Nous avons 152 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière
Flux RSS

postheadericon Le Blog de Jean-Philippe Chauvin

postheadericon Face au crime, sauver la raison politique.

Comme à chaque fois qu’il y a une catastrophe ou un attentat, il y eut, dans la société comme dans mon for intérieur, un moment de sidération...

 

 

Les mêmes images qui tournent en boucle, les témoignages plus ou moins directs, les yeux qui se voilent...

 

 

C’est aussi l’impossibilité alors de parler, de réfléchir, de « penser l’événement »...

 

 

Cela dure quelques instants, quelques heures : l’émotion domine, elle envahit tout l’espace médiatique, tout le champ social. L’Etat s’en mêle, le Président est dans son rôle ; il parle, grave et souverain : il est, à ce moment-là, la voix que l’on veut entendre, qui rassure, qui apprivoise et surplombe l’instant. Il est l’Etat.

 

 

Au-delà du drame qui est épouvantable en lui-même et qui nous choque d’autant plus que ce sont des enfants qui en sont les victimes principales, « innocentes », rajoutons-nous souvent comme pour nous rassurer, en oubliant que, dans les guerres ou pour les terroristes, « il n’y a pas de victimes innocentes » selon le triste et révélateur mot de Carlos ; au-delà des tentatives pour cerner la psychologie du tueur, ses motivations et ses projets inquiétants ; au-delà des déclarations martiales et des suspensions de campagne qui sont, peut-être, un signal maladroit envoyé aux extrémistes de causes qui ne peuvent être les nôtres, peut-on désormais penser plus avant la séquence qui vient de s’ouvrir et qui se déroule en ce moment sans savoir exactement quand elle prendra fin ou s’effacera devant la prochaine ?

 

 

Il me semble que nous vivons de plus en plus dans une « démocratie émotionnelle » qui, en fait, a pour effet de désarmer le politique au sens fort du terme tandis qu’elle conforte les préjugés et installe une forme assez déplaisante de « politiquement correct » qui remplace toute réflexion et qui est surtout une « négation du politique » et de ses fondements : dans ce cas, l’émotion, par ailleurs tout à fait légitime, a tendance à recouvrir la raison, et non à la recouvrer...

 

 

De plus, en amplifiant le drame par la mobilisation médiatique et institutionnelle, n’a-t-on pas accordé une victoire au tueur ? Victoire pour son ego, s’il s’agit d’un « loup solitaire » animé de quelque délire paranoïaque, en constatant qu’il inquiète, à lui seul, tout le pays ; victoire médiatique pour sa cause, s’il s’avère qu’il en sert une, dont nous ne savons rien pour l’heure ; victoire pour la peur qui, souvent, n’est pas la meilleure conseillère des peuples et des nations...


 

Dans "Peur sur la ville", le film d'Henri Verneuil, un tueur froid et méthodique sème le trouble et la mort...


Je ne sais quel est le profil de ce tueur et j’éviterai de faire des « pronostics » sur le moment de sa chute ou de son prochain forfait, comme je l’entends trop souvent faire dans la rue et dans les médias avec cette espèce de gourmandise malsaine qui n’est guère plaisante et me semble insultante pour la mémoire de ceux qui ont été, déjà, ses victimes...

 

 

En tout cas, il n’est pas bon de laisser croire à cet assassin ou à ses possibles zélateurs ou imitateurs que ce sont ses actes barbares qui fixent le calendrier politique ou les thèmes de campagne qui peuvent, ou non, être discutés ! Là encore, l’émotion légitime ne doit pas être le gouvernail de l’action et des institutions politiques, au risque de ne plus être maître de son propre destin et de la direction de l’Etat.

 

 

La minute de silence de ce mardi matin était un hommage fort et plutôt consensuel, et qui faisait sens, du fait du caractère scolaire des victimes, enfants et adulte, et de la provocation à l’égard de toute la Communauté française frappée à travers l’une de ses composantes : « Qui touche ma famille me blesse », pourrait-on dire pour signifier cette naturelle (et si éminemment politique) solidarité nationale française.

 

 

Mais cet acte sanglant de lundi (qui semble n’être que la sinistre suite des meurtres de militaires de la semaine dernière) ne doit pas devenir l’alibi facile pour éviter de discuter des conditions et des formulations du « vivre ensemble » français, ou pour imposer une fermeture de l’espace public à des courants politiques qui, pour critiquables qu’ils soient, doivent pouvoir s’exprimer et pouvoir être critiqués sans être forcément ostracisés.

 

 

Il faut souhaiter que les férocités d’un tueur qui n’est peut-être pas si fou que cela (ce qui fait qu’il n’en est que plus dangereux et difficile à combattre…) ne nous fassent pas perdre la raison politique qui est un bien précieux, souvent mal apprécié par des hommes politiques qui, en ces temps d’élections, en appellent parfois plus aux passions qu’à la recherche de la vérité…

 

 

 

Mis à jour (Mercredi, 21 Mars 2012 01:32)

 

postheadericon C'est le moment de faire du royalisme !

La quête des signatures est achevée et leur dépôt au Conseil constitutionnel terminé : reste leur validation par les Sages présidés par M. Jean-Louis Debré. Cette année, quoi qu'il arrive, il y aura moins de candidats à la course présidentielle que lors des précédentes consultations des années 90 et 2000 : faut-il s'en réjouir comme le font tant de journalistes et de politologues ? Je n'ai pas vraiment d'avis là-dessus, même si, effectivement, il est possible de regretter que certains courants, certaines sensibilités politiques, parfois tout à fait honorables et légitimes à s'exprimer, soient absentes de ce qui constitue, dans la Ve République, « la reine des élections » : ainsi, l'absence de Corinne Lepage (si elle est confirmée lundi) me navre particulièrement, non que je sois un électeur potentiel de celle-ci, mais parce qu'elle incarne le souci environnemental beaucoup plus légitimement qu'une Eva Joly, caricaturale et si peu (et si tardivement...) écologiste !

 

Il n'y aura pas non plus de candidat royaliste, celui présenté par l'Alliance Royale n'ayant pas obtenu les précieux sésames : quelques articles par ci par là lui ont néanmoins assuré une certaine publicité, et sa présence au Salon de l'agriculture n'aura pas été inutile pour rappeler que les royalistes sont soucieux du devenir du patrimoine rural de la France.

 

 

Cette année encore, les lys ne sortiront pas des urnes...

Faut trouver autre chose !

 

 

Un de mes jeunes amis royalistes me demande alors : « Que faire ? ». Ma réponse est invariablement la même à chaque présidentielle : faire du royalisme !

 

Bien sûr, certains pourraient se contenter de se regarder dans un miroir pour ne pas être contredit et crier crânement « Vive le roi ! »... Intérêt politique absolument nul !

 

D'autres choisiront de rallier un candidat ou un autre, en se parant de l'alibi mille fois avancé et éculé depuis un certain temps déjà, de « l'utilité » au regard du « compromis nationaliste » (sic !), trop souvent compris par les intéressés comme une « compromission »... Je parle de ces royalistes affirmés hors des périodes électorales et qui, au clairon des élections, se rallient prestement et « oublient » opportunément leur royalisme pour être « plus efficaces »... Intérêt politique nul, le discrédit en plus, dans la plupart des cas, parfois le reniement...

 

Faire du royalisme, c'est affirmer son royalisme et les raisons d'être royaliste au milieu de la campagne présidentielle, ce n'est pas faire n'importe quoi, ce n'est pas insulter les autres ou cracher sur les affiches des candidats qui ne nous plaisent pas, ce n'est pas parader sur le marché en refusant tous les tracts au nom d'une pureté que nous serions, nous les royalistes, les seuls à incarner...

 

Faire du royalisme, c'est écouter ce qui se dit, et réagir, chercher les points d'accord et ceux de désaccord, c'est dévoiler les réalités au-delà des promesses électorales, c'est discuter avec tous et n'en rejeter aucun : il s'agit de faire entendre la « petite musique royaliste », non de s'isoler. Puisque nos concitoyens s'intéressent à ce moment-là à la politique, parlons-leur, tout simplement, des insuffisances de la constitution de la Cinquième République, de la faiblesse de la République actuelle face aux défis de la mondialisation, de la nécessaire indépendance de parole et d'action à recouvrer face aux directives européennes et aux féodalités financières, etc.

 

La campagne présidentielle est un moment privilégié pour moi : je ne cesse de parler politique, de présenter ce que pourrait faire une monarchie aujourd'hui, de réfléchir à voix haute sur les nécessités sociales et politiques du moment, etc. Et l'on m'écoute en tant que royaliste, et c'est comme tel que je parle et que j'agis ! Quand j'évoque, au gré des pages de ce blogue, ma « campagne présidentielle », c'est de tout cela dont il s'agit ! Les gens viendraient-ils me voir s'ils me savaient rallié à tel ou tel, ou enfermé dans une attitude de refus ?

 

De plus, c'est le moment idéal pour lire et critiquer, si besoin est, les programmes et les déclarations des principaux candidats mais aussi pour repérer les propositions qui peuvent être intéressantes, et elles ne manquent pas, y compris chez les « petits » candidats, moins soumis à la pression de l'Opinion ou d'une éventuelle victoire...

 

C'est aussi le moment pour montrer que les royalistes ne sont pas des « exilés de l'intérieur », qu'ils participent à la vie civique du pays et qu'ils cherchent à construire au-delà des clivages habituels du « Pays légal ». C'est cette capacité de réflexion,  de proposition, de discussion qui fait l'originalité et la force des royalistes : alors, oui, il serait trop dommage de se ranger derrière une autre bannière : le drapeau fleurdelysé me suffit largement et il n'a pas vocation à être remisé au placard le temps de l'élection, bien au contraire !

 

 

Si les royalistes ne parlent pas, qui dira que la monarchie politique c'est encore le meilleur moyen pour limiter les excès d'une économie-casino ?

 

Faire du royalisme, ici et maintenant, et ne pas attendre le lendemain d'une élection qui, de toute façon, sera décevante pour la France comme pour les Français, décevante face aux défis contemporains et à l'immense attente envers notre pays des peuples du monde, ceux qui ont de la mémoire et l'envie de vivre libre...

 

C'est ce royalisme militant qui ne se renie pas et n'oublie pas d'être au monde, au sein d'un Pays réel complexe et souvent paradoxal, qui a le plus de chance, à plus ou moins long terme, d'aboutir. Aboutir en monarchie, un jour qu'il faut tout faire pour rapprocher de notre calendrier...

 

 

 

postheadericon Mon programme royaliste en couleurs...

Une petite mise au point sur le royalisme, suite à quelques discussions récentes sur la question et dans le cadre de ma « campagne présidentielle » 2012 :

 

Le royalisme aujourd'hui n'est pas, et ne doit pas être, que la dénonciation d'une République qui, née en 1792-1799 dans la manoeuvre des républicains ou des opportunistes du moment, et le sang des Basques, des Corses, des Vendéens, des Lyonnais, etc. (liste trop longue, malheureusement...), se contente aujourd'hui d'envoyer des Sarkozy ou des Hollande au pouvoir. Le royalisme ne doit s’appuyer ni sur le simple ressentiment, vain et malsain, ni sur la nostalgie, toute aussi vaine !

 


Le royalisme est un combat politique contemporain pour établir une monarchie libre et non vassale des forces d'Argent ; une monarchie fédérative des peuples de France quand la république ne sait pas décentraliser ; une monarchie sociale quand la république apparaît de plus en plus comme le règne des actionnaires et des financiers, des traders sans morale. En somme, un nouveau régime pour rompre avec cette république qui, de Danton à Sarkozy, privilégie l'argent et oublie les plus faibles sauf lors des campagnes électorales où les promesses sont nombreuses même si, en définitive, elles n’engagent que ceux qui y croient...

 

En même temps, le royalisme ne doit pas se contenter d’une simple posture mais être adapté aux défis contemporains, et proposer des pistes de réponse concrètes, sans a priori et sans démagogie : c’est la condition même de la crédibilité du mouvement royaliste français.

 

 

En 1974, Bertrand Renouvin fut candidat à la présidentielle pour présenter les idées et propositions royalistes sur les institutions, la société, l'économie...

 

En ces temps de présidentielle durant lequel les monarchistes peuvent faire connaître leurs idées sans avoir besoin de rallier tel ou tel prétendant à l’Elysée (ce qui n’aurait pas beaucoup de sens et décrédibiliserait leur engagement), je mène une « campagne présidentielle » avec un programme de couleurs dont voici quelques pièces ici évoquées avant d’être ultérieurement développées : « les trois couleurs », ou un nationalisme mesuré et assumé ; « le pétrole vert de la France », ou le redéploiement agricole par un aménagement du territoire rénové ; « la houille blanche », ou le développement des énergies renouvelables telles que l’énergie hydraulique ou l’énergie houlomotrice ; « la planète bleue », ou la maîtrise et le développement intelligent de notre Zone économique exclusive maritime qui est, en superficie, la deuxième du monde ; « la matière grise », ou notre principal gisement de richesses, intellectuelles et culturelles ; etc.

 

Chacun de ces thèmes et quelques autres seront l’objet de futures notes, actuellement en préparation...

 

 

Mis à jour (Jeudi, 15 Mars 2012 00:45)

 

postheadericon Un quinquennat, c'est trop court...

La grande réunion sarkoziste de Villepinte a-t-elle relancée la campagne du président-candidat ? Les analystes ont besoin d'un peu de temps pour le dire mais est-ce, en fait, le plus important ? Dans ce combat des chefs qu'est une élection présidentielle au suffrage universel direct, ce qui m'intéresse, en définitive, ce sont les idées, les propositions, les projets et ce qu'ils peuvent entraîner, que cela soit en positif ou en négatif.


Ainsi, les propos de M. Sarkozy sur l'Europe et la gestion de l'immigration ont-ils retenu toute mon attention, et suscité mon scepticisme, et j’en reparlerai dans une prochaine note. Contrairement à ce que je pourrai être tenté de faire si j'étais moi-même candidat et adversaire du président sortant, je ne m'attarderai pas sur le fait, indéniable, que M. Sarkozy n'a pas, en cinq ans de présidence, tenu une grande part de ses promesses de 2007 ni sur celui qu'il propose aujourd'hui ce qu'il a eu cinq ans à l'Elysée pour faire et qu'il n'a pas fait. Simplement parce que je suis persuadé que le temps du quinquennat est beaucoup trop court pour engager des politiques à long terme, surtout si elles doivent être impopulaires dans le court terme des 5 ans de la présidence, quel qu'en soit le représentant du moment. D'autre part, l'on sait que les 100 premiers jours d'un nouveau président sont déterminants et il faut bien avouer que ces 100 premiers du Sarkozy 2007 ont été brouillés dès le départ par des erreurs, voire des fautes, symboliques, entre le Fouquet's et le yacht Bolloré : plus rude ensuite fut le chemin d'un président qui passait pour le président des riches, et qui confondait « être populaire » et « être vulgaire », au risque de dégrader la figure présidentielle...


En 2007, M. Sarkozy rêvait d'être le "bras droit" du président des Etats-Unis...

En 2012, c'est avec Angela qu'il convole...


De plus, M. Sarkozy a eu à affronter une crise qui, en fait, couvait depuis longtemps et qui n'est que l'accélération de la « grande transition » entre pays de la Triade (et donc de la zone euro) et puissances émergentes (en fait, déjà émergées depuis quelques années), et globalisation de la domination des grandes féodalités financières mondiales au détriment des Etats politiques anciens.


Pas facile alors de mettre en place tout ce que l'on a annoncé ou promis, me semble-t-il, et ceux qui attaquent M. Sarkozy sur son seul bilan commettent une erreur dont ils pourraient avoir, eux aussi, à se repentir s'ils arrivent au pouvoir dans les mois prochains !


Je vous rassure, je ne suis pas devenu sarkoziste ! Mais je ne trouve pas heureux de faire de la démagogie, y compris contre l'actuel locataire en bail précaire de l'Elysée : ni heureux ni constructif ! De plus, faire porter à M. Sarkozy toutes les insuffisances, errements et malheurs de son propre quinquennat c'est laver la République de tout soupçon quand, justement, c'est son principe même d'un « temps politique raccourci » qui empêche toute politique du long terme pourtant nécessaire ! L'écueil sur lequel la présidence Sarkozy est en train de s'échouer est le même que celui qui risque, demain, de déchirer la coque d'une éventuelle (et déjà annoncée sans beaucoup de précautions) présidence Hollande...


Si l’on veut redonner sa juste place au temps dans la pratique politique de l’Etat, à l’inscription des politiques fondamentales dans la durée, encore faut-il penser à enraciner la magistrature suprême de l’Etat dans le long terme et dans la suite naturelle des générations… N’accusons pas M. Sarkozy de tous les maux : il en a sa part et elle est importante, bien sûr, mais la République quinquennale fait aussi son propre malheur et celui des Français. D’ailleurs, certains évoquent désormais de plus en plus ouvertement l’erreur qui fût faite de raccourcir le mandat présidentiel en 2000, erreur que les royalistes avaient signalé avec force arguments : ces derniers, dont j’étais et suis toujours, proposaient plutôt l’allongement du mandat du Chef de l’Etat, jusqu’à la « perpétuité » !


La question sociale et les banlieues : des dossiers qui souffrent de la discontinuité des politiques présidentielles... La monarchie pourrait bien être le meilleur moyen de résoudre cette difficulté institutionnelle !


S’il est des règnes qui ont duré moins de temps qu’un quinquennat, la continuité dynastique a cet immense mérite de ne pas remettre en cause à chaque changement de souverain les « grandes politiques engagées » ou, plus sûrement, la pérennité de l’Etat et de sa représentation, ce qui est déjà beaucoup et plus rassurant que ces « inachèvements » présidentiels dont la France n’a pas eu, dans l’histoire politique, à se réjouir


Mis à jour (Lundi, 12 Mars 2012 22:01)

 

postheadericon Vers la fin d'un tabou historique à propos de la Vendée ?

Un de mes collègues a glissé une coupure de presse dans mon casier, en arguant du fait qu'elle pouvait m'intéresser, en particulier par ce qu'elle annonçait : une émission de télévision sur la Révolution française et, plus particulièrement, sur les débuts terribles de la République en 1793-1794.

 

L'article lui-même est effectivement intéressant mais aussi révélateur. Le titre : « la face sombre de la Révolution », en lui-même, annonce que cet événement fondateur de la République n'est sans doute pas le « bloc » que voulait y voir Georges Clémenceau ou, plutôt, que tout en accepter serait risquer d'en occulter les aspects terribles, désormais perçus de façon négative (cela n'a pas toujours été le cas...). En repensant à la formule de Clémenceau, d'ailleurs, je me suis dit que lui-même n'en méconnaissait pas les horreurs (il était Vendéen...) mais qu'il les excusait en arguant de la nécessité de sauver, coûte que coûte, la Révolution qui se faisait alors et d'en préserver l'héritage sans risquer de l'amoindrir par une critique de certains de ses moments violents. Les temps ont changé et les enjeux ne sont plus les mêmes, et il n'est pas certain qu'aujourd'hui Clémenceau serait aussi affirmatif...

 

L'article qui suivait le titre était illustré d'une gravure ainsi légendée : « Les noyades à Nantes sont un épisode de la Terreur où des milliers de personnes, suspectes aux yeux de la République, et sur ordre de Jean-Baptiste Carrier, ont été noyées dans la Loire. » Vous avez compris que l'article annonçait donc l'émission documentaire de France 3 du mercredi 7 mars (à 23 heures...) sur « Robespierre, bourreau de la Vendée ? », émission diffusée au moment même où ont repris les débats sur la notion de génocide et sur ses applications pratiques dans l'histoire, de l'Arménie de la Grande Guerre à la Vendée des débuts de la République française.

 

Carrier, si l'on suit la légende de la gravure, semble le principal coupable des crimes de la Terreur commis dans l'Ouest, ce qui pourrait décharger Robespierre et ses proches compagnons de la responsabilité des crimes républicains de Nantes et de Vendée : en fait, le corps de l'article lui-même rétablit (en partie) les faits et les véritables responsabilités. Après tout, Carrier ne fut qu'un exécutant, sans doute plus zélé que d'autres, prenant au pied de la lettre les discours enflammés des républicains de Paris appelant à la « régénération guillotinière », à cette sorte de table rase humaine (tout à fait inhumaine, en vérité…) nécessaire à l'avènement de « l'homme nouveau » révolutionnaire.

 

Voici l'article en son intégralité, avec quelques commentaires : « En 1793, la France bascule dans la Terreur. A la fin de l'année, et particulièrement dans la nuit du 13 au 14 décembre, l'armée républicaine va se livrer au massacre minutieux de milliers de Vendéens. Les textes de l'époque parlent de près de 3000 morts. » L'auteur de l'article veut sans doute parler des massacres du Mans, dont de récents travaux dans la ville ont dévoilé quelques charniers jusque là méconnus malgré les témoignages de l'époque des survivants.

 

« Cette répression sanglante, initiée par le comité de salut public commandé par Robespierre, est mal connue. Et pour cause. Elle entache par sa violence et par sa cruauté toute la séquence révolutionnaire. Richard Vargas revient sur cet épisode trouble où ce qu'on appelait « la Vendée militaire », territoire de 10 000 kilomètres carrés recouvrant aujourd'hui quatre départements, a vu sa population paysanne s'élever contre les conscriptions militaires. » Il est vrai que les paysans de Vendée n'appréciaient guère l'idée d'aller se battre loin de chez eux pour les couleurs d'une République qui, dans le même temps, s'en prenait à leurs traditions religieuses et décrochaient les cloches des églises pour en faire des canons... La révolte contre l'obligation militaire se fit aux cris à la fois de colère et de fidélité de « Vive Dieu, vive le roi ! », et les paysans s'en furent chercher quelques nobles habitués à commander pour les mettre à leur tête, malgré les réticences de ces derniers, trop conscients de la « folie » de ce soulèvement spontané face à la violence assumée de la République naissante.

 

 

 

« Considérés comme « le chancre qui dévore le coeur de la République », les Vendéens seront exterminés, sans aucune distinction d'âge ou de sexe. » Reynald Sécher n'hésite pas, en s'appuyant sur les lois votées en août et en octobre 1793 par les parlementaires français de la Convention nationale, et sur la pratique de l'extermination de masse par les fameuses « colonnes infernales » de l'année 1794 (c'est-à-dire après la fin du soulèvement vendéen...) à employer le terme de « génocide », ce qui n'a pas l'heur de plaire à quelques « gardiens du temple » qui veillent à préserver certains « tabous » de la Révolution française, envers et contre toute vérité historique. Reynald, qui est un ami de longue date, en sait quelque chose, et moi aussi, réprimandé par l'Education nationale en 1991 pour avoir fait un cours où j'avais « osé » parler de ce fameux « génocide vendéen » ! D'ailleurs, je me souviens que l'inspecteur d'histoire m'avait aussi expliqué qu'il n'y avait qu'un seul génocide au regard de l'Histoire (du moins celle que la République entend enseigner...), le génocide juif... Ce qui signifie que, aujourd'hui, cet inspecteur pourrait être dénoncé pour « négationnisme », non pas tellement du génocide vendéen mais du génocide... arménien, reconnu par la loi depuis quelques années déjà, même si cette négation n'est pas encore (et c’est tant mieux !) reconnue comme un délit passible des tribunaux, du fait de la censure récente du Conseil constitutionnel... Les temps changent, et j'aimerai savoir ce qu'en pense désormais cet inspecteur désavoué, a posteriori, par l'Etat qui le paye !

 

 

Reynald Secher a aussi commis une bande dessinée sur la révolte vendéenne des années 1793 et suivantes...

 

« Historiens et intellectuels décryptent un massacre jugé tabou. », conclue l'article, dans un élan « politiquement incorrect »...

 

Ah, au fait, une dernière chose : ce court article annonçant un documentaire télévisé n'a pas été publié par « Le Figaro » ou « Valeurs actuelles », mais dans les colonnes de... « L'Humanité-dimanche », hebdomadaire communiste ! Etonnant, n'est-ce pas ?

 

 

Mis à jour (Lundi, 12 Mars 2012 00:31)