Nous avons 1189 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Les potentialités énergétiques de la France sont-elles bien exploitées ?

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Dans Alternatives économiques de l'été 2014, Guillaume Duval, tout en rappelant que la paix en Europe, même si elle nous semblait historiquement acquise, n'était pas forcément « un acquis irréversible », insistait sur d'autres réalités incontournables que nos sociétés et les États d'Europe semblent dangereusement méconnaître, au risque d'en payer un prix très lourd demain : « Au regard des véritables enjeux du XXIe siècle, les historiens, et nos enfants, jugeront en effet probablement sévèrement les heures, les mois, les années perdus dans ces discussions byzantines autour des 3 % de déficit...

La grande affaire de l'Europe, c'est, ou plutôt cela devrait être, d'accélérer enfin la conversion écologique de son économie. (…) Ici et maintenant, parce que nous sommes la zone au monde la plus dépendante de ressources extérieures qui vont être de plus en plus rares et chères (…). Nous occupons en effet l'espace le plus anciennement industrialisé de la planète et nous sommes pour cette raison ceux qui ont déjà le plus épuisé les ressources minières et les énergies fossiles de leur sol. L'économie européenne ne se redressera jamais durablement si nous ne sommes pas capables de réduire drastiquement et rapidement cette dépendance.

Or, un des effets les plus marquants de l'obsession « austéritaire » qui s'est emparée des Européens, y compris lorsqu'ils sont de gauche comme les dirigeants français actuels, c'est de freiner cette conversion en limitant et en retardant les investissements nécessaires. » Et de souligner, en conclusion de cet article et à propos du projet de loi sur la transition énergétique présentée par Mme Royal que « dans le contexte actuel, il paraît peu probable que les moyens dégagés puissent être à la hauteur des ambitions affichées », ce qui est confirmé par le débat parlementaire de ces semaines dernières sur ce sujet et les réactions qu'il a suscitées parmi ceux qui s'inquiètent des enjeux écologiques de demain pour la France comme pour le reste du monde. Au moment même où le GIEC tire le signal d'alarme sur un réchauffement climatique qui semble s'accélérer, non pour des raisons naturelles mais du fait des activités humaines, industrielles comme individuelles, c'est regrettable...


Energies fossiles, brouillard certain...


En fait, ce n'est pas tant l'abandon de l'écotaxe, abandon plutôt bienvenu au regard des conditions de sa récolte laissée à une société privée... autoroutière (70 % des parts d'Ecomouv' sont détenues par la société italienne Autostrade, ce qui est plutôt surprenant au regard de la taxe elle-même !), qui est le plus ennuyeux dans cette affaire de réchauffement climatique et de transition écologique (même si c'est de cela dont on a beaucoup parlé ces jours derniers) : ce qui est le plus inquiétant, c'est le flou des moyens pour atteindre les objectifs annoncés et la faiblesse de ces derniers au regard des enjeux. La montagne semble bien avoir accouché d'une souris...


C'est d'autant plus dommage que la France a un territoire (aussi bien terrestre que maritime) vaste et des milieux fort divers qui lui permettent d'exploiter toutes les énergies renouvelables possibles et imaginables : le vent au large de nos côtes, la houle non loin de celles-ci et les courants sous-marins, les algues qui peuvent devenir du carburant ou produire de l'électricité, la biomasse, etc. De nombreuses études sont faites en ce domaine mais, comme l'a bien vu Guillaume Duval, ce qui manque souvent à ces recherches, c'est le soutien fort de l’État et des investissements massifs qui, pourtant, seraient nécessaires pour aborder les défis contemporains et ceux de demain dans les meilleures conditions pour notre pays et les générations qui vont s'y succéder. Or, la France n'a que trop tardé en ce domaine comme en tant d'autres, en s'en remettant à (ou se réfugiant derrière) une Union européenne qui n'est souvent que le paravent de la paresse intellectuelle et politique des gouvernements de la République, plus occupés à préparer les prochaines échéances électorales qu'à envisager et à imaginer « cet avenir français que tout esprit bien-né souhaite à sa patrie », selon la formule heureuse de Maurras. La France avait, avec sa politique nucléaire (que l'on peut critiquer, bien sûr, pour des raisons environnementales ou de simple prudence...), un « coup d'avance » dans les années 1970-1980 : elle a perdu cet avantage en se contentant d'un « tout-nucléaire » périlleux et, là encore, paresseux dans les décennies qui ont suivi, alors même qu'il fallait mobiliser au maximum la recherche dans les énergies renouvelables mais aussi dans l'efficacité énergétique (améliorer les rendements énergétiques pour en diminuer l'impact sur les ressources et en favoriser l'économie) et les économies elles-même, pour préparer « l'après-nucléaire » inéluctable au regard de l'épuisement des matières fissiles.



Est-il désormais trop tard ? Sans doute non, mais il y a urgence, et l'on peut douter que la République soit capable de rattraper le temps perdu, au regard de son absence de stratégie claire sur le plan énergétique et au-delà de quelques déclarations de principes hypocrites sur le passage de la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75 à 50 % d'ici 2025 (avant que l'on nous annonce 2030, dans le meilleur des cas...). Néanmoins, il est toujours possible, en attendant mieux, de penser et préparer la prochaine et nécessaire « révolution énergétique » qui, au-delà du politique, passera aussi par une révolution des esprits et des attitudes à l'égard des consommations énergétiques et, plus largement, de la société de consommation, « énergivorace » par essence, qu'il faudra bien remettre en cause si l'on veut que notre société et notre humanité survivent, tout simplement.