Nous avons 458 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon Bellicisme inconséquent...

Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 


Les discours et les intentions bellicistes du président de la République M. Hollande et cette impression désagréable dun isolement de la France en Europe conjuguée à celle dun suivisme regrettable à légard des Etats-Unis, sont révélateurs dun état de fait et des contradictions dune République « qui na pas de plan » concret et, surtout, pas de stratégie à long terme, confirmant ainsi lintuition pessimiste et réaliste tout à la fois dAnatole France. Quelle que soit lopinion que lon puisse avoir sur les velléités dintervention militaire en Syrie, il faut bien constater que la France apparaît prise à un piège que son président, se croyant plus malin que tout le monde, a lui-même contribué à construirePersuadé que sa position trouverait un bon accueil en Europe et soucieux de jouer les bons élèves des « droits de lhomme » près des opinions publiques tout en se présentant comme indispensable aux Etats-Unis, M. Hollande, illusionniste sillusionnant lui-même, a été rattrapé par les réalités géopolitiques qui ne coïncident pas vraiment avec ses désirs


Le désaveu terrible (dés le début du G20 du jeudi 5 septembre) de la position de M. Hollande par le président de lUnion européenne M. Van Rompuy montre que, malgré tous les discours européistes prononcés depuis la tentative de création de la Communauté Européenne de Défense (CED) dans les années 50, lUE nest pas une garantie fiable dune défense commune appropriée aux enjeux et aux risques géopolitiques et militaires actuels et à venir : le phantasme dune Union européenne qui existerait en tant que puissance capable de peser sur le monde sest largement dissipé et M. Hollande, qui espérait en cette chimère, en est pour ses frais


La France de M. Hollande isolée en Union européenne : la fin de l'illusion européiste des socialistes hexagonaux ?


Tout comme laffirmation de ce même M. Hollande quil ne ferait pas la guerre si les Etats-Unis renonçaient à sy jeter est un aveu du triste état de la puissance militaire française désormais condamnée à attendre le feu vert des autres et le soutien effectif de ceux-ci pour pouvoir entrer en action : est passée lindépendance française ? Quest devenue la capacité militaire de la France ? Est-elle désormais condamnée à ne plus jouer quun rôle de supplétif des Etats-Unis, au risque de rompre avec la tradition gaullienne (inspirée des capétiens) dune liberté dêtre et daction de la France dans le monde ? Par son attitude irréfléchie et précipitée, M. Hollande a porté gravement atteinte à la crédibilité de notre pays et de son armée : triste constat et terrible résultat !


Personnellement défavorable à une aventure militaire en Syrie qui ne ferait quappliquer un peu plus « la stratégie du chaos » souhaitée par les Etats-Unis qui y voient aussi un moyen de sattacher un continent européen proche de la ligne de front, je nen suis pas moins inquiet des signes désastreux donnés par les incohérences de lexécutif français et de laffaiblissement de nos capacités militaires qui semblent nous condamner, si lon y prend garde, à ne plus pouvoir agir librement, y compris sur notre propre territoire en des temps à venir qui ne sont peut-être pas si lointains que cela


Les mésaventures « hollandaises » doivent nous inciter à reprendre la formule célèbre, scandée en vain dans les années trente par la vigie Maurras, trop Cassandre pour être entendu à temps, une formule pourtant toujours, plus que jamais, dactualité : « Armons, armons, armons ! ». Or, cest celui-là même, l'actuel locataire de lÉlysée, qui veut faire la guerre et qui, dans le même temps, ôte en fait à notre Défense les moyens concrets dêtre efficace et pérenne, en réduisant un peu plus les budgets militaires et en freinant le renouvellement des matériels de nos arméesCela rappelle un autre temps et une même incohérence, celle des années 36-37 et du Front Populaire, qui se soldera, malgré le trop léger sursaut des années 38-39 et le début dun réarmement inachevé et maladroit car trop précipité et mal pensé, par le désastre du printemps 1940 : cette histoire-là na donc rien appris à nos socialistes ? Sommes-nous condamnés, une fois encore, aux mêmes errements et à leur triste cortège de malheurs qui sensuit ?


"Armons, armons, armons" : déjà, renforcer la marine pour protéger nos intérêts de 2nde Zone économique exclusive du monde... (photo du Prince Jean à Toulon)


Armons, armons, armonsOui, décidément, il faut sy résoudre, et vite ! Non pas pour que M. Hollande aille jouer au petit soldat avec le sang des autres dans le bourbier syrien mais pour permettre à la France davoir une parole crédible et de pouvoir montrer sa force sans avoir forcément à sen servir, la capacité de dissuasion et la crainte que lon peut susciter chez autrui, surtout chez nos adversaires du moment mais aussi parfois chez nos propres partenaires, étant souvent de bons arguments pour pousser à la négociation et au règlement politique de certains conflits