les grandes villes de France.


Il est évident que, si le projet n'a pas enthousiasmé le Conseil de Paris (même si, d'un côté et de l'autre, les stratégies politiciennes ont aussi joué...), il y avait quelques bonnes raisons : construire un nouvel immeuble de bureaux dans un quartier déjà bien pourvu en la matière n'est pas très heureux et encore moins utile ! De plus, les remarques empiriques de madame Kosciusko-Morizet sur le sujet (Les échos, 17 novembre 2014) sont justes : « Une tour isolée ne crée pas d'activité, elle fait le vide autour d'elle. (…) Déclarer que la modernité passe nécessairement par les tours est justement très passéiste. Chaque ville doit créer sa propre modernité. Les arguments utilisés aujourd'hui en faveur de la tour Triangle sont ceux que l'on entendait il y a quarante ans sur la tour Montparnasse. Elle est aujourd'hui le monument le plus détesté des Parisiens. Ce n'est pas à l'aune d'une tour que se juge l'attractivité de Paris. » D'ailleurs, ce ne sont pas les tours de bureaux que viennent admirer les touristes à Paris ni celles-ci qui motivent l'installation de sièges sociaux, mais plutôt le patrimoine et sa richesse pour les uns, et les facilités fiscales (quand elles existent...) ou le prestige de l'adresse parisienne pour les autres.


Et si on construisait une grande gare internationale à Paris, entre art et technique ?


Autre élément de débat : quels grands projets urbains ou d'équipements pour aujourd'hui et demain, et comment les préparer et les rendre acceptables, autant pour les populations que pour l'environnement ? Mon opposition virulente et mille fois affirmée à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, pour des raisons autant écologiques qu'économiques, ma grande réserve à l'égard de nombre de projets que l'on peut considérer inutiles et dispendieux, parfois fruits gâtés de pressions diverses et variées des milieux immobiliers ou financiers, ne m'empêchent pas de défendre ou de promouvoir d'autres projets qui me semblent mieux adaptés aux réalités contemporaines et aux nécessités de préservation environnementale : la Grande Gare de Paris, par exemple, qui permettrait à la capitale de disposer d'une gare centrale véritablement internationale (ce qui existe déjà dans de nombreux pays européens), ou de nouvelles centrales marémotrices qui s'inspireraient de l'actuel barrage de la Rance, près de Dinard, en tenant compte de l'expérience et des leçons de celui-ci, pour éviter certaines erreurs hier dommageables et aujourd'hui souvent connues et réparées ; des projets de champs d'hydroliennes, de centrales mobiles houlomotrices ou de panneaux solaires flottants installés sur les réserves d'eau des barrages hydroélectriques ou sur la mer ; sans négliger des projets d'habitat évolutif de grands volumes et susceptibles d'accueillir des populations importantes mais aussi de grands programmes de réhabilitation de l'habitat rural et villageois (domaine largement oublié aujourd'hui par les pouvoirs publics) s'inscrivant dans une nouvelle politique d'aménagement des territoires et de redéploiement agricole qui privilégie les petites et moyennes structures mais sur une grande échelle, autant d'espaces que d'emplois ; etc.


De grands projets énergétiques, mais à taille humaine...


Ce ne sont pas les projets intéressants et motivants qui manquent, mais plutôt la volonté politique et l'audace publique : dans une République marquée par les routines et soumise aux pressions, qu'elles soient financières ou économiques, l'imagination déserte le Pouvoir, si ce n'est pour se garder lui-même... On peut le regretter, mais c'est ainsi, et changer le numéro de la République n'y changera rien, en définitive : ce n'est pas une « Sixième » qu'il faut instaurer, mais bien plutôt, une « Monarchie des initiatives et des projets », capable d'engager une réelle politique d'aménagement des territoires et d'équipements urbains comme ruraux, marins comme terrestres, et ceci sur le long terme, suivant le fil dynastique, et non plus selon le seul calendrier électoral ou au gré des ambitions politiciennes des uns ou des autres... « L'imagination au pouvoir », réclamaient les manifestants de Mai 68 : au-delà du slogan, c'est une nécessité et c'est bien l'une des justifications fortes de la Monarchie à venir !