Nous avons 173 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière

postheadericon L'aéroport fâcheux...

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Ces jours derniers, les manifestations de protestation contre la construction de l’aéroport international de Nantes, à Notre-Dame-des-Landes, se sont multipliées, de Nantes à Saint-Malo, de Rennes à Paris, au grand dam du premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de la capitale administrative de la Loire-Atlantique et grand promoteur de ce projet aéroportuaire pourtant aujourd’hui obsolète avant même d’être construit… La presse nationale, jusqu’alors plutôt indifférente à ce sujet, se saisit du dossier et semble elle aussi avoir pris le parti des opposants qu’il serait faux et vain de limiter à quelques « anarchistes venus d’ailleurs » (sic !), comme l’ont fait quelques hiérarques mal inspirés du Conseil régional des Pays de la Loire (ceux-ci, rebaptisés « Pédélie » par ses contempteurs, constituant une entité administrative totalement artificielle comme le signale le géographe Armand Frémont dans un texte désormais classique publié en 1990). Ainsi, au-delà des Verts et des habituels militants de l’extrême-gauche en panne d’idéal, des personnalités régionalistes, centristes mais aussi des monarchistes traditionalistes, des paysans biologistes et des amoureux du bocage, des Nantais effrayés des coûts du projet ou des objecteurs de croissance hostiles au transport aérien, constituent une sorte de « front du refus » hétéroclite mais tout à fait caractéristique d’un « Pays réel » qui en a assez des oukases de quelques « experts » autoproclamés et des élites politiques locales qui forment, eux, un « Pays légal » qui sait se rendre détestable par sa propension à n’en faire qu’à sa tête et à ne raisonner qu’en termes de « modernité » quand il s’agirait de penser, aujourd’hui pour demain, en terme de pérennité environnementale et d’efficacité sociale à long terme !


Cet aéroport pose aussi la question d’une artificialisation insoutenable et ininterrompue des terres arables de notre pays, de la destruction des paysages imposée par des infrastructures de transports de plus en plus lourdes et envahissantes, et encore d’une « mobilité » de plus en plus coûteuse en énergie et trop polluante, en bruit comme en rejets de gaz à effet de serre… Le journaliste du quotidien « Le Monde » Olivier Razemon a raison de titrer son article : « Notre-Dame des Landes, un choix de société. » Choix entre une société de consommation et de gaspillage, énergivore et hypermobile, voire nomadiste, et une société qui accorde une valeur au temps qui n’est pas celle de l’argent, une société où l’humain passe avant la machine et où les paysages ne sont pas que des décors de cinéma mais des lieux de vie qu’il faut aménager et préserver tout à la fois ; choix entre une société qui « consomme et consume » ou bien une société à visage humain qui entretient et embellit, et qui accorde sobriété et prospérité sans forcément les opposer…



Aujourd’hui, sur les terres de Notre-Dame-des-Landes, la protestation prend de plus en plus la forme d’un véritable harcèlement envers un gouvernement incapable de penser la transition énergétique et le nécessaire aménagement du territoire qu’imposent les nouveaux enjeux environnementaux et sociaux : il n’est pas dit que, cette fois, la République de M. Ayrault ait le dernier mot. En tout cas, cette sorte de chouannerie anti-aéroport prouve à l’envi que, avec de la volonté et le refus de toute fatalité, il est possible de changer le cours des choses.


Ne nous méprenons pas : il ne s’agit pas de refuser la mobilité et la rapidité mais de retrouver le sens de la mesure qui, parfois, manque à ceux qui nous gouvernent… En ces temps de crise à la fois économique et environnementale, les grands projets d’infrastructures doivent entrer dans une véritable stratégie d’ensemble, sans doute au niveau national (même si ce n’est pas forcément la seule échelle possible), et non répondre aux seuls appétits de quelques grandes entreprises ou aux rêves de quelques notables locaux coupés des réalités concrètes : la grande gare centrale de Paris, par exemple, et la constitution d’une Marine digne des enjeux géopolitiques et environnementaux (mais aussi énergétiques et économiques) de l’avenir, combinés avec une politique des « mobilités de proximité » et de réfection des réseaux de communications déjà existants (en particulier dans la région parisienne, autour de Paris et entre les banlieues, mais aussi en Bretagne et dans l’Ouest de la France, entre autres), de valorisation des équipements ferroviaires, routiers, aériens ou fluviaux qui relient les petites villes aux grandes (et inversement), seraient bien plus utiles que la construction d’un « super-aéroport » que l’on annonce structurellement déficitaire sur le plan financier et qui ne ferait qu’accroître encore ce processus si dangereux d’une métropolisation outrée et oublieuse des territoires et ne profitant qu’à quelques grandes villes quand il s’agit de valoriser le pays tout entier, dans ses diversités comme dans son unité.



Décidément, oui, cet aéroport de Notre-Dame-des-Landes que certains nomment ironiquement « Ayrault-port » n’a pas de raison d’être : mais il est vrai que ce projet est bien à l’image du gouvernement dirigé par M. Ayrault, c’est-à-dire en retard d’une guerre ou, plus exactement, d’une  crise… Ce n’est pas forcément rassurant pour la suite !


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir