Nous avons 198 invités en ligne
A propos de l'auteur
Menu principal
Souvenirs politiques
Citations royalistes
Bannière
Flux RSS

postheadericon Le Blog de Jean-Philippe Chauvin

postheadericon Vers la fin d'un tabou historique à propos de la Vendée ?

Un de mes collègues a glissé une coupure de presse dans mon casier, en arguant du fait qu'elle pouvait m'intéresser, en particulier par ce qu'elle annonçait : une émission de télévision sur la Révolution française et, plus particulièrement, sur les débuts terribles de la République en 1793-1794.

 

L'article lui-même est effectivement intéressant mais aussi révélateur. Le titre : « la face sombre de la Révolution », en lui-même, annonce que cet événement fondateur de la République n'est sans doute pas le « bloc » que voulait y voir Georges Clémenceau ou, plutôt, que tout en accepter serait risquer d'en occulter les aspects terribles, désormais perçus de façon négative (cela n'a pas toujours été le cas...). En repensant à la formule de Clémenceau, d'ailleurs, je me suis dit que lui-même n'en méconnaissait pas les horreurs (il était Vendéen...) mais qu'il les excusait en arguant de la nécessité de sauver, coûte que coûte, la Révolution qui se faisait alors et d'en préserver l'héritage sans risquer de l'amoindrir par une critique de certains de ses moments violents. Les temps ont changé et les enjeux ne sont plus les mêmes, et il n'est pas certain qu'aujourd'hui Clémenceau serait aussi affirmatif...

 

L'article qui suivait le titre était illustré d'une gravure ainsi légendée : « Les noyades à Nantes sont un épisode de la Terreur où des milliers de personnes, suspectes aux yeux de la République, et sur ordre de Jean-Baptiste Carrier, ont été noyées dans la Loire. » Vous avez compris que l'article annonçait donc l'émission documentaire de France 3 du mercredi 7 mars (à 23 heures...) sur « Robespierre, bourreau de la Vendée ? », émission diffusée au moment même où ont repris les débats sur la notion de génocide et sur ses applications pratiques dans l'histoire, de l'Arménie de la Grande Guerre à la Vendée des débuts de la République française.

 

Carrier, si l'on suit la légende de la gravure, semble le principal coupable des crimes de la Terreur commis dans l'Ouest, ce qui pourrait décharger Robespierre et ses proches compagnons de la responsabilité des crimes républicains de Nantes et de Vendée : en fait, le corps de l'article lui-même rétablit (en partie) les faits et les véritables responsabilités. Après tout, Carrier ne fut qu'un exécutant, sans doute plus zélé que d'autres, prenant au pied de la lettre les discours enflammés des républicains de Paris appelant à la « régénération guillotinière », à cette sorte de table rase humaine (tout à fait inhumaine, en vérité…) nécessaire à l'avènement de « l'homme nouveau » révolutionnaire.

 

Voici l'article en son intégralité, avec quelques commentaires : « En 1793, la France bascule dans la Terreur. A la fin de l'année, et particulièrement dans la nuit du 13 au 14 décembre, l'armée républicaine va se livrer au massacre minutieux de milliers de Vendéens. Les textes de l'époque parlent de près de 3000 morts. » L'auteur de l'article veut sans doute parler des massacres du Mans, dont de récents travaux dans la ville ont dévoilé quelques charniers jusque là méconnus malgré les témoignages de l'époque des survivants.

 

« Cette répression sanglante, initiée par le comité de salut public commandé par Robespierre, est mal connue. Et pour cause. Elle entache par sa violence et par sa cruauté toute la séquence révolutionnaire. Richard Vargas revient sur cet épisode trouble où ce qu'on appelait « la Vendée militaire », territoire de 10 000 kilomètres carrés recouvrant aujourd'hui quatre départements, a vu sa population paysanne s'élever contre les conscriptions militaires. » Il est vrai que les paysans de Vendée n'appréciaient guère l'idée d'aller se battre loin de chez eux pour les couleurs d'une République qui, dans le même temps, s'en prenait à leurs traditions religieuses et décrochaient les cloches des églises pour en faire des canons... La révolte contre l'obligation militaire se fit aux cris à la fois de colère et de fidélité de « Vive Dieu, vive le roi ! », et les paysans s'en furent chercher quelques nobles habitués à commander pour les mettre à leur tête, malgré les réticences de ces derniers, trop conscients de la « folie » de ce soulèvement spontané face à la violence assumée de la République naissante.

 

 

 

« Considérés comme « le chancre qui dévore le coeur de la République », les Vendéens seront exterminés, sans aucune distinction d'âge ou de sexe. » Reynald Sécher n'hésite pas, en s'appuyant sur les lois votées en août et en octobre 1793 par les parlementaires français de la Convention nationale, et sur la pratique de l'extermination de masse par les fameuses « colonnes infernales » de l'année 1794 (c'est-à-dire après la fin du soulèvement vendéen...) à employer le terme de « génocide », ce qui n'a pas l'heur de plaire à quelques « gardiens du temple » qui veillent à préserver certains « tabous » de la Révolution française, envers et contre toute vérité historique. Reynald, qui est un ami de longue date, en sait quelque chose, et moi aussi, réprimandé par l'Education nationale en 1991 pour avoir fait un cours où j'avais « osé » parler de ce fameux « génocide vendéen » ! D'ailleurs, je me souviens que l'inspecteur d'histoire m'avait aussi expliqué qu'il n'y avait qu'un seul génocide au regard de l'Histoire (du moins celle que la République entend enseigner...), le génocide juif... Ce qui signifie que, aujourd'hui, cet inspecteur pourrait être dénoncé pour « négationnisme », non pas tellement du génocide vendéen mais du génocide... arménien, reconnu par la loi depuis quelques années déjà, même si cette négation n'est pas encore (et c’est tant mieux !) reconnue comme un délit passible des tribunaux, du fait de la censure récente du Conseil constitutionnel... Les temps changent, et j'aimerai savoir ce qu'en pense désormais cet inspecteur désavoué, a posteriori, par l'Etat qui le paye !

 

 

Reynald Secher a aussi commis une bande dessinée sur la révolte vendéenne des années 1793 et suivantes...

 

« Historiens et intellectuels décryptent un massacre jugé tabou. », conclue l'article, dans un élan « politiquement incorrect »...

 

Ah, au fait, une dernière chose : ce court article annonçant un documentaire télévisé n'a pas été publié par « Le Figaro » ou « Valeurs actuelles », mais dans les colonnes de... « L'Humanité-dimanche », hebdomadaire communiste ! Etonnant, n'est-ce pas ?

 

 

Mis à jour (Lundi, 12 Mars 2012 00:31)

 

postheadericon Le royalisme n'est pas une nostalgie, qu'on se le dise !

J'ai profité des vacances scolaires qui s'achèvent désormais pour suivre de près les débats présidentiels, n'y trouvant pas toujours, d'ailleurs, mon compte, comme je l'ai déjà indiqué ici même...

 

 

Puisqu'j'te dis qu'sont que des vauriens, tes candidats !

 

Chaque jour a été, aussi, l'occasion de discussions au café, dans le métro, voire dans la rue, sur les questions politiques et je n'ai jamais caché mon royalisme qui, en fait, surprend plus qu'il ne choque : il y a bien quelques moqueries mais pas d'agressivité à mon égard. Il est vrai que le royalisme que je défends se veut approprié aux défis contemporains et que je n'éprouve guère de nostalgie à l'égard d'un Ancien Régime passé et qui ne reviendra pas ! Cela ne veut pas dire qu'il n'était pas compréhensible et défendable en son temps, mais il ne l'est plus aujourd'hui, tout simplement.

 

La mondialisation, l'urbanisation, la société de consommation, si elles sont tout à fait critiquables au regard des déracinements, des atteintes à l'environnement et des guerres qu'elles provoquent, sont des faits qu'il faut intégrer à la réflexion, ce qui n'empêchent pas, bien sûr, de chercher d'autres modes d'appréhension et de direction du monde et de notre pays en particulier, d'autres modes de vie moins énergivores et plus respectueux de la nature humaine. Ce qui est certain, c'est qu'il faudra plus d'un jour et plus qu'une « révolution » politique pour changer les choses : mais j'insiste sur le fait que le moyen politique est nécessaire, à l'échelle de la France, pour impulser et accélérer les mutations qui permettront de surmonter ou de contourner les difficultés et les limites (tout en les connaissant) du moment et des lieux.

 

 

Et la politique, comme je l’explique à mes interlocuteurs, ne se limite pas au « cirque électoral » actuel : elle vaut beaucoup mieux que le spectacle que les hommes (et femmes) politiques en donnent aujourd’hui !

 

 

 

postheadericon Face aux gaspillages alimentaires...

Une information importante et révélatrice est passée inaperçue alors qu'elle aurait mérité les gros titres de la presse quotidienne, et c'est un petit paragraphe en bas de page dans l'hebdomadaire « L'usine nouvelle » (semaine du 26 janvier au 1er février 2012) qui me l'a donnée : « La moitié des aliments sont gaspillés chaque année dans l'Union européenne, soit 89 millions de tonnes (179 kilos par habitant). Les ménages seraient à l'origine de 42 % de ces gaspillages, tandis que 39 % seraient dus à l'industrie agroalimentaire. Le commerce de détail et la restauration seraient à l'origine de 5 % et 14 % des gâchis. Le Parlement européen a voté une résolution demandant des mesures d'urgence pour réduire de moitié ces gaspillages, qui pourraient atteindre 126 millions de tonnes à l'horizon 2020... »

 

Cette information rejoint les propos de M. Carlo Petrini, fondateur du mouvement du « Slow food », propos publiés dans « Le Point » en décembre 2010, et qui expliquait que l'on produisait sur terre de quoi nourrir 12 milliards de personnes quand nous ne sommes que 7 milliards et qu'il y a, malgré cela, un milliard d'humains qui souffrent de la faim dans le monde !

 

Cela confirme que ce n'est pas forcément la production agricole qu'il faut intensifier, au risque de détruire un peu plus les espaces forestiers ou les marais et de livrer encore plus d'espaces à l'avidité des sociétés multinationales agroalimentaires peu soucieuses d'environnement ou des traditions locales. C'est bien plutôt le partage qu'il importe de privilégier et une meilleure distribution des produits nourriciers. Mais il y a aussi une question d’éducation à évoquer sur ce thème car le chiffre de 42 % des gaspillages dus aux ménages doit nous interpeller : cela confirme la formule évoquée dans une précédente note : « nos frigos sont des tombes alimentaires » ! S’il faut agir au niveau des forts gaspillages de l’industrie agroalimentaire (39 %), il serait malhonnête de ne pas rappeler les consommateurs eux-mêmes à leurs responsabilités : sans doute le système de la société de consommation lui-même est-il condamnable mais cela ne doit pas empêcher les citoyens d’agir concrètement, dans la vie quotidienne, pour permettre à tous, en France comme ailleurs, de manger à sa faim.

 

 

89 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées en Union européenne chaque année... Pendant ce temps-là, en Somalie...

 

Il est tout de même étonnant que, en ces temps de crise qui affecte aussi les plus pauvres de nos concitoyens, les différents candidats à la présidentielle n'évoquent guère ces problèmes et les moyens de les résoudre !

 

 

Le roi Louis XVI venant distribuer du pain lors d'un hiver rigoureux à des déshérités.

 

 

 

postheadericon Le temps et la politique.

Le jeudi 1er mars, j'étais à Rennes, ma ville natale, pour évoquer ce débat institutionnel qui, s'il n'est pas évoqué comme déterminant dans l'actuelle campagne présidentielle, n'en est pas moins intéressant pour autant : « République ou Monarchie ? » : il est vrai que l'actualité du moment sert largement mon argumentaire...

 

D'ailleurs, le spectacle présenté aujourd'hui par les candidats à la magistrature suprême de l'Etat n'est guère enthousiasmant, tout comme celui du quinquennat qui s'achève dans une certaine confusion : les oeufs et les banderilles qui fusent de part et d'autre, à Bayonne ou ailleurs, les bons mots et les promesses que l'on avance en étant bien certain de ne pouvoir les tenir, les ralliements et les trahisons..., tout cela donne une image peu honorable de la politique mais qui est assez révélatrice d'une démocratie émotionnelle et communicationnelle dans laquelle les effets de manche et les mouvements de menton comptent plus que les débats d'idées et les propositions concrètes.

 

 

Débats électoraux...

 

Lors de cette conférence rennaise, j'ai insisté sur le grand impensé de cette campagne électorale et des institutions de la Cinquième République mais qui, pourtant, revient régulièrement, sous des formes (ou des camouflages) divers : le temps !

 

Ainsi, dans l'émission « Les Grandes Gueules » (sur RMC, en semaine du lundi au vendredi) du 28 février dernier, l'un des débats tournait sur la question de l'essence et de son coût et, au-delà, sur celle d'une société de plus en plus métropolisée et rurbanisée à la fois, et sur les perspectives délicates des prochaines décennies. « Comment va-t-on faire dans les dix-vingt prochaines années ? Voilà des questions sur lesquelles on attend les propositions des politiques », disait l'un tandis qu'un autre (ou le même, peut-être : difficile parfois de savoir dans le feu du débat...) rajoutait qu'il fallait « une intervention conjoncturelle sur le court terme, structurelle sur le long terme ». Or, il est difficile de penser le long terme en période électorale mais aussi, plus systémiquement, dans une République fondée sur l'élection de son chef de l'Etat même : il est frappant de constater que, depuis la fin de l'ère gaullienne (qui se poursuit encore un peu avec Pompidou), il n'y a plus de grands projets ni de grandes ambitions, et que « l'Europe » a joué un rôle profondément démobilisateur, les hommes politiques se réfugiant derrière une « construction » qui les incitait à ne plus se charger de grandes initiatives nationales, cette « construction européenne » leur suffisant largement comme « projet » alors qu'elle n'aurait dû être qu'un moyen ou, mieux, un incitateur... Cette paresse politique perdure depuis les années 70, au grand dam de ceux qui voudraient aller de l'avant et qui rêvent d'une ambition française digne de ce nom et de l'histoire française.

 

La République est prisonnière du temps électoral dans notre pays, d'autant plus que ce repli européen, désormais, prend la forme d'une véritable prison administrative et réglementaire, au nom de la lutte contre une Dette qui, justement, détruit de plus en plus rapidement la maîtrise des Etats sur eux-mêmes et les enferme dans une spirale infernale, les empêchant de faire du temps un allié...

 

 

Quand le temps s'incarne dans une famille...

 

Redonner du temps à l'Etat passe nécessairement par l'inscription de la magistrature suprême de l'Etat dans la durée, et la transmission héréditaire, dynastique en est le meilleur moyen, le plus simple et le plus naturel aussi : c'est un des arguments forts qui militent pour l'instauration d'une monarchie en France, non pour défaire par principe ce qui a été fait par les régimes précédents mais pour initier et impulser les politiques et les stratégies utiles à la pérennité de l'ensemble national et à la présence de la France sur la scène internationale, quels que soient le gouvernement de passage et la crédibilité ou la popularité de celui-ci...

 

 

Mis à jour (Dimanche, 04 Mars 2012 00:28)

 

postheadericon Après la proposition de M. Hollande : le devoir civique des plus riches.

Il est intéressant de constater la difficulté d'obtenir des chiffres en France sur certaines questions sensibles : ainsi, dans ma note d'hier mardi sur la proposition de François Hollande de taxer les « millionnaires » en revenu annuel, j'avançais le chiffre de 10.000 à 15.000 personnes concernées par cette taxation promise, et cela sur la foi de ce qui était évoqué sur plusieurs chaînes de radio. Or, d'après le candidat socialiste lui-même, ce chiffre ne serait que de 3.000 et les sommes espérées par cette taxation à 75 % des revenus millionnaires d'environ  200 à 300 millions par an, c'est-à-dire moins que ce que l'Etat a versé au seul Bernard Tapie il y a quelques années de manière inconsidérée...

 

Quelques remarques : d'une part, il est étonnant que dans un pays comme le nôtre où le fisc est bien organisé et les moyens de contrôle nombreux, le nombre de personnes gagnant plus d'un million d'euros annuels soit à ce point difficile à cerner. En même temps, cela peut être rassurant de savoir que, justement, le fisc ou les administrations publiques (ou privées, d'ailleurs) ne savent pas tout de nous ! La même incertitude sur les chiffres vaut aussi, semble-t-il, sur le nombre exact de fonctionnaires, ce qui est tout de même ennuyeux quand ces derniers sont payés par l'argent des contribuables... Les contradictions d'un système, sans doute !

 

Deuxième remarque : cette proposition hollandiste (et surtout hollandiste, les socialistes ayant visiblement été surpris de cette proposition de leur candidat...) n'a pas pour vocation d'être déterminante mais plutôt symbolique et j'avoue qu'il ne me paraît pas forcément choquant, en temps de crise, de faire appel au civisme et à un certain patriotisme des plus privilégiés de nos compatriotes. D'ailleurs, n'est-ce pas ce qui se passait dans les cités antiques de Grèce et de l'empire romain ? La richesse était un privilège qui ouvrait à des devoirs civiques, et elle n'était pas séparée du sort même de la cité. Mais il est vrai que certaines « élites » sociales d'aujourd'hui considèrent le patriotisme, l'enracinement dans une terre et la fidélité à un ensemble national comme des « obstacles » à leur liberté individuelle, et qu'elles se veulent les nomades (et les monades...) d'une mondialisation dont elles sont, parfois par égoïsme, les principales bénéficiaires... D'où ma proposition de renforcer le lien entre l'appartenance nationale et la solidarité fiscale : « nationalité est fiscalité ».

 

 

L'habile Solon, dans l'Athènes de l'Antiquité, avait lui aussi fait appel au civisme des riches... en leur forçant un peu, il est vrai, la main...

 

Dernière remarque (mais pas l'ultime...) : je doute, peut-être à tort, que M. Hollande puisse appliquer cette mesure s'il est élu, car il se trouvera toujours des bonnes âmes dans son propre camp et dans les rangs de ses interlocuteurs et partenaires économiques pour lui indiquer que cela serait « contre-productif » et brandir la menace de « délocalisations des fortunes ». Ce dernier argument classique est malheureusement d'une grande efficacité, sans doute par la faute même des Etats qui n'osent se défendre de peur d'être taxés « d'autoritaires » ou de « liberticides » (deux qualificatifs qui ne sont pas, pourtant, forcément synonymes), et par la faute de l'Union européenne qui, rapidement, risque d'invalider, au nom des principes même de sa construction libérale, cette mesure qui serait présentée par ses contradicteurs comme une atteinte au « Droit européen ». D'ailleurs, il est intéressant de noter la grande indifférence avec laquelle cette proposition a été accueillie, non pas dans les milieux politiques, mais dans les milieux économiques et financiers... Indifférence révélatrice !

 

L'un des grands défis des années qui viennent sera de renforcer le politique pour ramener à la raison (voire à la « maison »...) les plus aisés de nos concitoyens, qu'il ne s'agit pas de chasser ou de persécuter, mais qu'il s'agit de motiver pour une plus grande solidarité avec tous les membres de la Communauté nationale. Que M. Laurent Voulzy déclare hier que cette taxation ne le choquerait pas, au regard des efforts demandés à chacun en ces temps de crise, est un bel exemple que la richesse n'implique pas forcément l'oubli des autres, moins riches : cet artiste révèle ainsi une sorte de patriotisme fiscal qui est aussi la marque de la solidarité nécessaire au-delà des différences sociales. Bravo, l'artiste ! Puisse-t-il être suivi par d'autres !

 

 

Le vote présidentiel donne-t-il la même force qu'une légitimité historique au-delà des querelles électorales ? J'en doute...

 

Mais je reste persuadé que son exemple et sa bonne volonté ne trouveront vraiment leur pleine mesure que dans un Etat qui saura s'imposer aux féodalités financières contemporaines, y compris contre les oukases et chantages des multinationales ou des puissances financières du moment : la République de M. Hollande n'est pas une Monarchie royale, et il n'est pas non plus Louis XIV face à Nicolas... Fouquet !